Archives de catégorie : Réflexions / Reflexions

Nightmare at the Festival – Part 1

Music, lights, over-motivated organizers and enthusiastic participants, how could a festival turn into a nightmare, you might ask? Yet it’s far from being a rarity and it almost becomes a classic. Festivals are known to be microcosms on their own, but that doesn’t mean that when a grain of sand enter the mechanics, the disaster doesn’t become a major one.

Woodstock, or how a disaster turned into a myth

First of all, I must destroy what is perhaps inked in your mind as one of the greatest successes of the festival world: Woodstock, August 1969. If the festival is today a true legend, a remnant of the hippie movement and of that period when everything was beautiful, flowery and smiling, it’s partly thanks to its extraordinary programming. We find for example Joan Baez, Santana, Canned Heat, Grateful Dead, Janis Joplin, Creedence Clearwater Revival, Jefferson Airplane, Jimi Hendrix, etc.. The list of talented artists is almost too good to be true. The fact is that they all came. That’s not the problem.

© Krists Luhaers

To begin with, the weather conditions are no longer a mystery today, the three days took place in pouring rain, forcing artists and spectators to deal with it. Ravi Shankar, who played on Friday had to play literally soaked by the way. Spectators had to wade through mud in torrential rain, mud that was apparently very difficult to get out of. On the other hand, the festival, which was initially a paying event, brought in so many people that it is estimated that only 10% of the spectators had paid their entrance fee, the rest had gotten in by going over the barriers or simply smashing them down. The festival was therefore in the rain, wading through mud and astronomical overcrowding. But even if we forget this kind of consideration, the musical performances were far from being what we are entitled to expect from the artists who showed up. Joan Baez, 6 months pregnant at the time, was exhausted. The Who were interrupted in the middle of their performance by a political activist. Janis Joplin arrived completely drunk on the stage. As for Jimi Hendrix, with his extraordinary and mystical performance and his on fire guitar (we’ll talk about it in a future article), he didn’t play in front of more than a few people on Sunday evening, so exhausted and confused by the conditions, all the spectators had already left.

However, this did not prevent this festival from remaining in the minds of the public as the biggest hippie festival of all time. (Perhaps not in the minds of those who actually attended…).

Concert or riot ?

Barely 6 months after Woodstock, another festival was held, the one in Altamont, of sinister memory. Organized by the Rolling Stones, it should have been the West Coast’s answer to Woodstock (which was held in New York State). It was a thunderous program, with Santana and Jefferson Airplane still part of the adventure. While we think it was drugs that kept the Woodstock audience peaceful, too high up to realize what was going on, we also think it was drugs (another kind certainly) that were responsible for the events that took place in Altamont. Furthermore, the “security” at the festival should have been held by the Hell’s Angels, who were high on LSD, amphetamines, secobarbital and alcohol (yes, yes, all of these at once), and who largely participated in the mess.

Very soon, fights broke out, right in the middle of the performances of the artists, who realized, confusedly, that something was wrong with this festival. In the afternoon, the Rolling Stones, who had planned to cross the crowd to go on stage on foot, find that the stage is overcrowded and leaves them little room. Their concert is therefore delayed until the stage is cleared to give them room to play, which only warms the spirits. Shortly afterwards, while the Stones are playing, a fight breaks out, costing the life of the eerily famous Meredith Hunter (a student from the audience), who is stabbed to death by a member of the orderly, in front of her girlfriend’s eyes. He’s then brought to the ground, beaten and stabbed again by the Hell’s. He was apparently carrying a firearm (pictures would tend to prove it), but this weapon was never found. The Stones will continue to play another eight songs after this event without having any idea of what’s going on in front of their eyes.

© Nils Schirmer

This festival is considered by many to be the official end of the hippie movement, in the face of the catastrophe it represented for many. To this will be added the death of important musical figures of the movement a few months later, including Janis Joplin, Jim Morrison and Jimi Hendrix (all three at 27 years old, more or less because of their respective addictions).

But then, it’s just a long flood of festivals that go wrong, with more or less media noise. In 1999, for the 30th anniversary of the festival of peace and love (hm, refer to what I wrote above, I would have rather said of high and rain, but hey), we organize what is meant to be a legacy festival. However, the spectators are not allowed to bring their food or water (they can of course buy it on the spot at exhorting prices). And when the Red Hot Chili Peppers perform Jimi Hendrix’s song “Fire”, the spectators simply set fire to everything they find (tents, vehicles, etc.).

However, festivals are also prone to riots with electro music, with the monumental failure of the Bloc festival in 2012, where several thousand people complained of being run over, or of being in very dangerous rushes. Vestiville, a festival with a program that included, among others, Maître Gims, had to be cancelled in catastrophe due to poor organization by its founders. And it could have stayed there, but the disgruntled spectators decided to stay on site to win their case. In response, the authorities were sent to them, accompanied by tear gas, which turned the festival into a pure riot.

Poor organization & messy cancellations

The organizers can sometimes (out of bad faith or clumsiness, I leave it to you to judge) be much worse than their spectators. During the 2008 Zoo8 festival, spectators had to wait hours before entering, no access to drinking water and a camping area as big as a pocket handkerchief for everyone. The artists, who were not paid, therefore refused to play. A tent pole near the stage broke, making access impossible, and several barriers collapsed to make matters worse.

The Maitreya Festival was not to be outdone, as it was cancelled literally the day before, and the organizers refused to reimburse all the spectators (with a ticket that ranged from $100 to $300 anyway). Festivals that cancel for the mere absence of ONE headliner among others (The flying dutch), or that let their festival-goers sleep in ditches, in the rain, without water or food of course (Tomorrowworld 2015).

The palm of disaster in terms of a contemporary failed festival is undoubtedly the Fyre Festival. A festival that promised a lot, but which… promised a lot. The founders wanted to ride the wave of web influencers, make a monstrous publicity and a carefully elaborated communication. However, they hadn’t thought for a moment, it seems, that organizing a festival required more than a nice poster and interesting video teasers. Supposed to take place on a private island that once belonged to Pablo Escobar, festival-goers first arrived by plane.

When they landed, a heavy rain (again) soaked the tents and mattresses that had been awkwardly left outside. Festival-goers are invited to wait more than 5 hours in a restaurant (which mainly offers canned cheese sandwiches) while the organizers try to catch up with their festival and struggle with group cancellations. Soon they realize that the number of festivalgoers is in any case much higher than the number of tents and wet mattresses waiting for them. It’s also not possible in this season to fall back on the hotel complexes on the neighboring islands, as they are all fully booked. On top of that, once night falls, there is no source of light to illuminate and total confusion reigns on the island.

