Tous les articles par Mélissa Aberkane

Art & ephemerality

In principle, when we speak of art, most people have first in mind images of treasured paintings in museums, or ancient sculptures that are exhibited there. Yet, and many people have noticed, art is not just that.

We’ll be interested here in the intersection of two notions : art and ephemerality. Because yes, these two notions have to see together. And there is even art that can be called «ephemeral art». But then, what can this idea really mean? One guesses that it’s there first of all an art that does not last. But let us take a closer look at this idea.

The art lasts far too often too little time. This painting that you see proudly hung on the wall of the Louvre, it’s not eternal. Oh sure, it’s older than you probably. But it’s not immortal. It’s made of wood, perhaps canvas, its paint fades, insects may gnaw it from the inside, or bacteria, or time. The varnish that covers it yellows, making its colors indistinct and distorted. Of course, there are brilliant restorers. The talent of some of them is indisputable. But despite all the efforts made, all work will inevitably deteriorate. Even the prehistoric paintings that were believed to be preserved forever fade and disappear little by little. Nothing is eternal, not even Art.

© Eric Terrade

So what do we really mean by «ephemeral art» in this case? To be described as ephemeral art, one must generally have been built as such. The artist already knows that his work will have a short life when he created it.

These works are incredibly diverse. There’re some works of the Arte Povera, this artistic movement that came from Italy in the 1960s, which uses waste materials, natural materials, and which are therefore subject to the inevitable degradation of this waste. We value instead the «traces» of his works, the videos, the photographs, everything that can make it possible to keep «alive» these creations with a deadline of contemplation. You have to see the works of Penone, Merz, or Torres.

There are also other forms of art that are preserved by photographs or videos, because in their very essence, they are ephemeral works. There are, for example, the temporary installations which started again in the 1960s, notably the works by Zhen or Boltanski. But also performances and other happenings (which will be the subject of another article), or, closely linked, works that engage the body of the artist in itself (another article will detail this). They’re artists like Klein or Yoko Uno, who then demonstrate examples of what this kind of work can hold of beauty.

© Wolfgang Hassel

However, among the works that are filmed or photographed, but that do not last, there are others that deserve to be lingered longer. Land art for example, these works made in nature, with natural materials, often in very poetic dispositions, also ends up disappearing. Carried away by the wind, animals, or other elements, by nature itself in any case. This time, the dimension of disappearance is included in the work as soon as it is thought, imagined.

The disappearance of the work comes back. For some artists, the work must always last. But for others, it must register the idea of its end. Contemporary art in general does not lack examples of works whose destiny is not to last. Here it’s Banksy who plans to include in his work a device allowing to destroy it under the eyes of the astonished assembly in Sotheby’s, there’re paintings that are torn, on which one shoots with guns, others that are burned. Contemporary art has not invented anything with regard to the destruction of works of art. For thousands of years, Tibetan monks have been building sand mandalas. A work of incredible precision, amazing beauty, and that requires several hundred hours of concentration. But all this will go away in one breath.

© Random Sky

Ephemeral works of art are interesting of course. However, the ones that I think deserve our full attention are the ones that know they’re going to die before they’re even created. We humans also have an end, and we know it. We’re all ephemeral art.

An article arrives specifically on destruction of works of art. Thank you for continuing to read me and see you soon!

Art et éphémérité

En principe, lorsque l’on parle d’art, la plupart des gens ont d’abord en tête l’image des tableaux précieusement conservés dans les musées, ou les sculptures millénaires qui y sont exposées. Pourtant, et cela n’a pas échappé à beaucoup, l’art ce n’est pas que cela.

On s’intéressera donc ici au croisement de deux notions, celle de l’art et de l’éphémère. Car oui, ces deux notions ont bien à voir ensemble. On parle même parfois d’ « art éphémère ». Mais alors, que peut bien désigner cette idée ? On devine qu’il s’agit là d’abord d’un art qui ne dure pas. Mais regardons de plus près cette idée.

