Fouiller dans les Archives

Il apparaît que dans bien des cas, un travail de recherche digne de ce nom ne puisse pas aller sans une enquête approfondie de fouilles dans une forme ou une autre d’archives. C’est un travail fastidieux, pas toujours agréable ni gratifiant, et dans certains cas, il est possible que l’on ressorte de cette expédition lessivé, mais pas plus renseigné. Pourtant, si votre sujet de recherche comporte des éléments d’archives (et c’est le cas du mien), il est indispensable de se plonger dedans, au moins une fois, juste au cas où quelque chose aurait pu nous échapper.

On parle généralement du terme « archives » lorsqu’il est question de documents anciens. Ces documents sont stockés et classés dans un but de conservation ou à des fins historiques (souvent même, les deux). Ce type de documents ne porte pas toujours officiellement le nom d’ « archives » pour les personnes qui le gèrent, ou bien pour ceux qui en sont la source. Pourtant, dès lors qu’un document qui a eu son utilité par le passé, n’en a plus à ce jour parce qu’il a perdu de son actualité, et est conservé, alors ce document est une forme d’archive (en tout cas dans le contexte qui nous intéresse ici).

La principal difficulté du travail de fouille dans les archives, c’est qu’il peut s’agir d’absolument tout et n’importe quoi. En sciences humaines (SHS), on peut trouver des manuscrits, des journaux, des notes de service, des rapports d’activités, mais aussi des flyers ou des prospectus. Mais certains documents ne sont pas forcément du texte, ils peuvent être visuels, voir graphiques, comme les affiches d’événements, les cartes, les publicités, les billets ou les tickets. D’autres encore, peuvent tout simplement n’être pas palpables. Ce sont les vidéos (officielles ou amateurs), les podcasts, les transmissions radios enregistrées, etc. La liste est infinie. Bien sûr, tout cela peut également se retrouver dans son équivalent numérique (en ligne ou non), en particulier lorsqu’il s’agit de documents récents. Dans le cas de ma thèse spécifiquement, surtout dans les cas où il existe peu d’archives en quantité, je préfère privilégier la prudence et ne pas pré-trier ce sur quoi je vais me pencher sans savoir ce qu’il y a dedans avant. Tous les types de documents ont leurs avantages et leurs défauts. Leur sélection doit dépendre avant tout de votre sujet et de votre problématique. Quels sont les documents qui peuvent vous permettre de mettre en avant ce dont vous souhaitez parler ?

© Marjan Blan

La toute première phase d’un travail de fouille dans les archives, c’est la phase de recueillement. C’est de loin la plus fastidieuse, bien que ce ne soit pas la plus longue. Trouver des données d’archives peut se faire de plusieurs façons selon ce que vous recherchez. Le cas idéal, c’est celui où vous vous intéressez à ce que l’on appelle les « archives publiques ». C’est à dire en d’autres termes, aux archives de l’État. Puisqu’il s’agit d’éléments officiels, ce type de documents est souvent surprenant d’informations précieuses. Cependant, méfiez-vous de l’aspect juridique de la chose. En France par exemple, les archives publiques peuvent être utilisées après un certain délai, qui est régit dans une loi figurant au Code des relations entre le public et l’administration, à l’article L 321-1. Mais cette loi ne s’applique plus lorsqu’il s’agit de documents pouvant contenir les données personnelles de quelqu’un ou bien si le document relève plutôt de la propriété intellectuelle. Gardez à l’esprit que chaque pays a ses propres règles et lois concernant ses archives publiques. Il s’agirait de ne pas violer la loi quelque part, même si c’est à l’autre bout du monde…

L’autre grande source de documents c’est évidemment les sources privées. Les documents sont plus difficiles à obtenir, il faut chercher plus longuement, surtout lorsqu’il s’agit de documents dont la publication n’est pas obligatoire. Malgré cela, les archives privées ont l’avantage de pouvoir être exploitées selon le bon vouloir du propriétaire. C’est à dire que s’il vous aime bien, ou qu’il s’en fiche totalement (ce qui arrive plus souvent qu’on ne le pense), vous pouvez utiliser les documents qu’il vous confie dans vos recherches. Mais attention, cela relève du droit privé, il est toujours préférable d’assurer vos arrières en lui demandant une trace écrite de son accord.

C’est un simple conseil, mais je vous recommande dès le départ, de tenir une liste complète et bien renseignée de toutes les archives que vous consultez. J’y indique personnellement la provenance ou la source, la date de création du document, la date de mise à disposition parfois, un maximum de description du document et mes propres notes le concernant, ainsi bien sûr, qu’une caractérisation basique (titre ou nom, etc.). Je traite cette liste presque aussi précieusement que les quelques paragraphes que j’ai déjà écrits de ma thèse ou que ma bibliographie (copie sur mon ordinateur, sur mon disque dur externe, sur deux clefs USB différentes, etc.). S’il m’arrivait de perdre ce travail, dûment classifié et analysé, c’est moi qui serait perdue !

© Ula Kuzma

Le travail d’archive permet indubitablement de disposer d’une immersion directe, particulièrement si votre thématique comporte des événements ponctuels qui sont aujourd’hui terminés. L’aspect historique est un autre avantage indéniable des archives. Elles sont une machine à voyager dans le temps, littéralement. Relire un vieux journal est exactement un retour dans le passé, on y ressent l’ambiance, les préoccupations et parfois même les sentiments de ceux qui l’ont écrit. En sciences humaines, c’est un élément que je considère à ne pas négliger, afin de mieux saisir les idées et les concepts des personnes à un instant T.

L’apport de documents permet de donner au travail de recherche une sorte d’appui scientifique, car il s’agit d’un élément de source fiable, souvent attesté et parfois accessible (et donc vérifiable) par tout le monde librement. Finalement, ce que j’appelle la fouille d’archives, c’est d’abord un travail de compilation. Même dans les matières dites « abstraites », car certains éléments peuvent permettre de conceptualiser et même de rendre plus concrets certains aspects de la recherche. Ensuite, c’est un travail d’analyse, ce que, je suis sûre, vous savez parfaitement faire. C’est ce travail d’analyse, qui constituera votre plus gros effort, qui donnera tout leur relief aux documents qui auront retenu votre attention, afin de pouvoir en faire ressortir vos hypothèses de travail.

Enfin, il vous faudra ensuite exploiter les données à l’intérieur de la thèse, mais comment ? Après plusieurs demi-journées de torture, j’ai fini par réaliser que finalement la solution est bien souvent contenue dans les documents eux-mêmes. Parfois il s’agira de photographies dans les annexes, ou de retranscriptions complètes lorsque cela se justifie. Mais cela peut aussi, dans le cas des documents textes, être une citation à l’intérieur du texte de votre travail si cela est possible et suffisant. L’important est de lier votre document au reste de la thèse surtout ! Il ne s’agit pas de parler d’un document pour en parler, il faut que ça apporte quelque chose à votre problématique et à votre démonstration. Sinon, c’est de l’archivage, pas une thèse les amis !


Bon courage dans vos recherches & à bientôt !


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.