Labyrinthe

A priori, vous me direz, aucun lien apparent entre le sujet de ce carnet de recherche et les labyrinthes. Et pourtant !

Beaucoup pensent que le mot « labyrinthe » vient du latin labyrinthus, qui signifie grossièrement un ensemble de bâtiments dont il est difficile de sortir. Cependant, il est nécessaire (vous comprendrez pourquoi en temps utile), de faire remonter l’origine étymologique de ce mot au grec labrys, qui est le terme utilisé pour désigner une double hache très spécifique, dont chaque côté représente l’été et l’hiver.

© Axel Eres

Mais quittons l’étymologie à présent pour nous pencher sur du concret. Les motifs de labyrinthes sont apparus dès la préhistoire et sont sous une forme ou une autre des récurrences communes aux débuts de nombreuses civilisations (vous me voyez venir?). La plus vieille représentation de labyrinthe connue date du paléolithique et se trouve dans une tombe, gravée sur de l’ivoire de mammouth. Mais ensuite, c’est un véritable déferlement de labyrinthes sur le monde. Les celtes de Bretagne construisaient des galeries labyrinthiques pour délimiter leurs lieux sacrés, la Chine ancienne utilisait des labyrinthes d’encens afin de ne pas se perdre lorsque la nuit tombait (des labyrinthes pour ne pas se perdre… intéressant, non?), on les représente dans diverses civilisations sur les pièces de monnaie dans l’Antiquité (du 15e siècle avant notre ère jusqu’au 1er siècle environ), etc.

Cependant, je vous accorde que lorsque l’on parle de labyrinthe, on pense d’abord à la mythologie grecque et au labyrinthe de Dédale. Alors, allons-y et occupons nous un peu de la Grèce Antique. Dédale est connu pour avoir conçu un labyrinthe d’une incroyable complexité, afin que le minotaure puisse y être enfermé. De ce labyrinthe, que certains archéologues soupçonnent d’avoir existé sous une certaine forme en Crète, seules trois personnes auraient réussi à sortir. Il s’agit de Dédale d’abord, enfermé dans le labyrinthe pour être sûr que le secret de sa fabrication ne soit jamais divulgué, Icare, son fils, et Thésée. Icare et Dédale parviennent à s’en échapper par les airs grâce à des ailes de cire. Thésée, lui, va y parvenir grâce au stratagème soufflé par Ariane, en utilisant un fil pour retrouver son chemin.

Là où cela devient vraiment intéressant, c’est qu’à son retour, Thésée, une fois à Délos, va inventer une danse complexe pleine de mouvements circulaires et entremêlés. Cette danse pour les grecs anciens, est supposée représenter les tours et détours du labyrinthe. On l’appelle la « danse des grues » et les archéologues soupçonnent qu’il s’agissait là d’une danse archaïque qui aurait réussi à se transmettre jusque là, dont le thème serait le changement des saisons… (labrys, tout ça, cela commence-t-il à faire sens?). D’ailleurs, dans l’Iliade, Homère évoque le labyrinthe crétois comme étant avant toute chose un espace consacré à la danse (et si vous doutez encore de l’importance de la danse, foncez lire l’article qui traite spécifiquement de la danse). Et il paraîtrait même que danser dans un labyrinthe permettrait à celui qui danse d’atteindre l’immortalité si c’est accomplit correctement.

© Brandon McCluskey

Aujourd’hui, on pense souvent aux labyrinthes, soit comme des endroits physiques comme le labyrinthe de Dédale, soit en tant que qualification d’un élément abstrait. Dans tous les cas, le labyrinthe désigne quelque chose où il est facile de se perdre. La notion depuis a fait de nombreux adeptes, puisque même Umberto Eco va s’amuser à définir les différentes sortes de labyrinthes possibles et imaginables (unicursal, maniériste, en rhizome, etc. si cela vous tente, on reviendra peut-être spécialement sur Umberto Eco et les labyrinthes). On retrouve ce motif dans de nombreuses représentations picturales, notamment dans la peinture classique italienne du 15e siècle, mais aussi dans la peinture symbolique, voir dans l’art fractal parfois.

Mais nous allons encore une fois faire un rapide retour arrière dans le temps. Parmi les civilisations antiques qui avaient un grand intérêt pour le motif du labyrinthe, on retrouve également les égyptiens anciens. Hérodote évoque parmi les merveilles du monde un labyrinthe égyptien titanesque. Ce labyrinthe en question avait pour vocation à apprendre aux citoyens égyptiens les noms des rois tandis qu’ils déambulaient dans le labyrinthe. Et s’il existe également beaucoup d’autres labyrinthes datant de l’Égypte Antique, on remarquera qu’ici le labyrinthe sort de sa vocation sacrée pour occuper un rôle politique, et même commémoratif. Mais pour eux, le labyrinthe ne se limitait pas à cela, il est aussi très lié à la mort et à l’immortalité.