L’art dure bien trop souvent trop peu de temps. Ce tableau que vous voyez fièrement accroché au mur du Louvre, il n’est pas éternel. Oh bien sûr, il est plus vieux que vous sans doute. Mais il n’est pas immortel. Il est fait de bois, de toile peut-être, sa peinture se défraîchi, les insectes le rongent peut-être de l’intérieur, ou des bactéries, ou le temps. Le vernis qui le recouvre jaunit, rendant ses couleurs indistinctes et dénaturées. Bien sûr, il existe de brillants restaurateurs. Le talent de certain d’entre eux est incontestable. Mais malgré tous les efforts déployés, toute œuvre finira par se dégrader inévitablement. Même les peintures préhistoriques que l’on croyait préservées à jamais se fanent et disparaissent peu à peu. Rien n’est éternel, pas même l’Art.

© Eric Terrade

Alors qu’entend-t-on réellement par « art éphémère » dans ce cas ? Pour être qualifié d’art éphémère, il faut généralement avoir été construit comme tel. L’artiste sait déjà que son œuvre va avoir une vie courte quand il l’a créé.

Ces œuvres sont d’une diversité incroyable. Il y a certaines œuvres de l’Arte Povera, ce mouvement artistique arrivé de l’Italie des années 60, qui utilise des matériaux destinés au rebut, des matériaux naturels, et qui sont donc ainsi soumis à la dégradation inévitable de ces déchets. On valorise alors plutôt les « traces » de ses œuvres, les vidéos, les photographies, tout ce qui peut permettre de garder « en vie » ces créations à date limite de contemplation. Il faut voir les œuvres de Penone, Merz, ou Torres.

Il existe aussi d’autres formes d’art que l’on conserve par des photographies ou des vidéos, parce que dans leur essence même, ce sont des œuvres éphémères. On trouve par exemple les installations temporaires qui ont démarré encore une fois dans les années 60, avec notamment les travaux de Zhen ou de Boltanski. Mais aussi les performances et autres happenings (qui feront l’objet d’un autre article), ou, étroitement liées, les œuvres qui engagent le corps de l’artiste en lui-même (un autre article encore détaillera cela). Ce sont des artistes comme Klein ou Yoko Uno, qui manifestent alors des exemples de ce que ce genre d’œuvres peut receler de beauté.

© Wolfgang Hassel

Toutefois, parmi les œuvres qui sont filmées ou photographiées, mais qui ne durent pas, il s’en trouve d’autres qui méritent qu’on s’y attarde plus longtemps. Le land art par exemple, ces œuvres faites dans la nature, avec des matériaux naturels, souvent dans des dispositions très poétiques, finit également par disparaître. Emporté par le vent, les animaux, ou d’autres éléments, par la nature elle-même en tout cas. Cette fois, la dimension de disparition est incluse dans l’œuvre dès qu’elle est pensée, imaginée.

La disparition de l’œuvre, on y revient. Pour certains artistes, l’œuvre doit durer toujours. Mais pour d’autres, il faut qu’en elle s’inscrive l’idée de sa fin. L’art contemporain en général ne manque pas d’exemples d’œuvres dont le destin est de ne pas durer. Ici c’est Banksy qui prévoit d’inclure dans son œuvre un dispositif permettant de la détruire sous les yeux de l’assemblée médusée à Sotheby’s, là ce sont des tableaux que l’on déchire, sur lesquels on tire à coup de fusils, d’autres que l’on brûle. L’art contemporain n’a rien inventé en ce qui concerne la destruction des œuvres d’art. Depuis des milliers d’années, les moines tibétains construisent des mandalas de sable. Un travail d’une précision inouïe, d’une beauté étonnante, et qui leur demande plusieurs centaines d’heures de concentration. Mais tout cela partira en un souffle.

© Random Sky

Les œuvres d’art éphémères sont intéressantes bien sûr. Cependant, celles qui méritent toute notre attention à mon avis, sont celles qui savent qu’elles vont mourir avant même leur création. Nous autres humains, avons également une fin, et nous la connaissons. Nous sommes tous de l’art éphémère.

Un article arrive sur la destruction des œuvres d’art. Merci de continuer à me lire et à bientôt !

