S’organiser en tant que doctorant – Partie 1

Il y a quelques temps, je me suis une fois de plus retrouvée dans une certaine panique. Heureusement, contrairement à ce qui m’était arrivée lorsque je n’étais pas encore organisée de façon optimale, cette fois j’ai pu m’en sortir et retrouver mon cap. Mais sans les nouvelles mesures que j’avais prises, jamais cela n’aurait été aussi facile ni aussi rapide.

Il faut dire que je ne me rend pas la vie très facile. Prenez l’année dernière par exemple. Je devais gérer mon doctorat (ce qui devrait déjà être un job à plein temps!), ainsi que deux master de recherche, cumuler les emplois pour mettre de la nourriture dans mes assiettes, et aussi bien sûr assurer sur ma vie personnelle (la famille, les amis, le bénévolat associatif, les projets épanouissants que l’on remets généralement toujours à plus tard, etc.) et le tout en plein covid. Et figurez vous que je m’en suis, à ma grande surprise, très bien sortie.

© Stil

Évidemment, la situation idéale de tout chercheur ressemble peu ou prou à un bureau calme et spacieux, avec à portée de main tous les livres dont on peut avoir besoin, une surface de travail durable, sur laquelle on peut reposer nos fiches de lecture et y revenir plus tard, laisser quelques revues intéressantes ouvertes à la bonne page, et un assortiment de stylos qui écrivent toujours bien et sans faire de tâches.
Mais la réalité est souvent bien différente.
Je vous livre donc ici quelques clefs qui, à mon humble avis, ont fonctionné pour moi et devraient peut-être vous aider à vous organiser, surtout si comme moi, vous êtes assez givré pour faire autant de choses à la fois.

Dans le monde physique

Pas de bureau ? Glissez votre ordinateur portable dans une caisse à couvercle quand vous ne vous en servez pas, avec agenda, stylo bic, quelques feuilles de brouillon, livre en cours. Vous n’aurez plus qu’à déplacer la caisse en question partout où cela vous sera possible. J’ai déjà expérimenté la table à manger, le lit, ou encore le canapé avec un certain succès. (Pour les sessions Zoom où vous devez montrer vos têtes, essayez tout de même l’endroit le plus stable possible, au pire, l’ordinateur posé sur une chaise et vous assis par terre contre un mur assez neutre, personne n’y fera attention).

Pas de bibliothèque à proximité ? Je ne vais pas vous mentir, cela va être difficile. Mais vous avez deux options possibles. Soit vous décidez de ne travailler qu’à partir de sources que vous pouvez trouver en ligne, mais cela suppose que votre connexion internet est en béton et que votre sujet puisse s’y prêter sans faire d’impasse. Soit, ce que je conseille, aller quand même à la bibliothèque, même si cela veut dire 3h de transports aller et 3h de transport retour, mais rentabilisez cette sortie. Choisissez la bibliothèque en question avec soin si plusieurs sont possibles, vérifiez le catalogue en amont avant de vous déplacer pour voir ce qui fait partie de votre bibliographie impérativement ou ce qui peut mériter le coup d’œil, consulter un maximum de livres sur place et emprunter le maximum de ce que vous pouvez, si possible consultez un plan avant pour pouvoir tout de suite vous diriger sans perdre de temps. Surtout, si vous pouvez n’y aller qu’une fois par mois (ou pire encore), n’y allez pas sans savoir ce dont vous avez besoin et préparez-vous au maximum.

Impossible de retrouver ce qu’on cherche parmi des livres pourtant achetés et entreposés à la maison ? Triez votre bibliothèque ! Séparez les livres qui vous servent clairement pour votre thèse de ceux qui sont pour votre divertissement personnel, séparez vos livres de ceux des autres personnes avec lesquelles vous vivez le cas échéant. Et si cela signifie que vous n’avez plus de meuble bibliothèque où ranger vos ouvrages, à la limite, cela ne fait rien. Il m’est arrivé de ranger des livres dans des tiroirs de commode, triés soigneusement et disposés pour qu’on puisse en voir la tranche. Si vos vêtements peuvent tenir ailleurs, faites-le c’est très agréable : tiroir du haut philosophie antique, troisième tiroir esthétique de l’art, tiroir du bas œuvres de références, etc. Sinon, n’hésitez pas à expérimenter des endroits farfelus pour vos livres. Retenez simplement que la cuisine ou la salle de bain ne sont évidemment pas de bonnes idées. Mais à part ça, vous pouvez faire à peu près tout ce que vous voulez, l’idée c’est de pouvoir voir toutes les tranches des livres facilement d’un seul coup d’œil, ne vous embêtez pas à essayer de rendre la chose présentable pour un visiteur impromptu.