In the meantime, several participants will have their luggage stolen, will realize that there is no network for the telephone and that most of the human constructions on the island are still unfinished construction sites. Desperate, the organizers give up and announce that the festival will be postponed and that the spectators will be flown back to Miami the next morning. Obviously, as the flight schedule is disrupted, the flight will be delayed, and festival-goers will therefore find themselves stuck at the airport, once again without access to water, food, or air conditioning, leading to fainting due to the heat.

Some musical events that went wrong :

  • Guns n’roses, July 1991 (riots apparently due to Axl Rose’s pride)
  • The Doors, March 1969 (Jim Morrisson is drunk, late, doesn’t sing, and makes exhibitionist threats (the story doesn’t say whether he carried them out before being evacuated by the authorities))
  • Frank Zappa, December 1971 (a spectator shoots a flare gun at the ceiling, causing a fire, this will give birth to Deep Purple’s most cult song “Smoke on the water”)
  • Deep Purple, April 1974 (total destruction of the instruments, stage and camera that was to film the concert by Richie Blackmore in front of a mesmerized audience and band)
  • The Stooges, 1974 (fight between Iggy Pop and some spectators, who will end up putting a contract on his head as a result)
  • Ozzy Osbourne, January 1982 (Ozzy is going to decapitate and devour the head of a bat he thought was a fake)
  • Mötley Crüe, 1983 (the audience throws bones and animal heads at the band, which is pretty well taken, until one of their technicians is hit by a dart, which Tommy manages to take away without stopping playing, shortly afterwards the smoke machine explodes, and a liquid spreads all over the stage with an atrocious smell, It was not until the last song that the band realized that the technician had been seriously burned and that the smell came from him), although the band collects disastrous concerts, we can also mention the memorable December 2015 (Tommy gets stuck upside down for several long minutes after a drum failure, videos on the internet to support the curious. ..)
  • Smith Westerns, 2011 (a torrential storm occurs, sweeps away the stage, which collapses and causes the death of 5 spectators)
  • The Who, December 1979 (fans throwing themselves on closed doors, 11 people trampled dead, 26 injured)

As you will have understood, a festival is not a place without risks, on the contrary. If sometimes the reasons for this disaster are purely economic (organizers who make empty promises or who push the lure of gain to the point of selling essential goods such as water at much too high a price), other times they are due to meteorological criteria (and yes, rain is nice but not very suitable for the festival), but above all, in the vast majority of cases, they are due to human errors whether they come from the organizers, the spectators or the artists.


I hope that in the future you will not fail to rethink everything I have just told you and… that you will then go to as many festivals and concerts as you can!

May nothing stop the music & see you soon!

Cauchemar au festival – Partie 1

De la musique, des lumières, des organisateurs sur-motivés et des participants enthousiastes, comment un festival pourrait-il tourner au cauchemar me direz-vous ? Pourtant, c’est loin d’être une rareté et cela devient presque même un classique. Les festivals sont connus pour être des microcosmes à eux seuls, mais cela ne veut pas dire que lorsqu’un grain de sable entame la mécanique, la catastrophe ne devient pas majeure.

Woodstock, ou comment un désastre s’est changé en mythe

Avant toute chose, il faut que je détruise ce qui est peut-être encré dans votre esprit comme l’un des plus grands succès du monde du festival : Woodstock, août 1969. Si le festival est aujourd’hui une véritable légende, vestige du mouvement hippie et de cette période où tout était beau, fleuri et souriant, c’est en partie grâce à sa programmation extraordinaire. On retrouve par exemple Joan Baez, Santana, Canned Heat, Grateful Dead, Janis Joplin, Creedence Clearwater Revival, Jefferson Airplane, Jimi Hendrix, etc. La liste des artistes de talent est presque trop belle pour être vraie. Le fait est qu’ils sont tous venus. Là n’est pas le problème.

© Krists Luhaers

Pour commencer, les conditions climatiques ne sont plus aujourd’hui un mystère, les trois jours se sont déroulés sous une pluie battante, contraignant artistes et spectateurs à faire avec. Ravi Shankar, qui a joué le vendredi a dû jouer littéralement trempé d’ailleurs. Les spectateurs devaient patauger dans la boue, sous une pluie torrentielle, une boue dont il était apparemment très difficile de s’extraire. Par ailleurs, le festival, qui était initialement payant, a fait venir tellement de monde qu’on estime que seuls 10 % des spectateurs avaient payé leur entrée, les autres étaient rentrés en passant par dessus les barrières ou en les défonçant tout simplement. Le festival était donc sous la pluie, pataugeait dans la boue et en surnombre astronomique. Mais même en oubliant ce genre de considération, les performances musicales étaient loin d’êtres ce que l’on est en droit d’attendre des artistes qui se sont présentés. Joan Baez, enceinte de 6 mois à l’époque, était épuisée. Les Who ont été interrompus en pleine performance par un activiste politique. Janis Joplin est arrivée complètement ivre sur la scène. Quant à Jimi Hendrix, avec sa performance extraordinaire et mystique et sa guitare brûlée (nous en reparlerons dans un futur article), n’a pas joué devant plus de quelques personnes le dimanche soir, tant tous les spectateurs, épuisés et fourbus par les conditions, étaient déjà partis.

Pourtant, cela n’a pas empêché ce festival de rester dans les esprits comme le plus grand festival hippie de tous les temps. (Peut-être pas dans l’esprit de ceux qui y ont véritablement assisté…).

Concert ou émeute ?

A peine 6 mois après Woodstock, s’est tenu un autre festival, celui d’Altamont, de sinistre mémoire. Organisé par les Rolling Stones, il aurait dû être la réponse de la côte ouest à Woodstock (qui s’était tenu dans l’état de New York). On retrouvait alors une programmation du tonnerre, avec Santana, et Jefferson Airplane qui faisaient encore partie de l’aventure. Là où l’on pense que c’est la drogue qui a maintenu les spectateurs de Woodstock pacifiques, trop perchés pour réaliser ce qui se passait, on pense également que c’est la drogue (une autre sorte certainement) qui est responsable des événements qui sont survenus à Altamont. Par ailleurs la « sécurité » sur le festival aurait dû être tenue par les Hell’s Angels, défoncés au LSD, amphétamines, sécobarbital et alcool (oui, oui, tout ça à la fois), qui ont largement participé au désordre.

