A propos / About

The aim of this research notebook is to focus on micro-societies (and counter-societies) that are created around common aesthetic objectives. From the festival to the literary movement, artistic production often finds itself favouring rather the collective to the individual and advocating values that are radically different from those accepted by the current hegemony. In the context of research in the fields of aesthetics and philosophy of art, however, several other disciplines must be solicited.

First, a large part of this research notebook should be devoted to the anthropological and ethnological aspect of the question, since it’s of course that these micro-societies must be studied in all their aspects (social, political, economic, cultural, etc.). And this, especially since these societies operate mostly with specific values little known or sometimes misunderstood among which we find the practice of free donation, ecology and the protection of the planet, the importance of community or the establishment of their own protest traditions.

Secondly, this notebook will also look at historical and archaeological information concerning micro-societies. Indeed, much of the interest of these micro-societies lies in their comparison with some of their most primitive forms. Finally, of course, since this remains at the heart of this research, artistic creation and its modalities and more generally art will occupy an important place. These micro-societies, moreover, present a great diversity in their artistic practices, whether it’s dance (such as those offered by certain tribes), sculpture, or sometimes even writing.

Here, therefore, we will find all these major themes dealt with from the point of view of micro-societies, from their creation to their disappearance through all their societal, philosophical and political dimensions.


Ce carnet de recherche a pour vocation de se concentrer sur les micro-sociétés (et contre-sociétés) qui se créent autour d’objectifs esthétiques communs. Du festival au mouvement littéraire, la production artistique se retrouve souvent à favoriser plutôt le collectif à l’individuel et à prôner des valeurs qui s’éloignent radicalement de celles admises par l’hégémonie actuelle. Dans le cadre d’une recherche dans les domaines de l’esthétique et de la philosophie de l’art, pourtant plusieurs autres disciplines doivent être sollicitées.

D’abord, une grande part de ce carnet de recherche devra être consacré à l’aspect anthropologique et ethnologique de la question, puisqu’il est bien entendu que ces micro-sociétés doivent être étudiées sous tous leurs aspects (social, politique, économique, culturel, etc.). Et ce, d’autant plus que ces sociétés fonctionnent majoritairement avec des valeurs spécifiques peu connues ou parfois mal comprises au nombre desquelles on trouve la pratique du don gratuit, l’écologie et la protection de la planète, l’importance de la communauté ou encore de l’instauration de leurs propres traditions contestataires.

Ensuite, ce carnet s’intéressera également aux informations historiques et archéologiques qui concernent les micro-sociétés. En effet, une grande part de l’intérêt de ces micro-sociétés repose sur leur comparaison avec certaines de leurs formes les plus primitives. Enfin, évidemment, puisque cela reste au cœur de cette recherche, la création artistique et ses modalités et plus généralement l’art occupera une place importante. Ces micro-sociétés d’ailleurs présentent une grande diversité dans leurs pratiques artistiques, qu’il s’agisse de danse (comme celles que s’offrent certaines tribus), de sculpture, ou encore parfois même d’écriture.

On retrouvera donc ici tous ces grands thèmes, traités sous l’angle des micro-sociétés, de leur création à leur disparition en passant par toutes leurs dimensions sociétales, philosophiques, et politiques.