S’organiser en tant que doctorant – partie 2

En tant que doctorant, que l’on soit contractuel ou non, le temps est une des ressources les plus précieuses dont nous disposons. Et soyons francs, en tant qu’être humain, c’est vrai aussi. Si je suis parfaitement honnête, le temps est bien la chose que je redoute le plus. Comment tout caser en un temps forcément limité ? Comment tout accomplir, tout lire, tout écrire, lorsque le temps ne ralentis pas ? De fait, le doctorant doit forcément se soucier du temps, après tout, en principe, il n’a que trois ans.

Sans prétention, voici les quelques petites astuces qui m’ont rendu bien des services, en espérant qu’ils vous soient utiles également. Et comme votre temps est précieux, je vais faire vite et aller à l’essentiel.

© Lukas Blazek

Pour commencer, évidemment, l’incontournable liste de choses à faire. Elle aide évidemment à vider son esprit de toutes les tâches, mais seulement si elle est parfaitement exhaustive. Elle peut prendre plusieurs formes : une liste toute simple ou encore mouvante en « à faire », « en cours », ou « fait ». Selon moi, et c’est tout personnel, elle gagne à être le plus simple et sobre possible. En revanche, je me refuse à faire des listes quotidiennes. Il me paraît toujours plus pertinent d’avoir deux grandes listes : une avec tout ce qu’il y a à faire pour le mois (personnel, professionnel et scolaire inclus), cela permet de ne pas perdre de vue les tâches qui reviennent tous les mois ; et une plus grande, plus durable, qui porte tout ce qui n’est pas spécialement urgent, mais qui mérite qu’on s’y attarde, ou les projets plus longs.

D’ailleurs, en parlant de ce qui est urgent et de ce qui ne l’est pas. Il existe une autre technique bien connue, qui consiste à diviser en 4 catégories les choses que l’on a à faire. « Important et urgent », « urgent, mais pas important », « important mais pas urgent » et enfin « pas important et pas urgent ». On appelle cette méthode la matrice de Eisenhower (elle aurait été élaborée par Dwight David Eisenhower). Mais en ce qui me concerne, comme je l’ai intégrée à mes deux listes de choses à faire par nature, ce travail ne se fait que de tête et n’a pas besoin d’être écrit.

Pour ce qui est de se mettre au travail et de réellement éliminer des tâches, il existe plusieurs méthodes. Celle qui est selon moi la plus utile est la méthode Pomodoro mais avec quelques ajustements. Cette méthode consiste basiquement à activer un chronomètre de 25 minutes durant lesquelles on se concentre pleinement à la tâche. Ensuite on s’accorde une pause de 5 minutes, puis on peut faire au bout de 4 sessions de 25 minutes, une pause plus longue de 15 minutes. Il apparaît que 25 minutes, c’est peu ou prou le temps que je mets à me concentrer sur une tâche. Cela me rend donc très difficile de profiter de mes 5 minutes de pause, sachant que je suis encore disons « d’humeur à travailler ». J’ai donc adapté cette méthode à mes besoins de la façon suivante : je travaille pendant un laps de temps non déterminé à l’avance, mais je bloque quoi qu’il arrive un chronomètre à environ 1h30 ou 1h45 au cas où. Ensuite, option A : je travaille sans fatigue ni lassitude pendant cette heure et demi et je fini par prendre une pause à la fin lorsque le chronomètre sonne et que j’ai donc accompli beaucoup de choses, ou option B : vers 45 minutes par exemple, je ressens une certaine lassitude, je ne suis pas inspirée, etc. et donc je prend ma pause à ce moment là. Pour cela, il faut que mes pauses soient optimales. Une pause de moins de 15 minutes n’a pas un impact suffisant pour que je me sente reposée. Pour optimiser ma pause, je m’accorde un temps de détente réel : je vais me faire un thé que je vais boire tranquillement sur le balcon, je joue avec mon chat, je lis un chapitre de livre ou je regarde un épisode de série. L’expérience m’a appris que pour être de nouveau productive, il me faut un véritable décrochage avant de m’y remettre. A la fin, je reprend plus apaisée.

© Monica Sauro

L’auteur Brian Tracy, dans son livre « Eat that frog ! » recommande de faire la tâche la plus difficile de la journée le matin en tout premier. Dans leur livre « Make Time », John Knapp et Jake Zeratsky recommandent entre autres choses, de choisir chaque jour une chose à faire qui est la priorité du jour et de se concentrer dessus. Si à la fin de la journée, cette chose est accomplie, même si ce n’est qu’une seule chose, alors la journée est considérée comme réussie. En tant que doctorant cela peut être : écrire une page de thèse, répondre à un appel à communication, etc. Combinez ces deux techniques et vos journées seront bien plus relaxantes, tout en étant plus productives. Même si vous n’accomplissez qu’une tâche par jour, à la fin de l’année, vous avez 365 tâches accomplies qui vous tiennent à cœur, et c’est cela qui compte.

Concernant la gestion du temps, il existe une multitude de façons d’organiser son emploi du temps en tant que tel. Par exemple, chaque jour, je ne me fait pas une liste de choses à faire, je me fais une « horloge », dessus, je sais que je dispose de 12h de travail. Je répartis ensuite ce que je veux faire dans ces heures. D’autres se contentent de tirets sur un post-it et c’est très bien aussi également. Ce que l’on ne doit pas oublier, c’est de garder du temps pour les choses qui n’ont pas l’air importantes, mais qui vont aider à progresser bien plus vite : les loisirs. N’ayez pas peur de vous imposer un temps de loisir par jour, avec quelque chose que vous aimez réellement faire et qui n’a pas de réel but autre que de vous faire passer un bon moment. Lire un roman, tester une nouvelle recette de cuisine, jouer.

Finalement, ce qu’il faut, c’est avant tout trouver votre propre méthode, quitte à bricoler la vôtre à partir d’idées ici et là. Mais surtout, profitez bien de votre temps !


Merci d’avoir lu cet article, j’espère qu’il aura pu vous aider, à bientôt !


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.