Très vite, des bagarres éclatent, en plein milieu des représentations des artistes qui se rendent bien compte, confusément, que quelque chose ne va pas avec ce festival. L’après-midi, les Rolling Stones, qui ont prévu de traverser la foule pour aller sur scène à pieds, constatent que la scène est envahie et ne leur laisse que peu de place. Leur concert est donc retardé le temps de vider la scène pour leur laisser la place de jouer, ce qui ne fait qu’échauffer les esprits. Peu après, tandis que les Stones jouent, une bagarre éclate, coûtant la vie au sinistrement célèbre Meredith Hunter (un étudiant du public), qui est poignardé par un membre chargé de l’ordre, sous les yeux de sa petite amie. Il sera ensuite amené au sol, battu et poignardé à nouveau par les Hell’s. Il portait apparemment une arme à feu (des images tendraient à le prouver), mais cette arme n’a jamais été retrouvée. Les Stones continueront de jouer encore huit morceaux après cet événement sans avoir aucune idée de ce qui se déroule sous leurs yeux.

© Nils Schirmer

Ce festival est considéré par beaucoup comme la fin officielle du mouvement hippie, face à la catastrophe qu’il a représenté pour beaucoup. A cela s’ajoutera ensuite la mort de figures musicales importantes du mouvement quelques mois plus tard, dont notamment Janis Joplin, Jim Morrison et Jimi Hendrix (tous les trois à 27 ans, plus ou moins à cause de leurs addictions respectives…).

Mais ensuite, ce n’est qu’un long déluge de festivals qui tournent mal, avec plus ou moins de bruit médiatique. En 1999, pour le 30e anniversaire du festival de la paix et de l’amour (hm, référez vous à ce que j’ai écrit plus haut, j’aurais plutôt dit de la défonce et de la pluie, mais bon), on organise ce qui se veut comme un festival héritage. Cependant, les spectateurs n’ont pas le droit d’apporter leur nourriture ou leur eau (ils peuvent bien sûr en acheter sur place à des prix exorbitants). Et lorsque les Red Hot Chili Peppers reprendront la chanson « Fire » de Jimi Hendrix, les spectateurs mettent tout simplement le feu à tout ce qu’ils trouvent (tentes, véhicules, etc.).

Toutefois, les festivals sont également sujets aux émeutes avec de la musique électro, avec l’échec monumental du Bloc festival en 2012, où plusieurs milliers de personnes se sont plaintes d’avoir été écrasées, ou de s’être retrouvé dans des bousculades très dangereuses. Vestiville, un festival avec une programmation qui comprenait entre autres Maître Gims, a dû être annulé en catastrophe à cause d’une mauvaise organisation de ses fondateurs. Et cela aurait pu en rester là, mais les spectateurs mécontents ont décidé de rester sur place afin d’obtenir gain de cause. On leur enverra en réponse les autorités, accompagnées de gaz lacrymogène, ce qui transformera le festival en émeute pure et simple.

Défaut d’organisation & annulations en pagaille

Les organisateurs peuvent parfois (par mauvaise foi ou par maladresse, je vous laisse en juger) être bien pires que leurs spectateurs. Lors du festival de Zoo8 en 2008, les spectateurs ont dû attendre des heures avant d’entrée, pas d’accès à l’eau potable et un espace de camping aussi grand qu’un mouchoir de poche pour chacun. Les artistes, qui n’ont pas été payés, ont donc refusé de jouer. Un poteau de tente près de la scène s’est brisé, rendant son accès impossible et plusieurs barrières se sont écroulées pour ne rien arranger.

Le festival Maitreya n’est pas en reste, puisqu’il a été annulé littéralement la veille, et les organisateurs ont refusé de rembourser tous les spectateurs (avec un billet qui va de 100 à 300$ quand même). Des festivals qui s’annulent pour la seule absence d’UNE tête d’affiche parmi d’autres (The flying dutch), ou qui laissent leurs festivaliers dormir dans des fossés, sous la pluie, sans eau ni nourriture bien sûr (Tomorrowworld 2015).

La palme du désastre en terme de festival raté contemporain est sans doute le Fyre Festival. Un festival qui promettait beaucoup, mais qui.. promettait beaucoup. Les fondateurs ont voulu surfer sur la vague des influenceurs web, faire une publicité monstrueuse et une communication soigneusement élaborée. Cependant, ils n’avaient pas songé un seul instant semble-t-il, que l’organisation d’un festival requérait plus qu’une jolie affiche et d’intéressants teasers vidéo. Supposé se dérouler sur une île privée qui aurait anciennement appartenu à Pablo Escobar, les festivaliers ont commencé par arriver en avion.

A leur atterrissage une forte pluie (encore) a détrempé les tentes et les matelas qui avaient maladroitement été laissés dehors. Les festivaliers sont invités à attendre plus de 5 heures dans un restaurant (qui propose essentiellement des sandwichs au fromage en boîte) pendant que les organisateurs tentent de rattraper leur festival et de se débattre avec des désistements de groupes. Rapidement, ils prennent conscience que le nombre de festivaliers est de toute façon bien plus élevé que celui des tentes et des matelas mouillés qui les attendent. Il n’est pas non plus possible, en cette saison, de se rabattre sur les complexes hôteliers des îles voisines, car ils affichent tous complets. Par dessus le marché, une fois la nuit tombée, il n’existe aucune source de lumière pour s’éclairer et la confusion la plus totale règne sur l’île.

Dans l’intervalle, plusieurs participants se feront voler leurs bagages, se rendront compte qu’il n’y a pas de réseau pour le téléphone et que la plupart des constructions humaines de l’île sont des chantiers encore inachevés. Désespérés, les organisateurs renoncent et annoncent que le festival sera reporté et que les spectateurs seront ramenés en avion à Miami dès le lendemain matin. Évidemment, comme le programme de vol en est perturbé, le vol aura du retard, et les festivaliers se retrouveront donc coincés à l’aéroport, encore une fois, sans accès à l’eau, à la nourriture, ou à de l’air conditionné, ce qui conduira à des évanouissements dus à la chaleur.

