Le corps de l’artiste, partie 1 – Le corps qui peint

Les artistes ont toujours aimé représenter des corps humains. Du temps des grottes jusqu’à aujourd’hui, il existe une infinité de représentations du corps de l’être humain. Ce motif, décliné sous toutes les variations possibles est un sujet intéressant. Cependant, aujourd’hui, nous allons plutôt nous pencher sur ce que l’artiste fait (ou ne fait pas) de son corps à lui.

Là encore, les déclinaisons paraissent extraordinairement nombreuses, surtout depuis que le XXe siècle a donné naissance à des facettes de l’art qui utilisent le corps de l’artiste d’une façon inattendue ou originale. Pour un sujet aussi vaste, il n’est pas raisonnable de prétendre à l’exhaustivité. On tentera tout de même de concentrer notre attention sur plusieurs facettes du corps de l’artiste dans l’art aujourd’hui. La première, pour une sobre introduction du sujet, sera celle du corps qui peint.

Attention, durant toute la série « Le corps de l’artiste », il est recommandé aux âmes sensibles de s’abstenir d’une telle lecture. A noter que les images resteront visibles tout de même.

Dès le milieu du XXe siècle, l’Art ne s’intéresse plus seulement à la toile peinte, au résultat. Critiques, penseurs et artistes redirigent leur attention vers l’acte de peindre lui-même. L’action, le fait de peindre, était devenu le sujet principal, ou au moins une part non négligeable de l’art lui-même. C’est ainsi que l’action painting a vu le jour.

© Mike Petrucci

Ce courant, d’abord surtout mené par des artistes masculins, s’est d’abord concentré sur l’action du peintre, puis le corps est devenu un outil qui permet de peindre, d’étaler la peinture, de faire acte dans l’activité peinture. Le corps de l’artiste devient tour à tour pinceau, brosse ou bien encore toile. Les artistes féminines se sont ensuite emparées de ce courant également et c’est tout l’Art qui s’en est trouvé modifié sans retour possible.

Tout le monde connaît bien sûr le génial Jackson Pollock, représentant presque à lui seul de tout le courant action painting, en témoigne les nombreuses vidéos de ses « performances » de peinture. Mais il faut également citer le brillant Georges Mathieu, qui alliait à sa peinture toute une gestuelle bien particulière. Ses peintures monumentales, souvent réalisées alors qu’il portait des costumes d’époque, étaient exécutées dans des scènes spectaculaires photographiées ou bien filmées, qui relevaient parfois plus du théâtre que de la peinture au sens traditionnel.

C’est ensuite aux japonais de s’emparer de ce mouvement où le corps de l’artiste est sollicité en tant qu’outil permettant la création artistique. Shozo Shimamoto réalisant ses peintures en jetant avec fougue ses pots de peinture directement sur la toile, ou encore Kazuo Shiraga se roulant dans la boue, l’acte de faire de l’art devient de plus en plus proche du corps de l’artiste, organique. De là il n’y a donc qu’un pas vers les anthropométries de Yves Klein. Ce dernier propose en effet des représentations où des femmes, nues, le corps enduit de peinture, sont devenues l’outil servant à appliquer la peinture sur la toile, que le peintre à présent, approche à peine. Ce que la brillante Niki de Saint-Phalle a bien compris avec ses œuvres peintes qui ne sont en réalité que des toiles avec des sacs de peinture, qu’elle éclate en tirant au fusil directement dessus, laissant ainsi couler la peinture, dans des explosions de couleurs dégoulinantes et cathartiques.

© Amauri Mejia

Mais d’autres choisissent au contraire ce prétexte pour se rapprocher de leur œuvre plus que jamais. L’artiste Marcel Duchamp, bien connu pour son esprit subversif, a été jusqu’à utiliser des éléments de son propre corps (poils, cheveux, …) ou ses sécrétions corporelles (sa semence en l’occurrence), pour constituer des tableaux où il mêlait ainsi manifestations de son propre corps et peinture, plexiglas etc. Des matériaux originaux qui se comprennent quand on sait que ces tableaux étaient destinés à son amante, l’artiste brésilienne Maria Martens. Il y a également ceux qui continuent, obstinément à tenir le pinceau, mais qui l’ont fait glissé de leurs mains… C’est le cas de Shigeko Kubota, qui, en signe de protestation contre l’action painting surtout pratiqué par les hommes et donc presque « éjaculatoire », utilisera son vagin pour tenir le pinceau dans ses œuvres.

Et puis il y a bien sûr un moment où la peinture disparaît tout à fait. Claes Oldenburg ou Carolee Schneemann ont donc choisi dans certaines de leurs œuvres de peindre avec des matières organiques non identifiées, ou même des déchets ou des ordures. Ana Mendieta elle, a choisi de peindre avec du sang. Andy Warhol explorera la question avec un procédé d’action painting qui impliquera sa propre urine.

Ainsi, le corps de l’artiste ne devient plus seulement un élément du « faire », il est ce qui doit être regardé, le centre de l’œuvre. Les exemples ne manquent certainement pas, et il ne s’agit là que de quelques cas, pris parmi des milliers, d’artistes qui ont choisi de voir leur corps, en tant qu’artistes, autrement.


Merci de vous être accrochés jusqu’au bout et à bientôt !


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.