Comprendre réellement ce que représente le labyrinthe (et les labyrinthes) pour les premières civilisations et les débuts de la société est aussi complexe que de s’aventurer dans l’un d’entre eux. Le labyrinthe représente à la fois l’Homme, perdu en lui-même, et perdu dans l’Univers. Il représente l’égarement bien sûr, mais aussi la quête vers son centre, et donc vers une forme d’équilibre. Puisque la sortie théorique d’un labyrinthe est en son centre, mais ensuite encore faut-il faire demi-tour…

On a évoqué déjà les mandalas dans l’article sur l’Art éphémère, mais ne trouvez-vous pas qu’ils ressemblent, lorsqu’on les regarde plus attentivement, à des labyrinthes finalement ? Il s’agit en réalité d’un cercle sacré, de représentations encore liés au divin, à la mort et à l’immortalité. Le labyrinthe représente aussi parfois le monde des vivants opposé au monde des morts, ou bien le voyage des morts vers l’au-delà, ou encore celui des vivants avant de démarrer leur existence. Chez les anciens scandinaves (qui s’inspiraient grandement de ce motif dans leur vie quotidienne), les labyrinthes servaient également pour des danses, mais aussi pour des jeux traditionnels, en particulier lors des fêtes qui célébraient les divinités.

© Eres Attias

On le retrouve donc dans de très nombreuses sociétés, pas seulement celles qui ont été évoquées ici, mais aussi chez les mésopotamiens, les hopis, les navajos, les mayas, etc. La liste serait infiniment trop longue et ressemblerait à un catalogue de sociétés anciennes, tout simplement. Chez toutes ces sociétés, on retrouve l’idée que le labyrinthe est relié à la danse, à la dualité vivants/morts, au sacré, à la connaissance (de soi et/ou de l’Univers), à la création artistique (danse à nouveau, mais aussi représentations graphiques, architecturales, etc.) et aussi d’une certaine façon à l’organisation politico-sociale de ses sociétés.

Vers le 6e siècle, certaines églises ont commencé à inclure des labyrinthes en 2D sur leurs sols (ils ont ensuite arrêté pendant plusieurs siècles lorsque cela a été considéré, à juste titre, comme un élément trop païen, mais c’est une autre histoire). Ces labyrinthes à parcourir avaient plusieurs usages, ils servaient d’abord de « piège à démon », mais ensuite ils servirent de pénitence pour les pécheurs qui souhaitaient racheter leurs fautes. Enfin, ils devinrent des alternatives petit budget pour ceux qui ne pouvaient pas se permettre de partir en pèlerinage. C’est ainsi qu’ont fait leur grand retour les labyrinthes consacrés à la méditation, au recueillement et à la réflexion en général. Malgré leur apparente futilité, les labyrinthes végétaux dans les jardins du 16e siècle avaient toujours cette même puissante symbolique. Le centre du labyrinthe, c’est la connaissance, le sacré.

Ce qui est certain, c’est que systématiquement, le labyrinthe permet d’évoluer, il a une véritable dimension initiatique. Et ce, que l’on reste piégé à l’intérieur ou que l’on parvienne à trouver le centre puis bien sûr, à en ressortir, car il faut bien en ressortir…


Pour une fois, je ne vais pas vous laisser comme ça, mais je vais vous proposer un petit exercice. Depuis l’Antiquité, une des formes les plus fréquentes de labyrinthes, sont celles que l’on appelle des labyrinthes digitaux. Ce sont de tout petits labyrinthes, destinés à être suivis, non pas en marchant, mais simplement du bout du doigt. C’est pourquoi je vous invite à créer votre propre labyrinthe digital. Vous pouvez le faire en trois dimensions ou en deux dimensions, avec un stylo bic et un papier ou bien le tracer dans le sable, le faire le plus simple et élémentaire possible ou bien extraordinairement complexe, libre à vous. Si toutefois vous acceptez ce défi, je serais ravie de voir vos créations que vous pouvez me transmettre en postant un lien vers elles en commentaire. J’espère que vous trouverez autant de plaisir à construire votre propre labyrinthe digital qu’à le parcourir. Et qui sait, peut-être trouverez vous, en son centre, le secret de l’immortalité ?

A bientôt et félicitations pour avoir retrouvé votre chemin dans cet article labyrinthique !

Petite bibliographie : 
- Jean-Pierre Bayard, Symbolique du labyrinthe.
- Umberto Eco, La ligne et le labyrinthe : les structures de la pensée latine, dans Civilisation latine.
- Umberto Eco, De l'arbre au labyrinthe. 
- Brigitte Guitton et Philippe Guitton, Les Voies de l'immortalité dans la Grèce antique.
- Hérodote, Histoires.
- Plutarque, Vie de Thésée.
- Paolo Santarcangeli, Il libro dei labirinti. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.