Bibliography – Part 1 – The Researcher & Books

Embarking on an academic research does not go without the inevitable constitution of a bibliography. As far as I know, there’s no exception to this rule, regardless of whether the research in question is in hard sciences or in humanities, and regardless of the level you are at. In order for our work to be considered credible by our peers, we must inevitably learn about what has already been done, about all the research that preceded us. It’s not just to show that we know what’s out there, but to use it to advance our topic.

The bibliography of a researcher is therefore essential, important and even formative. However, many researchers, beginners or even sometimes the most experienced, encounter or have encountered difficulties in the elaboration of their own bibliography. While not everything is perfect for me, I have finally found a number of proven methods for me, and I will try to share them. Since this is a very broad subject, I will not make a long article that will take several hours to read, but divide the task into several articles, this one is the first.

© Gabriel Sollmann

Find resources

Before you even think about reading, you have to find something to focus on. And if today it seems easy because the internet makes many things more accessible, it’s not yet won.

I think the first step is not to be afraid to listen to other researchers. Of course, consult the books recommended by your research director, but also by all the people you find inspiring and who work on a topic close to yours. Of course, their publications will need to be carefully analyzed to identify the books or articles that are relevant to your research.

When searching for something on a specific subject, especially when starting from scratch, I would be highly advised to use search engines and library catalogues (see National librairies’s), using the keywords of our search (article on how to find your keywords soon) to see what they propose. Yes, it can sometimes take half a day per catalogue to select all the books that may be interesting, but it’s necessary. At this point, I usually make a list of all the books I found relevant in my research (that doesn’t mean I’m going to read them all).

Then comes the deep excavation. That is to say that this time, starting from the already well-fleshed corpus, it’s a matter of searching for other relevant sources, which are found in the bibliographies of the resources already selected. It’s long, tedious, but it’s worth it. All the books you select at this stage ensure that you do not forget anything essential to your research, for example an article or a book that would have been centuries old and that would have been more or less forgotten.

Of course, you can always wander the shelves of the libraries you love, in a chivalrous quest to find the Grail of books. And, even if I practice this method myself on occasion, it’s more effective in specialized libraries, or if you really enjoy spending endless afternoons contemplating shelves of books, perhaps in vain.

I would like to point out that I think it’s also important not to neglect daily life in your search for interesting resources. The «pleasure» readings or academic ones, but which can be focused on another topic, can be nice surprises if you think about it with your subject in mind. As for the management of books to read, I created two different lists for myself: one with books that I absolutely want to read and that are waiting for me, and the other with books that could be interesting (if I find time, motivation, a flash of revelation, …).

Buy, borrow or read on site

It’s sometimes impossible to have this choice, because some books are only available on site in a library (part II of this series of articles will deal with note taking, etc.). However, in some cases, nothing stands in the way of on-site reading if the book is small, you have time ahead of you, and enjoy the library atmosphere.

Some people would tend to buy a book systematically, because it’s a pocket book, or it’s cheap. But, unless you want to encumber your home with useless books or have already read it, of course, I would strongly advise against it. Of course, if it’s a book that is close to yours, a reference book or a book that inspires you for your research, just borrowing it’s going to be frustrating. In that case, it’s better to buy it.

And in this case it can quickly happen that the purchase of so many books explodes your budget. But you must not be afraid of the used books. Apart from that, if a book you want is expensive, agree to waste time in used bookstores to save money, some books are sold here for 150€ and there for 15€, especially when they’re old, because some booksellers rarely consult the prices that are made elsewhere for all their items. If the book is rare, don’t hesitate to put alerts on book sales sites, post ads, or ask for it to be ordered, even if you have to wait longer.

Finally, choose to have a good relationship with your local bookseller rather than an impersonal relationship with an online sales site. In the long run, since your little bookseller will often see you with several half dozen books, he will be more likely to make reservations and/or orders for you. And if you are really polite and kind to him, after a few months seeing you regularly, he will be more tempted to give you a discount, while the big brands will never do it.