Quelques événements musicaux qui ont mal tourné :

  • Guns n’roses, juillet 1991 (émeutes apparemment dues à l’orgueil Axl Rose)
  • The Doors, mars 1969 (Jim Morrisson est ivre, en retard, ne chante pas et fait des menaces exhibitionnistes (l’histoire ne dit pas s’il les as mises à exécution avant d’être évacué par les autorités))
  • Frank Zappa, décembre 1971 (un spectateur tire au plafond avec un pistolet de détresse, causant un incendie, cela donnera naissance à la chanson la plus culte de Deep Purple « Smoke on the water »)
  • Deep Purple, avril 1974 (destruction totale des instruments, de la scène et de la caméra qui devait filmer le concert par Richie Blackmore devant un public et un groupe médusé)
  • The Stooges, 1974 (bagarre entre Iggy Pop et des spectateurs, qui finiront par mettre un contrat sur sa tête à la suite de cela)
  • Ozzy Osbourne, janvier 1982 (Ozzy va décapiter et dévorer la tête d’une chauve-souris qu’il pensait être une fausse)
  • Mötley Crüe, 1983 (le public lance des os et des têtes d’animaux sur le groupe, ce qui est plutôt bien pris, jusqu’à ce qu’un de leurs techniciens soit touché par une fléchette, que Tommy arrive à lui retirer sans arrêter de jouer, peu après la machine à fumée explose, et un liquide s’étale sur toute la scène avec une odeur atroce, il fallu attendre le dernier morceau pour que le groupe réalise que le technicien avait été brûlé sérieusement et que l’odeur venait de lui) , bien que le groupe collectionne les concerts désastreux, on peut aussi citer le mémorable décembre 2015 (Tommy se retrouve coincé la tête en bas pendant plusieurs longues minutes après une panne de sa batterie, vidéos sur internet à l’appui pour les curieux…)
  • Smith Westerns, 2011 (une tempête diluvienne survient, emporte la scène qui s’écroule et cause la mort de 5 spectateurs)
  • The Who, décembre 1979 (les fans se jettent sur des portes fermées, 11 personnes mortes piétinées, 26 blessés)

Vous l’aurez compris, un festival n’est pas un lieu sans risques, bien au contraire. Si quelques fois les raisons de ce désastre sont purement économiques (les organisateurs qui font des promesses vides ou bien qui poussent l’appât du gain jusqu’à vendre à des prix bien trop élevé des biens de première nécessité, comme l’eau par exemple), d’autres fois, elles sont dues à des critères météorologiques (et oui, la pluie, c’est joli mais peu adapté au festival), mais surtout, dans l’immense majorité des cas, elles sont dues à des erreurs humaines qu’elles viennent des organisateurs, des spectateurs ou encore des artistes.


J’espère qu’à l’avenir vous ne manquerez pas de repensez à tout ce que je viens de vous raconter et… qu’ensuite vous irez au plus de festivals et de concerts qu’il vous est possible !

Que rien n’arrête la musique & à bientôt !

Offer a dance

Dance is an ancient art. Probably even one of the first arts (if not THE first!). It has been known for a long time that prehistoric men and women already practiced it. If we know that they knew it, it’s partly thanks to the many cave paintings depicting dancing characters. But they practiced it a long time before they could represent them, because dance requires only the body as an instrument, unlike other arts (singing is also an exception, but is closely linked to dance in a certain way …).

They did this for several reasons, the main ones often suspected to be: to give themselves courage and impress possible enemies or to communicate with higher entities. In fact, the appearance of secular dance is often placed well after the sacred dance, generally with the appearance of Antiquity. However, this distinction is probably more blurred than one might think.

© Ardian Lumi

Many researchers have attested to have actually observed in certain animals in their natural environment “rhythmic body movements”, without will of communication because sometimes practiced in a solitary way, and which did not correspond to any other explanation than this one, very simple: they also dance. The first dances therefore perhaps had no other goal than to be a pleasant entertainment in the first place.

So dancing is something much more universal than is generally thought. But that’s not quite what we’re going to be interested in here. Dance is a “free” art, it only asks, as we’ve seen, to have a body and to be able to move it in space and time. It’s only since very recently, with the appearance of cameras that allow us to take photos and especially videos, that it’s possible to see a dance differently than in reality. It’s a small miracle to which we no longer pay attention.

Our ancestors had to be physically present to admire a beautiful dance. And as for practicing it, the whole body must necessarily be summoned. Even today, on some beaches, it’s enough for someone to play a guitar tune for strangers to gather and start dancing freely. And more significantly, people still gather on certain dates to dance in the street, sometimes around a fire, always with a fairly large amount of music. This is the case, for example, of the feast of St. John (originally celebrated as the Summer Solstice), which has even become in France the festival of music, during which one meets with friends in the streets, closed to vehicles for the occasion, to dance all night long.

Dance is everywhere. It is of course always at the Opera, where you can for money, admire the prowess of the étoiles. But in certain contexts it can also be found on the Opera square, during social movements, when the dance of these same dancers became a demonstration of their political protest during strikes. The dances are often also present in carnivals, village fairs and other celebrations, local or larger, sometimes even at the heart of games (even board or video games!). Organized or spontaneously arising, these dances are just as captivating.

© David Hofmann

Micro-societies, whether they are created ephemerally for the duration of a festival or are more durable, always leave a lot of room for dance. Always free of charge, it often takes the form of a gift, which one offers oneself as a dancer, but also to one’s dance partners and to all those who will be able to enjoy watching it. Dancing as a gift reminds us of the very official dances of the Kwakiutl Nations, who consider dancing for someone is one of the most beautiful gifts one can give. Receiving a dance or being able to offer a quality dance was considered to be a great richness, with tangible value. It was found for example during the Potlatsch, which has already been mentioned in the article “Mauss, gift and society”. One cannot help but think also of the dance that Salome offers to Herod to obtain the head of John the Baptist on a platter in exchange. But also perhaps to this sensual dance, or to the strip tease, that lovers can offer each other in intimacy?

So dance has many facets. It can be a pure and mysterious gift, or a precious and rare currency. And its capacity to become one or the other is all the more interesting because it always begins by being the entertainment of the one who dances.

*

Dance as much as you can and see you soon!

Offrir une danse

La danse est un art ancien. Probablement même l’un des premiers arts (si ce n’est LE premier!). On sait depuis longtemps que les Hommes préhistoriques la pratiquaient déjà. Si on sait qu’ils la connaissaient c’est en partie grâce aux nombreuses peintures rupestres qui représentent des personnages dansants. Mais ils la pratiquaient doute bien longtemps avant de pouvoir les représenter, car la danse ne demande pour seul instrument que le corps, contrairement aux autres arts (le chant faisant également exception, mais se retrouvant étroitement lié à la danse en un sens…).

