Pourquoi une recherche sur la création artistique et les micro-sociétés ?

Décrire un sujet de thèse peut rapidement devenir un vrai cauchemar. Surtout pour les apprentis doctorants qui viennent à peine de commencer leurs recherches. Bien sûr, il y a également des étudiants qui en une seule phrase résument d’un seul coup toutes leurs théories et l’intérêt de leur recherche avec brio. Évidemment, ce n’est pas mon cas. Je commence généralement par une grimace et j’enchaîne avec un long discours dont mon interlocuteur (qui se demande pourquoi il a eu l’idée de poser la question) et moi, ressortons épuisés.

Ce n’est pas que je sois une mauvaise élève (quoique). Avant d’entamer la grande aventure que représente un doctorat j’ai successivement été une lycéenne fêtarde et rebelle (je me demande encore comment j’ai eu mon baccalauréat), une bachelorette en sciences politiques, une licenciée de cinéma, d’arts plastiques et de littérature, ensuite j’ai également décroché mes maîtrises et autres masters en littérature, cinéma, esthétique de l’art et j’en passe. On pourrait croire alors que finalement les études, ça me connaît. Pourtant, et c’est sans doute la raison pour laquelle je continue inlassablement, chaque expérience est différente, chaque matière apporte avec elle son lot de surprises et d’obstacles inattendus.

Étant de toute évidence susceptible d’être distraite, j’ai vu dans la création de ce site plusieurs perspectives intéressantes. D’abord, me forcer à écrire, régulièrement et à rester concentrée sur le sujet de ma thèse. Mais aussi et surtout (parce que sinon j’aurais pu rester toute seule enfermée dans mon coin et écrire à seule destination de mon chat), parce que mon sujet traite précisément d’interactions humaines. Il me semblait donc impératif d’inclure, au moins en partie, une dimension participative à cette étude, à laquelle j’espère, vous serez donc enclin à vous joindre.

Cela relève de l’anecdote, mais la genèse de cette préparation de thèse remonte à plusieurs années. A cette époque où j’étais encore cette jeune lycéenne fêtarde. Il se trouvait que j’étais également fort enthousiasmée par les années 70, le mouvement hippie, etc. (la jeunesse vous savez…). Déplorant un jour publiquement la disparition de cette époque, j’appris par hasard l’existence d’un festival de l’autre côté de l’Atlantique : le Burning Man (si, si, vous voyez, on en parle aux JT de temps à autre, une semaine où des énergumènes brûlent un bonhomme géant). A ce moment, on me l’avait présenté comme étant un espace-temps qui reprenait tous mes idéaux optimistes et épicuriens (à tort ou à raison, on en rediscutera sans doute). J’ai été enthousiaste quelques temps à ce sujet, mais il est ensuite passé dans cet endroit de la mémoire où vous disposez les souvenirs tendres et fous de l’adolescence.

Du moins, c’est ce que je croyais. Durant mon master d’esthétique et philosophie de l’art, je m’intéressait d’abord surtout à l’art éphémère. Vous savez, celui que l’on détruit ou que l’on laisse se faire détruire par la nature. En tout cas, un art qui ne dure pas. Je me demandais, mais pourquoi créer quelque chose, se donner du mal, pour en fin de compte qu’il soit détruit ? Et puis de fil en aiguille, j’ai fini par revenir au Burning Man. Après tout, on y construit des œuvres et elles sont détruites à la fin, non ? Cependant, mon travail de thèse va plus loin que ce seul festival. Il n’est que la partie émergée de l’iceberg. Ce que j’ai entrevu, c’est tout un monde de personnes venant d’horizons divers, qui se rassemblent pour créer quelque chose ensemble. Quelque chose de nouveau, quelque chose de beau, quelque chose d’inédit. Bien sûr, parfois ces petites sociétés s’amusent à détruire ce qu’elles créent (non sans raison, on le verra), mais cet univers est loin de n’être que ça.

Et on en vient donc à ce site. Bien sûr, il servira pour que je puisse clarifier mes idées et écrire sur les sujets que je vais rencontrer mais que je ne pourrais pas traiter dans ma thèse. Mais il sera aussi un lieu d’échange et de partage, puisque vous pourrez participer en répondant à toutes sortes d’enquêtes diverses, qui vont porter sur votre vision personnelle à vous, de ce qu’est le don, la communauté, l’art, la création ou la destruction, la société, la culture, etc.

Pour en savoir plus sur le(s) sujet(s) qui vont nous préoccuper, vous pouvez vous rendre sur la page « A propos » qui rentre plus dans le détail de ce qui sera abordé.

A bientôt !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.