Cauchemar au festival – Partie 1

De la musique, des lumières, des organisateurs sur-motivés et des participants enthousiastes, comment un festival pourrait-il tourner au cauchemar me direz-vous ? Pourtant, c’est loin d’être une rareté et cela devient presque même un classique. Les festivals sont connus pour être des microcosmes à eux seuls, mais cela ne veut pas dire que lorsqu’un grain de sable entame la mécanique, la catastrophe ne devient pas majeure.

Woodstock, ou comment un désastre s’est changé en mythe

Avant toute chose, il faut que je détruise ce qui est peut-être encré dans votre esprit comme l’un des plus grands succès du monde du festival : Woodstock, août 1969. Si le festival est aujourd’hui une véritable légende, vestige du mouvement hippie et de cette période où tout était beau, fleuri et souriant, c’est en partie grâce à sa programmation extraordinaire. On retrouve par exemple Joan Baez, Santana, Canned Heat, Grateful Dead, Janis Joplin, Creedence Clearwater Revival, Jefferson Airplane, Jimi Hendrix, etc. La liste des artistes de talent est presque trop belle pour être vraie. Le fait est qu’ils sont tous venus. Là n’est pas le problème.

© Krists Luhaers

Pour commencer, les conditions climatiques ne sont plus aujourd’hui un mystère, les trois jours se sont déroulés sous une pluie battante, contraignant artistes et spectateurs à faire avec. Ravi Shankar, qui a joué le vendredi a dû jouer littéralement trempé d’ailleurs. Les spectateurs devaient patauger dans la boue, sous une pluie torrentielle, une boue dont il était apparemment très difficile de s’extraire. Par ailleurs, le festival, qui était initialement payant, a fait venir tellement de monde qu’on estime que seuls 10 % des spectateurs avaient payé leur entrée, les autres étaient rentrés en passant par dessus les barrières ou en les défonçant tout simplement. Le festival était donc sous la pluie, pataugeait dans la boue et en surnombre astronomique. Mais même en oubliant ce genre de considération, les performances musicales étaient loin d’êtres ce que l’on est en droit d’attendre des artistes qui se sont présentés. Joan Baez, enceinte de 6 mois à l’époque, était épuisée. Les Who ont été interrompus en pleine performance par un activiste politique. Janis Joplin est arrivée complètement ivre sur la scène. Quant à Jimi Hendrix, avec sa performance extraordinaire et mystique et sa guitare brûlée (nous en reparlerons dans un futur article), n’a pas joué devant plus de quelques personnes le dimanche soir, tant tous les spectateurs, épuisés et fourbus par les conditions, étaient déjà partis.

Pourtant, cela n’a pas empêché ce festival de rester dans les esprits comme le plus grand festival hippie de tous les temps. (Peut-être pas dans l’esprit de ceux qui y ont véritablement assisté…).

Concert ou émeute ?

A peine 6 mois après Woodstock, s’est tenu un autre festival, celui d’Altamont, de sinistre mémoire. Organisé par les Rolling Stones, il aurait dû être la réponse de la côte ouest à Woodstock (qui s’était tenu dans l’état de New York). On retrouvait alors une programmation du tonnerre, avec Santana, et Jefferson Airplane qui faisaient encore partie de l’aventure. Là où l’on pense que c’est la drogue qui a maintenu les spectateurs de Woodstock pacifiques, trop perchés pour réaliser ce qui se passait, on pense également que c’est la drogue (une autre sorte certainement) qui est responsable des événements qui sont survenus à Altamont. Par ailleurs la « sécurité » sur le festival aurait dû être tenue par les Hell’s Angels, défoncés au LSD, amphétamines, sécobarbital et alcool (oui, oui, tout ça à la fois), qui ont largement participé au désordre.

Très vite, des bagarres éclatent, en plein milieu des représentations des artistes qui se rendent bien compte, confusément, que quelque chose ne va pas avec ce festival. L’après-midi, les Rolling Stones, qui ont prévu de traverser la foule pour aller sur scène à pieds, constatent que la scène est envahie et ne leur laisse que peu de place. Leur concert est donc retardé le temps de vider la scène pour leur laisser la place de jouer, ce qui ne fait qu’échauffer les esprits. Peu après, tandis que les Stones jouent, une bagarre éclate, coûtant la vie au sinistrement célèbre Meredith Hunter (un étudiant du public), qui est poignardé par un membre chargé de l’ordre, sous les yeux de sa petite amie. Il sera ensuite amené au sol, battu et poignardé à nouveau par les Hell’s. Il portait apparemment une arme à feu (des images tendraient à le prouver), mais cette arme n’a jamais été retrouvée. Les Stones continueront de jouer encore huit morceaux après cet événement sans avoir aucune idée de ce qui se déroule sous leurs yeux.