Ils le faisaient pour plusieurs raisons, dont on soupçonne souvent que les principales sont : se donner du courage et impressionner d’éventuels ennemis ou communiquer avec des entités supérieures. De fait, on place souvent l’apparition de la danse profane bien après la danse sacrée, généralement avec l’apparition de l’Antiquité. Toutefois cette distinction est sans doute plus floue qu’on peut le croire.

© Ardian Lumi

De nombreux chercheurs ont attesté avoir effectivement observé chez certains animaux dans leur milieu naturel des « mouvements du corps rythmés », sans volonté de communication car parfois pratiqué de façon solitaire, et qui ne correspondaient à aucune autre explication que celle-ci, très simple : ils dansent eux aussi. Les premières danses n’ont donc peut-être pas eu d’autre but que celui d’être un agréable divertissement en premier lieu.

La danse est donc quelque chose de bien plus universel qu’on ne le pense généralement. Mais ce n’est pas tout à fait ce qui va nous intéresser ici. La danse est un art « gratuit », il ne demande, on l’a vu, que d’avoir un corps et d’être capable de le mouvoir dans l’espace et le temps. Ce n’est que depuis très récemment, avec l’apparition des appareils permettant de prendre des photos et surtout des vidéos, qu’il est possible de voir une danse autrement que dans la réalité. C’est un petit miracle auquel on ne prête plus attention.

Nos ancêtres devaient être physiquement présents pour admirer une belle danse. Et quant à la pratiquer, il faut nécessairement que tout le corps soit convoqué. Aujourd’hui encore, sur certaines plages, il suffit que quelqu’un joue un air de guitare pour que des inconnus s’attroupent et se mettent à danser librement. Et plus significatif, on se rassemble encore à certaines dates pour danser dans la rue, parfois autour d’un feu, toujours avec une assez grande quantité de musique. C’est le cas par exemple de la fête de la Saint Jean (à l’origine fêté comme étant le Solstice d’été), qui est même devenue en France la fête de la musique, au cours de laquelle on se retrouve entre amis dans les rues, fermées aux véhicules pour l’occasion, pour danser toute la nuit.

La danse est partout. Elle est bien sûr toujours à l’Opéra, où l’on peut contre argent, y admirer les prouesses des étoiles. Mais elle peut dans certains contextes se retrouver également sur le parvis de l’Opéra, lors des mouvements sociaux, lorsque la danse de ces mêmes danseuses est devenue une manifestation de leur protestation politique lors des grèves. Les danses sont souvent présentes également dans les fêtes foraines, fêtes de village et autres célébrations, locales ou plus larges, parfois même au cœur de jeux (même de jeux de société!). Organisées ou surgissant spontanément, ces danses sont tout aussi captivantes.

© David Hofmann

Les micro-sociétés, qu’elles soient créées de façon éphémère le temps d’un festival ou soient plus durables, laissent toujours une grande place à la danse. Toujours gratuite, elle y prend souvent la forme d’un cadeau, que l’on s’offre à soi en tant que danseur, mais aussi à ses partenaires de danse et à tous ceux qui vont pouvoir en profiter en la regardant. La danse en tant que cadeau rappelle les très officielles danses des Nations kwakiutl, qui considèrent que danser pour quelqu’un est un des plus beaux cadeaux qu’il est possible d’offrir. Recevoir une danse ou être capable d’offrir une danse de qualité était considéré comme une grande richesse, avec une valeur tangible. On la retrouvait par exemple lors des Potlatsch dont on a déjà parlé dans l’article « Mauss, don et société ». On ne peut s’empêcher de penser aussi à la danse que Salomé offre à Hérode pour obtenir la tête de Jean-Baptiste sur un plateau en échange. Mais aussi peut-être, à cette danse sensuelle, ou voir au strip tease, que des amants peuvent s’offrir entre eux dans l’intimité…

La danse a donc de multiples facettes. Elle peut être un cadeau pur et mystérieux, ou une monnaie d’échange précieuse et rare. Et sa capacité à devenir l’un ou l’autre est d’autant plus intéressante qu’elle commence toujours par être le divertissement de celui qui danse.

*

Dansez autant que vous pouvez et à bientôt !

Art & ephemerality

In principle, when we speak of art, most people have first in mind images of treasured paintings in museums, or ancient sculptures that are exhibited there. Yet, and many people have noticed, art is not just that.

We’ll be interested here in the intersection of two notions : art and ephemerality. Because yes, these two notions have to see together. And there is even art that can be called «ephemeral art». But then, what can this idea really mean? One guesses that it’s there first of all an art that does not last. But let us take a closer look at this idea.

The art lasts far too often too little time. This painting that you see proudly hung on the wall of the Louvre, it’s not eternal. Oh sure, it’s older than you probably. But it’s not immortal. It’s made of wood, perhaps canvas, its paint fades, insects may gnaw it from the inside, or bacteria, or time. The varnish that covers it yellows, making its colors indistinct and distorted. Of course, there are brilliant restorers. The talent of some of them is indisputable. But despite all the efforts made, all work will inevitably deteriorate. Even the prehistoric paintings that were believed to be preserved forever fade and disappear little by little. Nothing is eternal, not even Art.

© Eric Terrade

So what do we really mean by «ephemeral art» in this case? To be described as ephemeral art, one must generally have been built as such. The artist already knows that his work will have a short life when he created it.

These works are incredibly diverse. There’re some works of the Arte Povera, this artistic movement that came from Italy in the 1960s, which uses waste materials, natural materials, and which are therefore subject to the inevitable degradation of this waste. We value instead the «traces» of his works, the videos, the photographs, everything that can make it possible to keep «alive» these creations with a deadline of contemplation. You have to see the works of Penone, Merz, or Torres.

There are also other forms of art that are preserved by photographs or videos, because in their very essence, they are ephemeral works. There are, for example, the temporary installations which started again in the 1960s, notably the works by Zhen or Boltanski. But also performances and other happenings (which will be the subject of another article), or, closely linked, works that engage the body of the artist in itself (another article will detail this). They’re artists like Klein or Yoko Uno, who then demonstrate examples of what this kind of work can hold of beauty.

