Bibliographie – Partie 2 – Garder une trace de ses lectures

De toute évidence, la montagne de livres qui attends le chercheur, surtout en sciences humaines, nécessite une certaine organisation. Et je ne dis pas qu’elle s’acquiert du jour au lendemain, loin de là. Comme pour beaucoup de choses, il faut souvent d’abord en reconnaître l’utilité avant d’envisager de la mettre en pratique. Cela peut prendre bien plus longtemps que de trouver une méthode qui marche !

© Brandon Lopez

Je confesse que cela m’a pris du temps moi-même. Mais j’ai vite fini par penser que ma technique « ne pas prendre de notes et espérer que je me souviendrai de l’essentiel » avait besoin d’une sacrée amélioration. J’avais donc pris l’habitude, que je trouve aujourd’hui détestable, de plier les coins des pages intéressantes, comme je voyais faire ma mère avec les catalogues lorsqu’elle prévoyait ses achats. Combien d’ouvrages splendides j’ai ainsi blasphémé ! Même ainsi, la perte de temps était considérable. Alors j’ai fini par écrire au crayon à papier dans les marges des livres, pensant romantiquement que j’imitais ainsi une pratique qui remontait aux moines copistes qui glissait de temps à autre des blagues dans les livres qu’ils devaient péniblement réécrire à la main.

J’ai tâtonné longtemps avec cette « technique », remplaçant le pliage par des post-it, puis des feuilles de brouillons servant de marque-page, qui allaient, au fur à mesure de mes avancées, être bientôt recouvertes de mes notes. Je me retrouvais donc avec des livres dans un état lamentable, avec bien souvent un grand nombre de feuilles volantes qui dépassaient dans tous les sens, fréquemment perdues au fond de mes sacs ou de mon bureau, sans pouvoir jamais retrouver avec quel livre elles allaient. Sans parler du désordre créé lorsque le livre était un emprunt à la bibliothèque et que je devais un jour retirer toutes mes feuilles, généralement dans le chaos le plus total, les fourrant pêle-mêle dans mon sac sous le regard médusé de la bibliothécaire.

C’est mon entrée en master qui me motiva à réformer du tout au tout mon organisation concernant la prise de notes de mes lectures pour en garder une trace indélébile. Mais il me fallut plusieurs tentatives avant d’arriver au système que j’emploie aujourd’hui, et qui me satisfait pleinement. Je vais bien sûr vous décrire avec le plus d’exhaustivité possible ma méthode personnelle, mais je dois dire qu’elle n’est en aucun cas une règle ou une obligation pour réussir (la preuve c’est que je m’en suis très bien sortie sans pendant des années sans en être pénalisée!). Vous êtes donc, cela va sans dire, libres de l’adapter pour qu’elle convienne à vos besoins spécifiques et vos préférences. Ceci dit, je l’apprécie car elle me permet de travailler aussi bien avec des livres « papier » que des livres numériques, et qu’elle a été éprouvée dans un tas de conditions tout à fait farfelues.

La première des règles que je me fixe est un impératif, c’est celle d’utiliser quoi qu’il arrive du bon vieux papier et un stylo. Les crayons de papiers s’effacent avec le temps s’ils ne sont pas traités et j’ai fait la douloureuse expérience de perdre tous mes précieux fichiers sur ordinateur ET disque dur en ayant la bêtise de les transporter ensemble un jour.

© Debby Hudson

Ma méthode personnelle

Ces précautions prises je commence par faire une première fiche sur une feuille avant même d’avoir ouvert le livre. J’écris dessus ce que j’appelle « les essentiels » :
– le titre
– le nom de l’auteur (ou des auteurs s’il y en a plusieurs)
– la date de la première publication
– la date d’édition (oui oui car cela a aussi de l’importance)
– la maison d’édition.

Ensuite je vais écrire également le contexte de la lecture, c’est à dire :
– pourquoi je lis le livre à l’origine (si on me l’a conseillé, si je le lis pour le plaisir, si c’est pour un devoir en particulier, si je l’ai trouvé dans une autre bibliographie et qu’il m’a paru pertinent, etc.)
– où est-ce que j’ai eu ce livre (acheté, emprunté à la bibliothèque et si oui laquelle, à un ami et si oui lequel, etc.)
– à quelles dates je l’ai lu et dans quelles conditions.