© Nils Schirmer

Ce festival est considéré par beaucoup comme la fin officielle du mouvement hippie, face à la catastrophe qu’il a représenté pour beaucoup. A cela s’ajoutera ensuite la mort de figures musicales importantes du mouvement quelques mois plus tard, dont notamment Janis Joplin, Jim Morrison et Jimi Hendrix (tous les trois à 27 ans, plus ou moins à cause de leurs addictions respectives…).

Mais ensuite, ce n’est qu’un long déluge de festivals qui tournent mal, avec plus ou moins de bruit médiatique. En 1999, pour le 30e anniversaire du festival de la paix et de l’amour (hm, référez vous à ce que j’ai écrit plus haut, j’aurais plutôt dit de la défonce et de la pluie, mais bon), on organise ce qui se veut comme un festival héritage. Cependant, les spectateurs n’ont pas le droit d’apporter leur nourriture ou leur eau (ils peuvent bien sûr en acheter sur place à des prix exorbitants). Et lorsque les Red Hot Chili Peppers reprendront la chanson « Fire » de Jimi Hendrix, les spectateurs mettent tout simplement le feu à tout ce qu’ils trouvent (tentes, véhicules, etc.).

Toutefois, les festivals sont également sujets aux émeutes avec de la musique électro, avec l’échec monumental du Bloc festival en 2012, où plusieurs milliers de personnes se sont plaintes d’avoir été écrasées, ou de s’être retrouvé dans des bousculades très dangereuses. Vestiville, un festival avec une programmation qui comprenait entre autres Maître Gims, a dû être annulé en catastrophe à cause d’une mauvaise organisation de ses fondateurs. Et cela aurait pu en rester là, mais les spectateurs mécontents ont décidé de rester sur place afin d’obtenir gain de cause. On leur enverra en réponse les autorités, accompagnées de gaz lacrymogène, ce qui transformera le festival en émeute pure et simple.

Défaut d’organisation & annulations en pagaille

Les organisateurs peuvent parfois (par mauvaise foi ou par maladresse, je vous laisse en juger) être bien pires que leurs spectateurs. Lors du festival de Zoo8 en 2008, les spectateurs ont dû attendre des heures avant d’entrée, pas d’accès à l’eau potable et un espace de camping aussi grand qu’un mouchoir de poche pour chacun. Les artistes, qui n’ont pas été payés, ont donc refusé de jouer. Un poteau de tente près de la scène s’est brisé, rendant son accès impossible et plusieurs barrières se sont écroulées pour ne rien arranger.

Le festival Maitreya n’est pas en reste, puisqu’il a été annulé littéralement la veille, et les organisateurs ont refusé de rembourser tous les spectateurs (avec un billet qui va de 100 à 300$ quand même). Des festivals qui s’annulent pour la seule absence d’UNE tête d’affiche parmi d’autres (The flying dutch), ou qui laissent leurs festivaliers dormir dans des fossés, sous la pluie, sans eau ni nourriture bien sûr (Tomorrowworld 2015).

La palme du désastre en terme de festival raté contemporain est sans doute le Fyre Festival. Un festival qui promettait beaucoup, mais qui.. promettait beaucoup. Les fondateurs ont voulu surfer sur la vague des influenceurs web, faire une publicité monstrueuse et une communication soigneusement élaborée. Cependant, ils n’avaient pas songé un seul instant semble-t-il, que l’organisation d’un festival requérait plus qu’une jolie affiche et d’intéressants teasers vidéo. Supposé se dérouler sur une île privée qui aurait anciennement appartenu à Pablo Escobar, les festivaliers ont commencé par arriver en avion.