Trop de papiers ? Ce problème est plutôt rare de nos jours, mais tenace chez certains. Vous vous souvenez de ma caisse ? Au fond, dans un endroit qui ne bouge quasiment pas, se trouve un jeu de pochettes qui me servent à stocker les papiers relatifs à ma thèse. Une pochette pour les cours, une pochette pour les fiches de lecture, une pochette pour les papiers volants du style « une idée lumineuse m’a traversée et je l’ai écrite sur une serviette de bar avec du rouge à lèvres ». Tout au fond, j’ai aussi rangé un porte-revue, dans lequel se trouve tout ce qu’il y a d’important. Dans mon école doctorale, on appelle ça un portfolio. Dedans, j’ai toutes les attestations de formations que j’ai menées à terme, les programmes de colloques, mes certificats de scolarité, ce genre de choses. Ne gardez pas de documents en papier pour votre thèse s’ils n’ont aucun rapport avec ce classement (en sciences humaines en tout cas), vous pourrez toujours vous procurer le reste en format numérique et vous gagnerez de la place (sauf bien sûr si votre sujet vous impose par nature de faire différemment).

© Tom Hermans

Dans le monde virtuel

Pas assez de stockage ? J’ai perdu tous mes documents ? De nos jours, impossible de faire l’impasse sur un matériel de stockage correct. Vous devez acheter au moins deux clefs USB, de taille identique, sur lesquelles vous sauvegardez tout votre fichier « Thèse » à chaque modification sans exception. L’idéal est d’en avoir trois, mais deux peuvent faire l’affaire, si vous les rangez à des endroits radicalement différents (toujours pas dans la cuisine ni la salle de bain…). Si vous pouvez, protégez leur accès par un mot de passe, le vol de données entre chercheurs n’est pas une légende, protégez votre travail, vous avez pris du temps pour le faire. Toutes les disciplines qui requièrent d’avoir autre chose que des fichiers texte ou des pdf, n’oubliez pas de prévoir un espace de stockage en conséquence, les photographies, les vidéos, ou encore les fichiers audio prennent de la place (sans parler de ceux qui mettent au point des simulations graphiques du tonnerre, mais je doute que ceux là aient besoin que je leur rappelle de double check leur stockage).

Problème d’organisation des documents numériques ? Créer un système. Votre cerveau a besoin de rester disponible pour la recherche (ou pour les innombrables autres tâches que vous vous êtes fixées), alors aidez-le. Même en étant très brouillon et d’un naturel dispersé, il est possible de faire des compromis. Créer un grand fichier « Thèse » et à l’intérieur plusieurs sous fichiers : vos fiches de lectures, vos livres numériques, votre avancée de rédaction, vos propositions pour des colloques ou des journées d’études, etc. Chaque élément doit être distinct. Et pensez à donner des titres faciles et courts, vous n’avez pas envie de vous prendre la tête pour retrouver ou ranger un document. Enfin, pour les ultimes flemmards (dont je fais partie rassurez-vous) pour qui il est impossible de trier tous les documents dès leur arrivée dans votre vie, prévoyez un fichier « à trier » et fixez un jour par semaine où vous pouvez prendre quelques minutes pour tout remettre à sa juste place.

Autres conseils importants :

Préoccupez-vous de votre hygiène de vie. Il est hors de question de rester assis sans bouger pendant 6h d’affilé sans vous lever pour vous dégourdir les jambes, de rater un repas sous prétexte que vous n’avez pas le temps ou encore de ne pas faire de sport de la semaine (sauf pour raisons médicales bien entendu). Organisez votre temps en blocs et oubliez les to-do list pour tout ce qui est hygiène de vie, vous ne le ferez pas dans la durée sinon.

Préoccupez-vous de votre vie sociale et affective. Avec le covid, ce n’est pas évident, j’en conviens. Mais tâchez de réserver une soirée par semaine (ou 3h si vraiment vous ne pouvez pas faire mieux) pour profiter de votre famille, vos amis ou votre moitié sans penser à autre chose (si les conditions sanitaires l’exigent, c’est moins bien, mais en webcam ça compte aussi). On a parfois peur de perdre du temps en faisant ça, mais au final, ce sont ces 3h là qui vont vous ressourcer et vous donner la forme pour tout le reste de la semaine.

Compartimentez ! Si comme moi vous êtes curieux par nature et multipliez les engagements, veillez à ce qu’ils n’interagissent pas les uns avec les autres. Aucun document qui n’est pas relatif à votre thèse ne doit se retrouver dans une pochette où vous n’avez que ça, et vos documents de thèse ne doivent en aucun cas se retrouver dans votre carnet de santé ou bien avec votre calendrier pour les maraudes du bénévolat ! Votre vie a plusieurs facettes et c’est très bien, elles peuvent parfois se mélanger sur le plan intellectuel, c’est ce qui en fait toute la richesse, mais ne les laissez pas s’entasser sans queue ni tête, vous serez vite perdu.

J’espère qu’un ou deux éléments qui ont pu m’aider pourront vous aider à votre tour. Dans une prochaine partie, nous discuterons avec plus de précisions de l’organisation en s’attaquant à un problème de taille : le temps. Plein de belles réussites à vous et accrochez vous !


Merci et à bientôt !


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.