Cela peut paraître inutilement fastidieux, surtout que je dois prendre la peine de l’écrire à chaque pause puis reprise de ma lecture, mais si je lis un livre à une période où j’ai par ailleurs été malade ou la veille d’un examen par exemple, je remarque toujours que la qualité de mes prises de notes s’en trouve affectée. Par ailleurs concernant les conditions de lecture, c’est également pour des raisons d’autoévaluation, car lire tranquillement dans son jardin à l’ombre d’un arbre un dimanche est tout à fait différent de lire debout dans le métro à l’heure de pointe un lundi matin en courant pour aller au travail. Cela ne vous affecte peut-être pas, mais mes notes et remarques sur ce que je suis en train de lire sont tout à fait différentes, je vous assure.

Ensuite, j’écris une rapide revue de l’auteur, sa nationalité, sa date de naissance, de mort, si c’est un auteur qui revient souvent, je prend également la peine de noter les grands événements de sa vie autour de la publication de l’ouvrage que je suis en train de lire (oui parce qu’il arrive que celui qu’on croyait têtu et campé sur ses positions change d’opinion du tout au tout après s’être marié!), si c’est pertinent, je note également sa profession, le genre de l’ouvrage, voir le contexte de son écriture (un pamphlet écrit en une soirée et un roman qui a prit tout une vie à écrire, ce n’est définitivement pas la même chose à mon sens…). Éventuellement, je note si nécessaire quelques notions autour du contexte de l’époque (en général quand c’est une époque qui ne m’est pas familière).

Après cela, la lecture proprement dite peut commencer, je m’attelle donc à la lecture avec un bloc de feuilles de papier et un stylo toujours à portée de main, quelques que soient les situations. J’utilise seulement le recto des feuilles à l’origine car j’utilise des feuilles de brouillon (c’est à dire déjà imprimées sur le verso), mais je trouve que cela gagne aussi en clarté et en praticité quand je dois les manipuler. Chaque haut de feuille est surmonté d’un genre d’en-tête où j’écris scrupuleusement le titre du livre, l’auteur, l’année, et le n° de feuille de notes dont il s’agit, sur le nombre total (que j’écrirais à la fin). Je prends ainsi mes notes calmement, au fil de ma lecture, en notant les numéros de pages, les mots clefs, les citations clairement identifiées, et si ma lecture me donne une idée qui n’a rien à voir, je l’écris avec une étoile au lieu d’un tiret. Je remplis ainsi autant de feuilles que ma lecture le réclame, remplissant donc au fur à mesure que j’avance dans les pages, ce qui me permet d’avoir une vue chronologique. J’écris en abréviation à l’occasion, mais je prend garde à ce que même un inconnu puisse comprendre mes notes (pourvu qu’il parle la langue dans laquelle je prend mes notes), car je sais d’expérience que j’ai parfois l’impression de relire les notes d’un inconnu lorsque je relis mes propres notes si je n’y prend pas garde…

A la fin de la lecture, j’écris sur une nouvelle feuille un rapide résumé global de ce que j’ai pensé du livre et une appréciation tout à fait subjective, puis je relis soigneusement toutes les notes que j’ai prises depuis le début. Lorsque j’ai fini, j’ai généralement bien d’autres détails à ajouter, auxquels je consacre une nouvelle feuille encore bien spécifique. Je range ensuite l’ensemble, feuille de présentation, revue de l’auteur et du contexte de l’ouvrage, mes notes, mon résumé et mes remarques finales, dans une seule pochette plastique, elle-même rangée dans un classeur. Les classeurs, c’est peut-être malheureux, ne sont pas rangés dans un ordre spécifique, mais bien dans l’ordre dans lequel j’ai fait mes lectures. L’air de rien, cela m’aide tout de même à m’y retrouver. Il fut un temps où je prenais la peine de surligner mes notes dans différents codes couleurs, et même un où je les tapait péniblement à l’ordinateur, m’occasionnant ainsi un travail long, pénible, et je dois l’avouer, totalement inutile.

La méthode que je vous ai présentée n’est évidemment que la mienne, qui correspond à mes propres besoins, il est tout à fait possible qu’elle ne vous convienne pas. Ne serais-ce que parce que je l’ai élaborée en ayant en tête de faire le moins d’efforts possibles, les résultats obtenus ne sont maximums que pour les objectifs que je me suis fixés personnellement. Et pour répondre aux questions, oui je fais ça également avec les romans ou tout autre livre que je lis pour le plaisir, car j’ai appris que toutes mes lectures ont quelque chose à m’apprendre, même si ce n’est pas quelque chose que je vais utiliser tout de suite. Par ailleurs, cette méthode me permet de me souvenir plus sûrement de tout ce que je lis, ce qui est un effet secondaire particulièrement agréable !

*

Excellente lecture à tout le monde et à bientôt !


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.