Donner et recevoir – Noël partie 1

D’abord, comme il se doit, un petit historique. J’ai beaucoup évoqué ici la question du solstice d’été, le 21 juin. Mais il convient à présent, période de l’année oblige, de s’intéresser un peu à son équivalent hivernal, le 21 décembre. Attendez, c’est un article sur Noël me direz vous, c’est le 25 décembre non ? Pas du tout le 21, qu’est-ce que c’est que cette histoire ? Sauf que. Noël est une fête chrétienne, certes, ayant lieu le 25 décembre, certes. Mais c’est loin d’avoir toujours été aussi simple.

Vous avez peut-être entendu, un jour ou l’autre, les mots de Saturnales ? De fête de Mithra ? De Yule ? Eh bien il se trouve que ce sont ces fêtes d’abord, qui ont occupé nos ancêtres lors du solstice d’hiver.

© Norman Tsui

Si on se penche sur Mithra, il n’y a rien d’étonnant à ce que sa fête soit célébrée le jour de Noël, car le dieu Mithra est né le 25 décembre (cela ne vous rappelle personne?). Ce dieu dont l’origine remonte probablement à plus de 4000 ans, est fêté depuis lors aux alentours du solstice d’hiver, pour son anniversaire, comme il se doit. D’origine indo-persienne, Mithra est le dieu du soleil. C’est lui qui protège les humains, qui les réchauffe et leur permet de se nourrir en faisant pousser leurs plantes. Mithra est un dieu qui donne, et c’est pourquoi, lors de son anniversaire, le 25 décembre, on lui rend hommage avec des cadeaux et des offrandes. Le 21 décembre, solstice d’hiver, est le jour le plus court de l’année, la nuit est si longue, qu’il semble qu’elle ne finira jamais. Pourtant, chaque année, le 25 décembre, Mithra renaît et les jours se rallongent à nouveau, déployant ainsi le plus beau cadeau que Mithra ait à offrir aux humains. Plus au nord, chez les Celtes (comme chez bien d’autres religions polythéistes d’ailleurs), on retrouve cette idée d’un dieu solaire, qui se meurt lors du solstice d’hiver, mais dont ce jour représente aussi la renaissance (ou l’anniversaire) et donc la victoire, car il renaît sans cesse, invariablement.

Pour ce qui est des Saturnales, vous aurez aisément compris qu’il s’agissait d’une coutume romaine. Dans l’Antiquité, cette fête durait une semaine aux alentours de notre Noël actuel. Durant cette période, dans la culture romaine pourtant très hiérarchisée, on considérait qu’il n’existait plus aucune différence sociale entre les individus et toutes les religions étaient conviées à ces célébrations, sans que cela ne pose le moindre problème. On partageait des repas, on offrait des cadeaux à ceux que l’on aimait ou parfois à ceux qui passaient par la maison. Aux enfants, on offrait des jouets ou des petits personnages, aux invités, du houx, du gui ou du lierre, qui servait aussi à décorer les habitations. Durant cette semaine, les esclaves étaient considérés comme libres, et dans certaines maisons, c’était même le maître qui servait l’esclave pour changer. Toutes les institutions étaient closes, et on suspendait même toutes les condamnations à mort. Chacun est chez soi, occupé à confectionner de petits cadeaux personnalisés qu’il pourra ensuite offrir (saturnalia et sigillaricia). La plupart des repas durant cette période sont gracieusement offerts.

Druides et chamanes du monde entier, lors du solstice d’hiver (chez les peuples situés dans l’autre hémisphère cependant, les dates sont inversées), on célèbre durant la semaine du jour le plus court de l’année, la renaissance du soleil. Yule, qui signifie en réalité « solstice » en vieux norrois, est le jour où Heimdall, qui vit au pôle nord, redescend pour visiter les enfants, récompensant ceux qui ont bien agi en leur laissant des cadeaux et punissant ceux qui n’ont pas été sages par de la cendre. Pour les vikings, Yule est une fête de lumière, où les humains, aussi bien que les dieux, en profitent pour se retrouver entre amis et en famille, profiter de ceux que l’on aime, pour partager de la bonne nourriture, des chants, des présents fabriqués à la main, et raconter des histoires.

© Samuel Holt

Voilà pour l’historique. Aujourd’hui on retient plus souvent dans le monde occidental que Noël est une fête chrétienne, qui célèbre la fête de Jésus de Nazareth, qui serait lui aussi né un 25 décembre. Cependant, le mois de décembre est également le mois de la fête de Saint Nicolas. La légende de ce saint raconte qu’il aurait réussi à ressusciter trois petits enfants qui avaient été découpés par un horrible boucher. C’est ainsi qu’il est rapidement devenu le protecteur des enfants, en particulier des tous petits. Au Moyen-âge, dès 1087 (le 6 décembre), dans les pays d’Europe du Nord et d’Europe de l’Est, il devient peu à peu de coutume qu’un homme se déguise en Saint Nicolas (tel qu’on se le représentait, c’est à dire avec une grande barbe, une crosse d’évêque, une mitre et un gros vêtement à capuche) et passe dans les maisons pour offrir des cadeaux aux enfants sages (ce n’est qu’au cours du 16e siècle que le Père Fouettard fera son apparition). Peu à peu, les légendes se sont entremêlées, donnant naissance au Père Noël, un personnage ressemblant étrangement à Saint Nicolas, qui offre des cadeaux aux enfants, mais le jour de la naissance de Jésus à présent, le 25 décembre donc.

Malgré cela, il ne faut pas oublier également qu’une autre grande fête a lieu aux alentours du solstice d’hiver, il s’agit de Hanoukka. Pour les juifs il s’agit d’un très grand moment de réjouissances, durant 8 jours, la fête des lumières. Et il est effectivement encore question de lumières qui durent inexplicablement plus longtemps qu’on s’y attendrait (comme le soleil qui revient chaque année). C’est l’occasion de faire de grands et longs repas copieux, mais aussi d’étudier et de se cultiver autour d’histoires (Hanoukka vient de la racine du mot ‘hanèkh en hébreu, qui signifie “éduquer”). Et bien sûr on s’offre également des cadeaux ! Contrairement à une croyance populaire, ce n’est pas l’acculturation des juifs qui les aurait conduit à adopter l’habitude de se faire des cadeaux, car leurs grands sages anciens encourageaient déjà cette coutume (Maïmonide, etc.).

Le solstice d’hiver est donc un moment étroitement lié au fait de donner et de recevoir des cadeaux. (Heureusement, aujourd’hui le Père Noël ne s’occupe pas que des enfants!) Cette coutume pose une multitude de questions, parmi lesquelles celle de la gratuité et/ou de la valeur de ce que l’on offre, de l’importance accordée à « être ensemble » vs l’accumulation matérielle de biens, ou encore celle de savoir, évidemment, plus profonde, d’où vient que l’on s’offre des présents autour du solstice d’hiver, et ce depuis plusieurs milliers d’années ?

En tout cas, je vous souhaite à tous de passer un merveilleux solstice d’hiver et d’excellentes fêtes de fin d’années, en espérant qu’il vous soit possible de voir vos proches malgré les circonstances actuelles et peu importe si cette période a plus de signification pour vous sous le nom de Yule ou de Noël, ou qu’il s’agisse de Saint Nicolas ou de Mithra qui vous apporte vos cadeaux.


Merci & à bientôt !


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.