Bibliographie – Partie 1 – Le chercheur & les livres

Se lancer dans une recherche académique ne va pas sans l’inévitable constitution d’une bibliographie. A ma connaissance, il n’existe pas d’exception à cette règle, peu importe que la recherche en question se fasse dans le domaine des sciences dures ou des sciences humaines, peu importe le niveau où vous vous trouvez. Pour qu’un travail soit considéré comme crédible par nos pairs, il faut inévitablement se renseigner sur ce qui a déjà été fait, sur toute la recherche qui nous a précédé. Il ne s’agit pas simplement de montrer que l’on sait ce qui existe, mais également de s’en servir pour faire avancer notre sujet.

La bibliographie d’un chercheur est donc essentielle, importante et même formatrice. Cependant beaucoup de chercheurs, débutants ou même parfois les plus expérimentés, rencontrent ou ont rencontré des difficultés quant à l’élaboration de leur propre bibliographie. Même si en ce qui me concerne, tout n’est pas parfait, j’ai enfin trouvé un certain nombre de méthodes qui ont fait leurs preuves en ce qui me concerne, et je vais tâcher de partager tout cela. Puisqu’il s’agit d’un sujet très vaste, je ne vais pas faire un long article fleuve qui prendra plusieurs heures à lire, mais diviser la tâche en plusieurs articles, dont voici le premier.

© Gabriel Sollmann

Trouver des ressources

Avant même de songer à lire, encore faut-il trouver sur quoi porter son dévolu. Et si aujourd’hui cela paraît facile parce qu’internet rend beaucoup de choses plus accessibles, cela n’est pourtant pas encore gagné.

La première étape selon moi, c’est de ne pas avoir peur d’écouter les autres chercheurs. Bien sûr, consulter les livres recommandés par votre directeur ou directrice de recherche, mais aussi par toutes les personnes que vous trouvez inspirantes et qui travaillent sur un sujet proche ou cousin du vôtre. Évidemment, leurs publications devront être soigneusement analysées afin de repérer les ouvrages ou articles qui sont pertinents dans le cadre de votre recherche.

Lorsqu’on recherche quelque chose sur un sujet précis, surtout lorsque l’on part de zéro, je ne saurais que trop conseiller d’utiliser des moteurs de recherches et des catalogues de bibliothèque (voir celui de la BNF), en utilisant les mots-clefs de notre recherche (article sur comment trouver ses mots clefs prochainement) afin de voir ce qu’ils proposent. Oui, cela peut parfois prendre une demi-journée par catalogue afin de sélectionner tous les livres qui peuvent être intéressants, mais c’est nécessaire. A ce stade, je constitue généralement une liste de tous les livres que j’ai trouvé pertinents dans ma recherche (ça ne veut pas dire que je vais tous les lire).

Ensuite viennent les fouilles approfondies. C’est à dire que cette fois, à partir du corpus déjà bien étoffé, il s’agit de partir à la recherche d’autres sources pertinentes, qui se trouvent dans les bibliographies des ressources déjà sélectionnées. C’est long, fastidieux, mais ça vaut le coup. Tous les livres que vous sélectionnerez à cette étape vous assurent de ne pas oublier d’élément essentiel à votre recherche, par exemple un article ou un livre qui aurait plusieurs siècles et qui aurait été plus ou moins oublié.

Bien sûr, vous pouvez toujours vous balader dans les rayons des bibliothèques que vous aimez, dans une quête chevaleresque pour trouver le Graal des livres. Et, même si je pratique moi-même cette méthode à l’occasion, elle est plus efficace dans les bibliothèques spécialisées, ou si vous appréciez vraiment passer des après-midis interminables à contempler des rayons de livres, peut-être en vain.

Je préfère préciser que selon moi il est important de ne surtout pas négliger la vie quotidienne dans votre recherche de ressources intéressantes. Les lectures « plaisir » ou des lectures académiques, mais qui a priori portaient sur un autre sujet, peuvent se révéler de belles surprises si on y repense avec son sujet en tête. Pour ce qui est de la gestion des livres à lire, je me créé deux listes différentes : l’une avec des livres que je veux lire absolument et qui attendent sagement, et l’autre avec des livres qui pourraient être intéressants (si je trouve le temps, la motivation, un éclair de révélation, …).

Acheter, emprunter ou lire sur place

Il est parfois impossible d’avoir ce choix, parce que certains ouvrages ne sont consultables que sur place en bibliothèque (la partie II de cette série d’articles traitera justement de la prise de notes, etc.). Cependant, dans certains cas, rien ne s’oppose à la lecture sur place si le livre est petit, que vous avez du temps devant vous, et aimez l’ambiance de la bibliothèque.

D’aucuns auraient tendance à acheter systématiquement un ouvrage, sous prétexte qu’il s’agit d’un livre de poche, ou qu’il n’est pas cher. Mais, à moins que vous souhaitez encombrer votre maison de livres inutiles ou que vous ne l’ayez déjà lu bien sûr, je ne saurais que trop le déconseiller. Bien sûr, si c’est un livre dont le sujet est proche du vôtre, un livre de référence ou un livre qui vous inspire pour vos recherches tout simplement, se contenter de l’emprunter va être frustrant. Dans ce cas, mieux vaut l’acheter.

Et dans ce cas il peut vite arriver que l’achat de tant de livres explose votre budget. Mais il ne faut pas avoir peur des livres d’occasions. En dehors de cela, si un livre que vous souhaitez est cher, acceptez de perdre du temps dans les librairies d’occasion pour économiser de l’argent, certains ouvrages sont vendus ici à 150€ et là à 15€, en particulier lorsqu’ils sont vieux, car certains libraires consultent rarement les prix qui se font ailleurs pour tous leurs ouvrages. Si le livre est rare, n’hésitez pas à mettre des alertes sur des sites de vente de livres, à poster des annonces, ou encore à demander à ce qu’on vous le commande, même s’il faut attendre plus longtemps.

Enfin, privilégiez une bonne relation avec votre petit libraire local plutôt qu’une relation impersonnelle avec un site de vente en ligne. A long terme, puisque votre petit libraire vous reverra souvent repartir avec plusieurs demi-douzaines de livres, il sera plus enclin à faire des réservations et/ou des commandes pour vous. Et si vous êtes vraiment poli et gentil avec lui, après quelques mois à vous voir régulièrement, il sera plus tenté de vous faire un prix, alors que les grandes enseignes ne le feront jamais.

© Laura Kapfer

Pour ce qui est de la querelle livres papiers vs livres numériques, je dirais que j’ai longtemps été fermement opposée aux livres numériques, par confort et par affection. Néanmoins, il me semble indispensable aujourd’hui, en tant que chercheur, d’être ouvert aux deux formats. Certaines ressources ne sont disponibles qu’en format numériques, elles sont parfois moins coûteuses (voir gratuites pour les articles de certaines revues), et, particulièrement pour les livres de référence, dans lesquels on retourne souvent, c’est parfois agréable de pouvoir consulter la version numérique tout en poursuivant sa lecture d’un livre papier. Il va également sans dire que vos journées de recherche iront également sans une cinquantaine de livres ouverts, pages maintenues par d’autres livres par dessus, et le sol devenu invisible (oui parce que tout cela ne tient pas sur une table), si vous opter de temps en temps pour quelques livres numériques…

J’espère avoir pu vous aider dans cette grande entreprise qui est de trouver des ressources (livres, articles, etc.) dans vos recherches. La partie II portera sur la prise de notes pour les curieux.

Bonne lecture & à bientôt !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.