© Wolfgang Hassel

However, among the works that are filmed or photographed, but that do not last, there are others that deserve to be lingered longer. Land art for example, these works made in nature, with natural materials, often in very poetic dispositions, also ends up disappearing. Carried away by the wind, animals, or other elements, by nature itself in any case. This time, the dimension of disappearance is included in the work as soon as it is thought, imagined.

The disappearance of the work comes back. For some artists, the work must always last. But for others, it must register the idea of its end. Contemporary art in general does not lack examples of works whose destiny is not to last. Here it’s Banksy who plans to include in his work a device allowing to destroy it under the eyes of the astonished assembly in Sotheby’s, there’re paintings that are torn, on which one shoots with guns, others that are burned. Contemporary art has not invented anything with regard to the destruction of works of art. For thousands of years, Tibetan monks have been building sand mandalas. A work of incredible precision, amazing beauty, and that requires several hundred hours of concentration. But all this will go away in one breath.

© Random Sky

Ephemeral works of art are interesting of course. However, the ones that I think deserve our full attention are the ones that know they’re going to die before they’re even created. We humans also have an end, and we know it. We’re all ephemeral art.

An article arrives specifically on destruction of works of art. Thank you for continuing to read me and see you soon!

Art et éphémérité

En principe, lorsque l’on parle d’art, la plupart des gens ont d’abord en tête l’image des tableaux précieusement conservés dans les musées, ou les sculptures millénaires qui y sont exposées. Pourtant, et cela n’a pas échappé à beaucoup, l’art ce n’est pas que cela.

On s’intéressera donc ici au croisement de deux notions, celle de l’art et de l’éphémère. Car oui, ces deux notions ont bien à voir ensemble. On parle même parfois d’ « art éphémère ». Mais alors, que peut bien désigner cette idée ? On devine qu’il s’agit là d’abord d’un art qui ne dure pas. Mais regardons de plus près cette idée.

L’art dure bien trop souvent trop peu de temps. Ce tableau que vous voyez fièrement accroché au mur du Louvre, il n’est pas éternel. Oh bien sûr, il est plus vieux que vous sans doute. Mais il n’est pas immortel. Il est fait de bois, de toile peut-être, sa peinture se défraîchi, les insectes le rongent peut-être de l’intérieur, ou des bactéries, ou le temps. Le vernis qui le recouvre jaunit, rendant ses couleurs indistinctes et dénaturées. Bien sûr, il existe de brillants restaurateurs. Le talent de certain d’entre eux est incontestable. Mais malgré tous les efforts déployés, toute œuvre finira par se dégrader inévitablement. Même les peintures préhistoriques que l’on croyait préservées à jamais se fanent et disparaissent peu à peu. Rien n’est éternel, pas même l’Art.

© Eric Terrade

Alors qu’entend-t-on réellement par « art éphémère » dans ce cas ? Pour être qualifié d’art éphémère, il faut généralement avoir été construit comme tel. L’artiste sait déjà que son œuvre va avoir une vie courte quand il l’a créé.

Ces œuvres sont d’une diversité incroyable. Il y a certaines œuvres de l’Arte Povera, ce mouvement artistique arrivé de l’Italie des années 60, qui utilise des matériaux destinés au rebut, des matériaux naturels, et qui sont donc ainsi soumis à la dégradation inévitable de ces déchets. On valorise alors plutôt les « traces » de ses œuvres, les vidéos, les photographies, tout ce qui peut permettre de garder « en vie » ces créations à date limite de contemplation. Il faut voir les œuvres de Penone, Merz, ou Torres.

Il existe aussi d’autres formes d’art que l’on conserve par des photographies ou des vidéos, parce que dans leur essence même, ce sont des œuvres éphémères. On trouve par exemple les installations temporaires qui ont démarré encore une fois dans les années 60, avec notamment les travaux de Zhen ou de Boltanski. Mais aussi les performances et autres happenings (qui feront l’objet d’un autre article), ou, étroitement liées, les œuvres qui engagent le corps de l’artiste en lui-même (un autre article encore détaillera cela). Ce sont des artistes comme Klein ou Yoko Uno, qui manifestent alors des exemples de ce que ce genre d’œuvres peut receler de beauté.

© Wolfgang Hassel

Toutefois, parmi les œuvres qui sont filmées ou photographiées, mais qui ne durent pas, il s’en trouve d’autres qui méritent qu’on s’y attarde plus longtemps. Le land art par exemple, ces œuvres faites dans la nature, avec des matériaux naturels, souvent dans des dispositions très poétiques, finit également par disparaître. Emporté par le vent, les animaux, ou d’autres éléments, par la nature elle-même en tout cas. Cette fois, la dimension de disparition est incluse dans l’œuvre dès qu’elle est pensée, imaginée.

La disparition de l’œuvre, on y revient. Pour certains artistes, l’œuvre doit durer toujours. Mais pour d’autres, il faut qu’en elle s’inscrive l’idée de sa fin. L’art contemporain en général ne manque pas d’exemples d’œuvres dont le destin est de ne pas durer. Ici c’est Banksy qui prévoit d’inclure dans son œuvre un dispositif permettant de la détruire sous les yeux de l’assemblée médusée à Sotheby’s, là ce sont des tableaux que l’on déchire, sur lesquels on tire à coup de fusils, d’autres que l’on brûle. L’art contemporain n’a rien inventé en ce qui concerne la destruction des œuvres d’art. Depuis des milliers d’années, les moines tibétains construisent des mandalas de sable. Un travail d’une précision inouïe, d’une beauté étonnante, et qui leur demande plusieurs centaines d’heures de concentration. Mais tout cela partira en un souffle.

© Random Sky

Les œuvres d’art éphémères sont intéressantes bien sûr. Cependant, celles qui méritent toute notre attention à mon avis, sont celles qui savent qu’elles vont mourir avant même leur création. Nous autres humains, avons également une fin, et nous la connaissons. Nous sommes tous de l’art éphémère.

Un article arrive sur la destruction des œuvres d’art. Merci de continuer à me lire et à bientôt !

Mauss, Gifting and Society

One of the most interesting concepts to study in societies or micro-societies (from my point of view, of course), is Gifting.

Anthropologists, ethnologists and philosophers have already discussed this issue at length. Gifting is an action, that of giving. It is distinguished from sale, which involves an agreement between buyer and seller, as well as the concept of money. The gift is also not a barter, the action of one who gives one property to obtain another. Finally, the gift also differs from the theft, since the theft is at the expense of the owner of the property.