© Laura Kapfer

As for the quarrel between paper books and digital books, I would say that I’ve long been firmly opposed to digital books, by comfort and affection. Nevertheless, it seems to me indispensable today, as a researcher, to be open to both formats. Some resources are only available in digital format, they’re sometimes less expensive (or even free for some articles), and, especially for reference books, in which we often return, it’s sometimes nice to be able to consult the digital version while continuing to read a paper book. It also goes without saying that your research days will also go without about fifty open books, pages maintained by other books above, and the ground became invisible (yes because all this does not fit on a table), if you choose from time to time a few e-books…

I hope I was able to help you in this great enterprise which is finding resources (books, articles, etc.) in your research. Part II will focus on taking notes for the curious ones.

Good reading & see you soon!

Bibliographie – Partie 1 – Le chercheur & les livres

Se lancer dans une recherche académique ne va pas sans l’inévitable constitution d’une bibliographie. A ma connaissance, il n’existe pas d’exception à cette règle, peu importe que la recherche en question se fasse dans le domaine des sciences dures ou des sciences humaines, peu importe le niveau où vous vous trouvez. Pour qu’un travail soit considéré comme crédible par nos pairs, il faut inévitablement se renseigner sur ce qui a déjà été fait, sur toute la recherche qui nous a précédé. Il ne s’agit pas simplement de montrer que l’on sait ce qui existe, mais également de s’en servir pour faire avancer notre sujet.

La bibliographie d’un chercheur est donc essentielle, importante et même formatrice. Cependant beaucoup de chercheurs, débutants ou même parfois les plus expérimentés, rencontrent ou ont rencontré des difficultés quant à l’élaboration de leur propre bibliographie. Même si en ce qui me concerne, tout n’est pas parfait, j’ai enfin trouvé un certain nombre de méthodes qui ont fait leurs preuves en ce qui me concerne, et je vais tâcher de partager tout cela. Puisqu’il s’agit d’un sujet très vaste, je ne vais pas faire un long article fleuve qui prendra plusieurs heures à lire, mais diviser la tâche en plusieurs articles, dont voici le premier.

© Gabriel Sollmann

Trouver des ressources

Avant même de songer à lire, encore faut-il trouver sur quoi porter son dévolu. Et si aujourd’hui cela paraît facile parce qu’internet rend beaucoup de choses plus accessibles, cela n’est pourtant pas encore gagné.

La première étape selon moi, c’est de ne pas avoir peur d’écouter les autres chercheurs. Bien sûr, consulter les livres recommandés par votre directeur ou directrice de recherche, mais aussi par toutes les personnes que vous trouvez inspirantes et qui travaillent sur un sujet proche ou cousin du vôtre. Évidemment, leurs publications devront être soigneusement analysées afin de repérer les ouvrages ou articles qui sont pertinents dans le cadre de votre recherche.

Lorsqu’on recherche quelque chose sur un sujet précis, surtout lorsque l’on part de zéro, je ne saurais que trop conseiller d’utiliser des moteurs de recherches et des catalogues de bibliothèque (voir celui de la BNF), en utilisant les mots-clefs de notre recherche (article sur comment trouver ses mots clefs prochainement) afin de voir ce qu’ils proposent. Oui, cela peut parfois prendre une demi-journée par catalogue afin de sélectionner tous les livres qui peuvent être intéressants, mais c’est nécessaire. A ce stade, je constitue généralement une liste de tous les livres que j’ai trouvé pertinents dans ma recherche (ça ne veut pas dire que je vais tous les lire).

Ensuite viennent les fouilles approfondies. C’est à dire que cette fois, à partir du corpus déjà bien étoffé, il s’agit de partir à la recherche d’autres sources pertinentes, qui se trouvent dans les bibliographies des ressources déjà sélectionnées. C’est long, fastidieux, mais ça vaut le coup. Tous les livres que vous sélectionnerez à cette étape vous assurent de ne pas oublier d’élément essentiel à votre recherche, par exemple un article ou un livre qui aurait plusieurs siècles et qui aurait été plus ou moins oublié.

