Mauss, Don et Société

L’une des notions les plus intéressantes à étudier dans les sociétés ou les micro-sociétés (de mon point de vue bien entendu), est celle du Don.

Anthropologues, ethnologues et philosophes ont déjà longuement disserté sur cette question. Le don, c’est une action, celle de donner. On le distingue de la vente, qui implique une convention entre acheteur et vendeur, ainsi que le concept de monnaie. Le don n’est pas non plus un troc, action de celui qui cède un bien pour en obtenir un autre. Enfin, le don se différencie également du vol, puisque le vol se fait aux dépends du propriétaire du bien.

Nous voilà donc devant quelques caractéristiques propres au don. Le don est gratuit, désintéressé et volontaire. En tout cas c’est ce qu’il semble au premier abord. Car dans la pratique les choses sont loin d’être aussi simples. C’est d’ailleurs pour cette raison que de si nombreux auteurs s’intéressent à cette question, qui est loin d’avoir été exploitée sous toutes les coutures.

© Kelly Sikkema

Aujourd’hui, on va surtout se préoccuper de l’avis de Marcel Mauss à ce sujet. Ce sociologue a observé que dans les sociétés qu’il étudiait, le don avait une grande importance. Il constate que certains membres de tribus, lorsqu’ils en rencontrent d’autres, leur font des dons. Ces dons sont clairement distincts du troc, et semblent répondre à une structure spécifique de la société. En effet, lorsqu’un individu A recevait un don d’un individu B, alors l’individu A finissait inévitablement par faire un don à l’individu B à son tour. Il parle ici d’un phénomène de « don et contre-don ».

Marcel Mauss remarque même que, dans certains cas, l’individu A faisait tout son possible pour que son don à l’individu B soit d’une valeur plus importante que celui qu’il avait reçu en premier lieu. Dans ce cas, on parle ici de don agonistique, c’est à dire que le don devient compétitif, voir, dans une certaine mesure, agressif.

Certaines cultures poussent en effet cette forme de don encore plus loin en détruisant littéralement ce qu’ils « donnent ». C’est le cas par exemple de certaines Premières Nations d’Amérique, qui donnaient de grandes fêtes, durant lesquelles ils offraient de grandes quantités de nourriture, de boisson et de divertissement à leur public. A la fin de cette fête, parfois, au lieu d’offrir une grande quantité de biens matériels, celui qui donne détruit tous les biens ainsi rassemblés (souvent tout ou grande partie de ce qu’il possède). On appelle cette pratique le Potlatch, bien qu’il ne soit pas toujours aussi destructeur.

Le Don n’est donc pas un phénomène pacifique et généreux (ou en tout cas pas seulement). Ces implications sont nombreuses dans la société qui l’adopte, sous quelque forme que ce soit. Pour Mauss, le don est un « fait social total », c’est à dire qu’il a une incidence à tous les niveaux de la société.

Cette petite introduction (très succincte) au don, tel que Mauss le conçoit, est essentielle pour comprendre comment le phénomène du don a un impact non négligeable sur la structure et le fonctionnement de la société qui l’adopte.

Prochainement, nous pourrons entrer dans le détail, et observer le concept du Don, dans la pratique.

A bientôt !

Pour ceux qui veulent en savoir plus sur les idées de Mauss : Marcel Mauss, Essai sur le don, 1924.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.