A leur atterrissage une forte pluie (encore) a détrempé les tentes et les matelas qui avaient maladroitement été laissés dehors. Les festivaliers sont invités à attendre plus de 5 heures dans un restaurant (qui propose essentiellement des sandwichs au fromage en boîte) pendant que les organisateurs tentent de rattraper leur festival et de se débattre avec des désistements de groupes. Rapidement, ils prennent conscience que le nombre de festivaliers est de toute façon bien plus élevé que celui des tentes et des matelas mouillés qui les attendent. Il n’est pas non plus possible, en cette saison, de se rabattre sur les complexes hôteliers des îles voisines, car ils affichent tous complets. Par dessus le marché, une fois la nuit tombée, il n’existe aucune source de lumière pour s’éclairer et la confusion la plus totale règne sur l’île.

Dans l’intervalle, plusieurs participants se feront voler leurs bagages, se rendront compte qu’il n’y a pas de réseau pour le téléphone et que la plupart des constructions humaines de l’île sont des chantiers encore inachevés. Désespérés, les organisateurs renoncent et annoncent que le festival sera reporté et que les spectateurs seront ramenés en avion à Miami dès le lendemain matin. Évidemment, comme le programme de vol en est perturbé, le vol aura du retard, et les festivaliers se retrouveront donc coincés à l’aéroport, encore une fois, sans accès à l’eau, à la nourriture, ou à de l’air conditionné, ce qui conduira à des évanouissements dus à la chaleur.

Quelques événements musicaux qui ont mal tourné :

  • Guns n’roses, juillet 1991 (émeutes apparemment dues à l’orgueil Axl Rose)
  • The Doors, mars 1969 (Jim Morrisson est ivre, en retard, ne chante pas et fait des menaces exhibitionnistes (l’histoire ne dit pas s’il les as mises à exécution avant d’être évacué par les autorités))
  • Frank Zappa, décembre 1971 (un spectateur tire au plafond avec un pistolet de détresse, causant un incendie, cela donnera naissance à la chanson la plus culte de Deep Purple « Smoke on the water »)
  • Deep Purple, avril 1974 (destruction totale des instruments, de la scène et de la caméra qui devait filmer le concert par Richie Blackmore devant un public et un groupe médusé)
  • The Stooges, 1974 (bagarre entre Iggy Pop et des spectateurs, qui finiront par mettre un contrat sur sa tête à la suite de cela)
  • Ozzy Osbourne, janvier 1982 (Ozzy va décapiter et dévorer la tête d’une chauve-souris qu’il pensait être une fausse)
  • Mötley Crüe, 1983 (le public lance des os et des têtes d’animaux sur le groupe, ce qui est plutôt bien pris, jusqu’à ce qu’un de leurs techniciens soit touché par une fléchette, que Tommy arrive à lui retirer sans arrêter de jouer, peu après la machine à fumée explose, et un liquide s’étale sur toute la scène avec une odeur atroce, il fallu attendre le dernier morceau pour que le groupe réalise que le technicien avait été brûlé sérieusement et que l’odeur venait de lui) , bien que le groupe collectionne les concerts désastreux, on peut aussi citer le mémorable décembre 2015 (Tommy se retrouve coincé la tête en bas pendant plusieurs longues minutes après une panne de sa batterie, vidéos sur internet à l’appui pour les curieux…)
  • Smith Westerns, 2011 (une tempête diluvienne survient, emporte la scène qui s’écroule et cause la mort de 5 spectateurs)
  • The Who, décembre 1979 (les fans se jettent sur des portes fermées, 11 personnes mortes piétinées, 26 blessés)

Vous l’aurez compris, un festival n’est pas un lieu sans risques, bien au contraire. Si quelques fois les raisons de ce désastre sont purement économiques (les organisateurs qui font des promesses vides ou bien qui poussent l’appât du gain jusqu’à vendre à des prix bien trop élevé des biens de première nécessité, comme l’eau par exemple), d’autres fois, elles sont dues à des critères météorologiques (et oui, la pluie, c’est joli mais peu adapté au festival), mais surtout, dans l’immense majorité des cas, elles sont dues à des erreurs humaines qu’elles viennent des organisateurs, des spectateurs ou encore des artistes.


J’espère qu’à l’avenir vous ne manquerez pas de repensez à tout ce que je viens de vous raconter et… qu’ensuite vous irez au plus de festivals et de concerts qu’il vous est possible !

Que rien n’arrête la musique & à bientôt !


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.