Bien sûr, vous pouvez toujours vous balader dans les rayons des bibliothèques que vous aimez, dans une quête chevaleresque pour trouver le Graal des livres. Et, même si je pratique moi-même cette méthode à l’occasion, elle est plus efficace dans les bibliothèques spécialisées, ou si vous appréciez vraiment passer des après-midis interminables à contempler des rayons de livres, peut-être en vain.

Je préfère préciser que selon moi il est important de ne surtout pas négliger la vie quotidienne dans votre recherche de ressources intéressantes. Les lectures « plaisir » ou des lectures académiques, mais qui a priori portaient sur un autre sujet, peuvent se révéler de belles surprises si on y repense avec son sujet en tête. Pour ce qui est de la gestion des livres à lire, je me créé deux listes différentes : l’une avec des livres que je veux lire absolument et qui attendent sagement, et l’autre avec des livres qui pourraient être intéressants (si je trouve le temps, la motivation, un éclair de révélation, …).

Acheter, emprunter ou lire sur place

Il est parfois impossible d’avoir ce choix, parce que certains ouvrages ne sont consultables que sur place en bibliothèque (la partie II de cette série d’articles traitera justement de la prise de notes, etc.). Cependant, dans certains cas, rien ne s’oppose à la lecture sur place si le livre est petit, que vous avez du temps devant vous, et aimez l’ambiance de la bibliothèque.

D’aucuns auraient tendance à acheter systématiquement un ouvrage, sous prétexte qu’il s’agit d’un livre de poche, ou qu’il n’est pas cher. Mais, à moins que vous souhaitez encombrer votre maison de livres inutiles ou que vous ne l’ayez déjà lu bien sûr, je ne saurais que trop le déconseiller. Bien sûr, si c’est un livre dont le sujet est proche du vôtre, un livre de référence ou un livre qui vous inspire pour vos recherches tout simplement, se contenter de l’emprunter va être frustrant. Dans ce cas, mieux vaut l’acheter.

Et dans ce cas il peut vite arriver que l’achat de tant de livres explose votre budget. Mais il ne faut pas avoir peur des livres d’occasions. En dehors de cela, si un livre que vous souhaitez est cher, acceptez de perdre du temps dans les librairies d’occasion pour économiser de l’argent, certains ouvrages sont vendus ici à 150€ et là à 15€, en particulier lorsqu’ils sont vieux, car certains libraires consultent rarement les prix qui se font ailleurs pour tous leurs ouvrages. Si le livre est rare, n’hésitez pas à mettre des alertes sur des sites de vente de livres, à poster des annonces, ou encore à demander à ce qu’on vous le commande, même s’il faut attendre plus longtemps.

Enfin, privilégiez une bonne relation avec votre petit libraire local plutôt qu’une relation impersonnelle avec un site de vente en ligne. A long terme, puisque votre petit libraire vous reverra souvent repartir avec plusieurs demi-douzaines de livres, il sera plus enclin à faire des réservations et/ou des commandes pour vous. Et si vous êtes vraiment poli et gentil avec lui, après quelques mois à vous voir régulièrement, il sera plus tenté de vous faire un prix, alors que les grandes enseignes ne le feront jamais.

© Laura Kapfer

Pour ce qui est de la querelle livres papiers vs livres numériques, je dirais que j’ai longtemps été fermement opposée aux livres numériques, par confort et par affection. Néanmoins, il me semble indispensable aujourd’hui, en tant que chercheur, d’être ouvert aux deux formats. Certaines ressources ne sont disponibles qu’en format numériques, elles sont parfois moins coûteuses (voir gratuites pour les articles de certaines revues), et, particulièrement pour les livres de référence, dans lesquels on retourne souvent, c’est parfois agréable de pouvoir consulter la version numérique tout en poursuivant sa lecture d’un livre papier. Il va également sans dire que vos journées de recherche iront également sans une cinquantaine de livres ouverts, pages maintenues par d’autres livres par dessus, et le sol devenu invisible (oui parce que tout cela ne tient pas sur une table), si vous opter de temps en temps pour quelques livres numériques…

J’espère avoir pu vous aider dans cette grande entreprise qui est de trouver des ressources (livres, articles, etc.) dans vos recherches. La partie II portera sur la prise de notes pour les curieux.