So here we are with some of the characteristics of gifting. Gifting is free, selfless, and voluntary. At least that’s what it seems at first. Because in practice things are far from being so simple. It’s for this reason that so many authors are interested in this question, which is, again, far from being exploited in every way.

© Kelly Sikkema

Today, we will focus on Marcel Mauss’s opinion on this issue. This sociologist observed that in the societies he studied, giving was very important. He notes that some members of tribes, when they meet others, give them what seems to be gifts. These gifts are clearly distinct from barter, and seem to respond to a specific structure of society. Indeed, when an individual A received a gift from an individual B, then individual A inevitably ended up making a gift to individual B in turn. He’s talking about a phenomenon of “donation and counter-donation”.

Marcel Mauss even notes that, in some cases, individual A did everything possible to ensure that his gift to Individual B was of a greater value than the one he had received in the first place. In this case, we are talking here about agonistic donation, that is to say that the donation becomes competitive, and even, to some extent, aggressive.

Some cultures actually push this form of gifting even further by literally destroying what they “give”. This is the case, for example, of some First Nations in America, which held large celebrations, during which they offered large amounts of food, drink and entertainment to their audiences. At the end of this feast, sometimes, instead of offering a large quantity of material goods, the giver destroys all the goods thus gathered (often all or much of what he possesses). This practice is called Potlatch, although it’s not always as destructive.

The Gift is therefore not a peaceful and generous phenomenon (or at least not only). These implications are numerous in the society that adopts it, in whatever form. For Mauss, gifting is a “total social fact”, meaning it has an impact at all levels of society.

This small (very succinct) introduction to gifting, as Mauss sees it, is essential to understand how the phenomenon of gifting has a significant impact on the structure and functioning of the society that adopts it.

In the near future, we will be able to go into detail and observe the concept of the Gift in practice.

See you soon !

For those who want to know more about Mauss’s ideas: Marcel Mauss, The Gift : Forms and functions of exchange in Archaic Societies, 1925.

Mauss, Don et Société

L’une des notions les plus intéressantes à étudier dans les sociétés ou les micro-sociétés (de mon point de vue bien entendu), est celle du Don.

Anthropologues, ethnologues et philosophes ont déjà longuement disserté sur cette question. Le don, c’est une action, celle de donner. On le distingue de la vente, qui implique une convention entre acheteur et vendeur, ainsi que le concept de monnaie. Le don n’est pas non plus un troc, action de celui qui cède un bien pour en obtenir un autre. Enfin, le don se différencie également du vol, puisque le vol se fait aux dépends du propriétaire du bien.

Nous voilà donc devant quelques caractéristiques propres au don. Le don est gratuit, désintéressé et volontaire. En tout cas c’est ce qu’il semble au premier abord. Car dans la pratique les choses sont loin d’être aussi simples. C’est d’ailleurs pour cette raison que de si nombreux auteurs s’intéressent à cette question, qui est loin d’avoir été exploitée sous toutes les coutures.

© Kelly Sikkema

Aujourd’hui, on va surtout se préoccuper de l’avis de Marcel Mauss à ce sujet. Ce sociologue a observé que dans les sociétés qu’il étudiait, le don avait une grande importance. Il constate que certains membres de tribus, lorsqu’ils en rencontrent d’autres, leur font des dons. Ces dons sont clairement distincts du troc, et semblent répondre à une structure spécifique de la société. En effet, lorsqu’un individu A recevait un don d’un individu B, alors l’individu A finissait inévitablement par faire un don à l’individu B à son tour. Il parle ici d’un phénomène de « don et contre-don ».

Marcel Mauss remarque même que, dans certains cas, l’individu A faisait tout son possible pour que son don à l’individu B soit d’une valeur plus importante que celui qu’il avait reçu en premier lieu. Dans ce cas, on parle ici de don agonistique, c’est à dire que le don devient compétitif, voir, dans une certaine mesure, agressif.

Certaines cultures poussent en effet cette forme de don encore plus loin en détruisant littéralement ce qu’ils « donnent ». C’est le cas par exemple de certaines Premières Nations d’Amérique, qui donnaient de grandes fêtes, durant lesquelles ils offraient de grandes quantités de nourriture, de boisson et de divertissement à leur public. A la fin de cette fête, parfois, au lieu d’offrir une grande quantité de biens matériels, celui qui donne détruit tous les biens ainsi rassemblés (souvent tout ou grande partie de ce qu’il possède). On appelle cette pratique le Potlatch, bien qu’il ne soit pas toujours aussi destructeur.

Le Don n’est donc pas un phénomène pacifique et généreux (ou en tout cas pas seulement). Ces implications sont nombreuses dans la société qui l’adopte, sous quelque forme que ce soit. Pour Mauss, le don est un « fait social total », c’est à dire qu’il a une incidence à tous les niveaux de la société.

Cette petite introduction (très succincte) au don, tel que Mauss le conçoit, est essentielle pour comprendre comment le phénomène du don a un impact non négligeable sur la structure et le fonctionnement de la société qui l’adopte.

Prochainement, nous pourrons entrer dans le détail, et observer le concept du Don, dans la pratique.

A bientôt !

Pour ceux qui veulent en savoir plus sur les idées de Mauss : Marcel Mauss, Essai sur le don, 1924.

Why research on artistic creation and micro-societies?

Describing a thesis topic can quickly become a nightmare. Especially for Phd students who have just started their research. Of course, there’re also students who in one sentence sum up all their theories and the interest of their research brilliantly. Of course I don’t. I usually start with a grimace and I continue with a long speech which my interlocutor (who wonders why he had the idea to ask the question) and I, come out exhausted.

It’s not that I’m a bad student (am I ?). Before starting the great adventure that a phd represents, I was successively a party and rebellious high school girl (I still wonder how I got my high school diploma), a bachelor’s degree in political science, cinema, fine arts and literature, then I also got my master’s degree and others in literature, cinema, art aesthetics and so on. You’d think I’d know what it’s like to be a student by now. Yet, and this is probably the reason why I continue tirelessly, each experience is different, each material brings with it its share of surprises and unexpected obstacles.

Likely to be distracted, I saw in the creation of this blog several interesting perspectives. First, make me write regularly and stay focused on the subject of my thesis. But also and above all (because otherwise I could have remained alone locked at home and write for my cat only), because my subject deals precisely with human interactions. It seemed imperative to me to include, at least in part, a participatory dimension to this study, which I hope you will be inclined to join.

