Offrir une danse

La danse est un art ancien. Probablement même l’un des premiers arts (si ce n’est LE premier!). On sait depuis longtemps que les Hommes préhistoriques la pratiquaient déjà. Si on sait qu’ils la connaissaient c’est en partie grâce aux nombreuses peintures rupestres qui représentent des personnages dansants. Mais ils la pratiquaient doute bien longtemps avant de pouvoir les représenter, car la danse ne demande pour seul instrument que le corps, contrairement aux autres arts (le chant faisant également exception, mais se retrouvant étroitement lié à la danse en un sens…).

Ils le faisaient pour plusieurs raisons, dont on soupçonne souvent que les principales sont : se donner du courage et impressionner d’éventuels ennemis ou communiquer avec des entités supérieures. De fait, on place souvent l’apparition de la danse profane bien après la danse sacrée, généralement avec l’apparition de l’Antiquité. Toutefois cette distinction est sans doute plus floue qu’on peut le croire.

© Ardian Lumi

De nombreux chercheurs ont attesté avoir effectivement observé chez certains animaux dans leur milieu naturel des « mouvements du corps rythmés », sans volonté de communication car parfois pratiqué de façon solitaire, et qui ne correspondaient à aucune autre explication que celle-ci, très simple : ils dansent eux aussi. Les premières danses n’ont donc peut-être pas eu d’autre but que celui d’être un agréable divertissement en premier lieu.

La danse est donc quelque chose de bien plus universel qu’on ne le pense généralement. Mais ce n’est pas tout à fait ce qui va nous intéresser ici. La danse est un art « gratuit », il ne demande, on l’a vu, que d’avoir un corps et d’être capable de le mouvoir dans l’espace et le temps. Ce n’est que depuis très récemment, avec l’apparition des appareils permettant de prendre des photos et surtout des vidéos, qu’il est possible de voir une danse autrement que dans la réalité. C’est un petit miracle auquel on ne prête plus attention.

Nos ancêtres devaient être physiquement présents pour admirer une belle danse. Et quant à la pratiquer, il faut nécessairement que tout le corps soit convoqué. Aujourd’hui encore, sur certaines plages, il suffit que quelqu’un joue un air de guitare pour que des inconnus s’attroupent et se mettent à danser librement. Et plus significatif, on se rassemble encore à certaines dates pour danser dans la rue, parfois autour d’un feu, toujours avec une assez grande quantité de musique. C’est le cas par exemple de la fête de la Saint Jean (à l’origine fêté comme étant le Solstice d’été), qui est même devenue en France la fête de la musique, au cours de laquelle on se retrouve entre amis dans les rues, fermées aux véhicules pour l’occasion, pour danser toute la nuit.

La danse est partout. Elle est bien sûr toujours à l’Opéra, où l’on peut contre argent, y admirer les prouesses des étoiles. Mais elle peut dans certains contextes se retrouver également sur le parvis de l’Opéra, lors des mouvements sociaux, lorsque la danse de ces mêmes danseuses est devenue une manifestation de leur protestation politique lors des grèves. Les danses sont souvent présentes également dans les fêtes foraines, fêtes de village et autres célébrations, locales ou plus larges, parfois même au cœur de jeux (même de jeux de société!). Organisées ou surgissant spontanément, ces danses sont tout aussi captivantes.

© David Hofmann

Les micro-sociétés, qu’elles soient créées de façon éphémère le temps d’un festival ou soient plus durables, laissent toujours une grande place à la danse. Toujours gratuite, elle y prend souvent la forme d’un cadeau, que l’on s’offre à soi en tant que danseur, mais aussi à ses partenaires de danse et à tous ceux qui vont pouvoir en profiter en la regardant. La danse en tant que cadeau rappelle les très officielles danses des Nations kwakiutl, qui considèrent que danser pour quelqu’un est un des plus beaux cadeaux qu’il est possible d’offrir. Recevoir une danse ou être capable d’offrir une danse de qualité était considéré comme une grande richesse, avec une valeur tangible. On la retrouvait par exemple lors des Potlatsch dont on a déjà parlé dans l’article « Mauss, don et société ». On ne peut s’empêcher de penser aussi à la danse que Salomé offre à Hérode pour obtenir la tête de Jean-Baptiste sur un plateau en échange. Mais aussi peut-être, à cette danse sensuelle, ou voir au strip tease, que des amants peuvent s’offrir entre eux dans l’intimité…

La danse a donc de multiples facettes. Elle peut être un cadeau pur et mystérieux, ou une monnaie d’échange précieuse et rare. Et sa capacité à devenir l’un ou l’autre est d’autant plus intéressante qu’elle commence toujours par être le divertissement de celui qui danse.

*

Dansez autant que vous pouvez et à bientôt !


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.