Bonne lecture & à bientôt !

Mauss, Gifting and Society

One of the most interesting concepts to study in societies or micro-societies (from my point of view, of course), is Gifting.

Anthropologists, ethnologists and philosophers have already discussed this issue at length. Gifting is an action, that of giving. It is distinguished from sale, which involves an agreement between buyer and seller, as well as the concept of money. The gift is also not a barter, the action of one who gives one property to obtain another. Finally, the gift also differs from the theft, since the theft is at the expense of the owner of the property.

So here we are with some of the characteristics of gifting. Gifting is free, selfless, and voluntary. At least that’s what it seems at first. Because in practice things are far from being so simple. It’s for this reason that so many authors are interested in this question, which is, again, far from being exploited in every way.

© Kelly Sikkema

Today, we will focus on Marcel Mauss’s opinion on this issue. This sociologist observed that in the societies he studied, giving was very important. He notes that some members of tribes, when they meet others, give them what seems to be gifts. These gifts are clearly distinct from barter, and seem to respond to a specific structure of society. Indeed, when an individual A received a gift from an individual B, then individual A inevitably ended up making a gift to individual B in turn. He’s talking about a phenomenon of “donation and counter-donation”.

Marcel Mauss even notes that, in some cases, individual A did everything possible to ensure that his gift to Individual B was of a greater value than the one he had received in the first place. In this case, we are talking here about agonistic donation, that is to say that the donation becomes competitive, and even, to some extent, aggressive.

Some cultures actually push this form of gifting even further by literally destroying what they “give”. This is the case, for example, of some First Nations in America, which held large celebrations, during which they offered large amounts of food, drink and entertainment to their audiences. At the end of this feast, sometimes, instead of offering a large quantity of material goods, the giver destroys all the goods thus gathered (often all or much of what he possesses). This practice is called Potlatch, although it’s not always as destructive.

The Gift is therefore not a peaceful and generous phenomenon (or at least not only). These implications are numerous in the society that adopts it, in whatever form. For Mauss, gifting is a “total social fact”, meaning it has an impact at all levels of society.

This small (very succinct) introduction to gifting, as Mauss sees it, is essential to understand how the phenomenon of gifting has a significant impact on the structure and functioning of the society that adopts it.

In the near future, we will be able to go into detail and observe the concept of the Gift in practice.

See you soon !

For those who want to know more about Mauss’s ideas: Marcel Mauss, The Gift : Forms and functions of exchange in Archaic Societies, 1925.

Mauss, Don et Société

L’une des notions les plus intéressantes à étudier dans les sociétés ou les micro-sociétés (de mon point de vue bien entendu), est celle du Don.

Anthropologues, ethnologues et philosophes ont déjà longuement disserté sur cette question. Le don, c’est une action, celle de donner. On le distingue de la vente, qui implique une convention entre acheteur et vendeur, ainsi que le concept de monnaie. Le don n’est pas non plus un troc, action de celui qui cède un bien pour en obtenir un autre. Enfin, le don se différencie également du vol, puisque le vol se fait aux dépends du propriétaire du bien.

Nous voilà donc devant quelques caractéristiques propres au don. Le don est gratuit, désintéressé et volontaire. En tout cas c’est ce qu’il semble au premier abord. Car dans la pratique les choses sont loin d’être aussi simples. C’est d’ailleurs pour cette raison que de si nombreux auteurs s’intéressent à cette question, qui est loin d’avoir été exploitée sous toutes les coutures.

© Kelly Sikkema

Aujourd’hui, on va surtout se préoccuper de l’avis de Marcel Mauss à ce sujet. Ce sociologue a observé que dans les sociétés qu’il étudiait, le don avait une grande importance. Il constate que certains membres de tribus, lorsqu’ils en rencontrent d’autres, leur font des dons. Ces dons sont clairement distincts du troc, et semblent répondre à une structure spécifique de la société. En effet, lorsqu’un individu A recevait un don d’un individu B, alors l’individu A finissait inévitablement par faire un don à l’individu B à son tour. Il parle ici d’un phénomène de « don et contre-don ».