This is anecdotal, but the genesis of this thesis preparation goes back several years. At that time when I was still this young high school girl. I also happened to be very excited about the 1970s, the hippie movement, etc. (youth you know…). One day publicly deploring the disappearance of this era, I happened to learn about the existence of a festival on the other side of the Atlantic: the Burning Man (yeah, you see, we talk about it in the News from time to time, a week when a lot of people gathering to burn a giant wood man). At this time, I was presented with it as a space-time that took up all my optimistic and epicurean ideals (rightly or wrongly, we will probably discuss it again). I was enthusiastic about it for a while, but then it passed into this place of memory where you dispose the tender and crazy memories of your teenage youth.

At least, that’s what I thought. During my master’s degree in aesthetics and art philosophy, I was primarily interested in ephemeral art. You know, the one that is destroyed or allowed to be destroyed by nature. In any case, an art that does not last. I was wondering, but why create something, go to so much trouble, if in the end it would be destroyed? And then, I ended up going back to the Burning Man. After all, artworks are built there and they are destroyed at the end, right? However, my thesis work goes far beyond this one festival. It is only the tip of the iceberg. What I saw was a whole world of people from different backgrounds coming up to create something together. Something new, something beautiful. Obviously, sometimes these micro-societies have fun destroying what they create (not without reason, we will see it), but this universe is far from being just that.

And so we’re back here. Of course, it will serve so that I can clarify my ideas and write about subjects that I will meet but that I could not deal with in my thesis. But it will also be a place of exchange and sharing, since you’ll be able to participate by responding to all kinds of various surveys, which will focus on your personal vision of what is : gift, community, art, creation or destruction, society, culture, etc.

To learn more about the subject(s) that will concern us, you can go to the “About” page that goes into more detail about what will be discussed.

See you soon !

Pourquoi une recherche sur la création artistique et les micro-sociétés ?

Décrire un sujet de thèse peut rapidement devenir un vrai cauchemar. Surtout pour les apprentis doctorants qui viennent à peine de commencer leurs recherches. Bien sûr, il y a également des étudiants qui en une seule phrase résument d’un seul coup toutes leurs théories et l’intérêt de leur recherche avec brio. Évidemment, ce n’est pas mon cas. Je commence généralement par une grimace et j’enchaîne avec un long discours dont mon interlocuteur (qui se demande pourquoi il a eu l’idée de poser la question) et moi, ressortons épuisés.

Ce n’est pas que je sois une mauvaise élève (quoique). Avant d’entamer la grande aventure que représente un doctorat j’ai successivement été une lycéenne fêtarde et rebelle (je me demande encore comment j’ai eu mon baccalauréat), une bachelorette en sciences politiques, une licenciée de cinéma, d’arts plastiques et de littérature, ensuite j’ai également décroché mes maîtrises et autres masters en littérature, cinéma, esthétique de l’art et j’en passe. On pourrait croire alors que finalement les études, ça me connaît. Pourtant, et c’est sans doute la raison pour laquelle je continue inlassablement, chaque expérience est différente, chaque matière apporte avec elle son lot de surprises et d’obstacles inattendus.

Étant de toute évidence susceptible d’être distraite, j’ai vu dans la création de ce site plusieurs perspectives intéressantes. D’abord, me forcer à écrire, régulièrement et à rester concentrée sur le sujet de ma thèse. Mais aussi et surtout (parce que sinon j’aurais pu rester toute seule enfermée dans mon coin et écrire à seule destination de mon chat), parce que mon sujet traite précisément d’interactions humaines. Il me semblait donc impératif d’inclure, au moins en partie, une dimension participative à cette étude, à laquelle j’espère, vous serez donc enclin à vous joindre.

Cela relève de l’anecdote, mais la genèse de cette préparation de thèse remonte à plusieurs années. A cette époque où j’étais encore cette jeune lycéenne fêtarde. Il se trouvait que j’étais également fort enthousiasmée par les années 70, le mouvement hippie, etc. (la jeunesse vous savez…). Déplorant un jour publiquement la disparition de cette époque, j’appris par hasard l’existence d’un festival de l’autre côté de l’Atlantique : le Burning Man (si, si, vous voyez, on en parle aux JT de temps à autre, une semaine où des énergumènes brûlent un bonhomme géant). A ce moment, on me l’avait présenté comme étant un espace-temps qui reprenait tous mes idéaux optimistes et épicuriens (à tort ou à raison, on en rediscutera sans doute). J’ai été enthousiaste quelques temps à ce sujet, mais il est ensuite passé dans cet endroit de la mémoire où vous disposez les souvenirs tendres et fous de l’adolescence.

Du moins, c’est ce que je croyais. Durant mon master d’esthétique et philosophie de l’art, je m’intéressait d’abord surtout à l’art éphémère. Vous savez, celui que l’on détruit ou que l’on laisse se faire détruire par la nature. En tout cas, un art qui ne dure pas. Je me demandais, mais pourquoi créer quelque chose, se donner du mal, pour en fin de compte qu’il soit détruit ? Et puis de fil en aiguille, j’ai fini par revenir au Burning Man. Après tout, on y construit des œuvres et elles sont détruites à la fin, non ? Cependant, mon travail de thèse va plus loin que ce seul festival. Il n’est que la partie émergée de l’iceberg. Ce que j’ai entrevu, c’est tout un monde de personnes venant d’horizons divers, qui se rassemblent pour créer quelque chose ensemble. Quelque chose de nouveau, quelque chose de beau, quelque chose d’inédit. Bien sûr, parfois ces petites sociétés s’amusent à détruire ce qu’elles créent (non sans raison, on le verra), mais cet univers est loin de n’être que ça.

Et on en vient donc à ce site. Bien sûr, il servira pour que je puisse clarifier mes idées et écrire sur les sujets que je vais rencontrer mais que je ne pourrais pas traiter dans ma thèse. Mais il sera aussi un lieu d’échange et de partage, puisque vous pourrez participer en répondant à toutes sortes d’enquêtes diverses, qui vont porter sur votre vision personnelle à vous, de ce qu’est le don, la communauté, l’art, la création ou la destruction, la société, la culture, etc.

Pour en savoir plus sur le(s) sujet(s) qui vont nous préoccuper, vous pouvez vous rendre sur la page “A propos” qui rentre plus dans le détail de ce qui sera abordé.

A bientôt !