Marcel Mauss remarque même que, dans certains cas, l’individu A faisait tout son possible pour que son don à l’individu B soit d’une valeur plus importante que celui qu’il avait reçu en premier lieu. Dans ce cas, on parle ici de don agonistique, c’est à dire que le don devient compétitif, voir, dans une certaine mesure, agressif.

Certaines cultures poussent en effet cette forme de don encore plus loin en détruisant littéralement ce qu’ils « donnent ». C’est le cas par exemple de certaines Premières Nations d’Amérique, qui donnaient de grandes fêtes, durant lesquelles ils offraient de grandes quantités de nourriture, de boisson et de divertissement à leur public. A la fin de cette fête, parfois, au lieu d’offrir une grande quantité de biens matériels, celui qui donne détruit tous les biens ainsi rassemblés (souvent tout ou grande partie de ce qu’il possède). On appelle cette pratique le Potlatch, bien qu’il ne soit pas toujours aussi destructeur.

Le Don n’est donc pas un phénomène pacifique et généreux (ou en tout cas pas seulement). Ces implications sont nombreuses dans la société qui l’adopte, sous quelque forme que ce soit. Pour Mauss, le don est un « fait social total », c’est à dire qu’il a une incidence à tous les niveaux de la société.

Cette petite introduction (très succincte) au don, tel que Mauss le conçoit, est essentielle pour comprendre comment le phénomène du don a un impact non négligeable sur la structure et le fonctionnement de la société qui l’adopte.

Prochainement, nous pourrons entrer dans le détail, et observer le concept du Don, dans la pratique.

A bientôt !

Pour ceux qui veulent en savoir plus sur les idées de Mauss : Marcel Mauss, Essai sur le don, 1924.

Why research on artistic creation and micro-societies?

Describing a thesis topic can quickly become a nightmare. Especially for Phd students who have just started their research. Of course, there’re also students who in one sentence sum up all their theories and the interest of their research brilliantly. Of course I don’t. I usually start with a grimace and I continue with a long speech which my interlocutor (who wonders why he had the idea to ask the question) and I, come out exhausted.

It’s not that I’m a bad student (am I ?). Before starting the great adventure that a phd represents, I was successively a party and rebellious high school girl (I still wonder how I got my high school diploma), a bachelor’s degree in political science, cinema, fine arts and literature, then I also got my master’s degree and others in literature, cinema, art aesthetics and so on. You’d think I’d know what it’s like to be a student by now. Yet, and this is probably the reason why I continue tirelessly, each experience is different, each material brings with it its share of surprises and unexpected obstacles.

Likely to be distracted, I saw in the creation of this blog several interesting perspectives. First, make me write regularly and stay focused on the subject of my thesis. But also and above all (because otherwise I could have remained alone locked at home and write for my cat only), because my subject deals precisely with human interactions. It seemed imperative to me to include, at least in part, a participatory dimension to this study, which I hope you will be inclined to join.

This is anecdotal, but the genesis of this thesis preparation goes back several years. At that time when I was still this young high school girl. I also happened to be very excited about the 1970s, the hippie movement, etc. (youth you know…). One day publicly deploring the disappearance of this era, I happened to learn about the existence of a festival on the other side of the Atlantic: the Burning Man (yeah, you see, we talk about it in the News from time to time, a week when a lot of people gathering to burn a giant wood man). At this time, I was presented with it as a space-time that took up all my optimistic and epicurean ideals (rightly or wrongly, we will probably discuss it again). I was enthusiastic about it for a while, but then it passed into this place of memory where you dispose the tender and crazy memories of your teenage youth.

At least, that’s what I thought. During my master’s degree in aesthetics and art philosophy, I was primarily interested in ephemeral art. You know, the one that is destroyed or allowed to be destroyed by nature. In any case, an art that does not last. I was wondering, but why create something, go to so much trouble, if in the end it would be destroyed? And then, I ended up going back to the Burning Man. After all, artworks are built there and they are destroyed at the end, right? However, my thesis work goes far beyond this one festival. It is only the tip of the iceberg. What I saw was a whole world of people from different backgrounds coming up to create something together. Something new, something beautiful. Obviously, sometimes these micro-societies have fun destroying what they create (not without reason, we will see it), but this universe is far from being just that.

And so we’re back here. Of course, it will serve so that I can clarify my ideas and write about subjects that I will meet but that I could not deal with in my thesis. But it will also be a place of exchange and sharing, since you’ll be able to participate by responding to all kinds of various surveys, which will focus on your personal vision of what is : gift, community, art, creation or destruction, society, culture, etc.

To learn more about the subject(s) that will concern us, you can go to the « About » page that goes into more detail about what will be discussed.

See you soon !

Pourquoi une recherche sur la création artistique et les micro-sociétés ?

Décrire un sujet de thèse peut rapidement devenir un vrai cauchemar. Surtout pour les apprentis doctorants qui viennent à peine de commencer leurs recherches. Bien sûr, il y a également des étudiants qui en une seule phrase résument d’un seul coup toutes leurs théories et l’intérêt de leur recherche avec brio. Évidemment, ce n’est pas mon cas. Je commence généralement par une grimace et j’enchaîne avec un long discours dont mon interlocuteur (qui se demande pourquoi il a eu l’idée de poser la question) et moi, ressortons épuisés.

Ce n’est pas que je sois une mauvaise élève (quoique). Avant d’entamer la grande aventure que représente un doctorat j’ai successivement été une lycéenne fêtarde et rebelle (je me demande encore comment j’ai eu mon baccalauréat), une bachelorette en sciences politiques, une licenciée de cinéma, d’arts plastiques et de littérature, ensuite j’ai également décroché mes maîtrises et autres masters en littérature, cinéma, esthétique de l’art et j’en passe. On pourrait croire alors que finalement les études, ça me connaît. Pourtant, et c’est sans doute la raison pour laquelle je continue inlassablement, chaque expérience est différente, chaque matière apporte avec elle son lot de surprises et d’obstacles inattendus.

Étant de toute évidence susceptible d’être distraite, j’ai vu dans la création de ce site plusieurs perspectives intéressantes. D’abord, me forcer à écrire, régulièrement et à rester concentrée sur le sujet de ma thèse. Mais aussi et surtout (parce que sinon j’aurais pu rester toute seule enfermée dans mon coin et écrire à seule destination de mon chat), parce que mon sujet traite précisément d’interactions humaines. Il me semblait donc impératif d’inclure, au moins en partie, une dimension participative à cette étude, à laquelle j’espère, vous serez donc enclin à vous joindre.

Cela relève de l’anecdote, mais la genèse de cette préparation de thèse remonte à plusieurs années. A cette époque où j’étais encore cette jeune lycéenne fêtarde. Il se trouvait que j’étais également fort enthousiasmée par les années 70, le mouvement hippie, etc. (la jeunesse vous savez…). Déplorant un jour publiquement la disparition de cette époque, j’appris par hasard l’existence d’un festival de l’autre côté de l’Atlantique : le Burning Man (si, si, vous voyez, on en parle aux JT de temps à autre, une semaine où des énergumènes brûlent un bonhomme géant). A ce moment, on me l’avait présenté comme étant un espace-temps qui reprenait tous mes idéaux optimistes et épicuriens (à tort ou à raison, on en rediscutera sans doute). J’ai été enthousiaste quelques temps à ce sujet, mais il est ensuite passé dans cet endroit de la mémoire où vous disposez les souvenirs tendres et fous de l’adolescence.

Du moins, c’est ce que je croyais. Durant mon master d’esthétique et philosophie de l’art, je m’intéressait d’abord surtout à l’art éphémère. Vous savez, celui que l’on détruit ou que l’on laisse se faire détruire par la nature. En tout cas, un art qui ne dure pas. Je me demandais, mais pourquoi créer quelque chose, se donner du mal, pour en fin de compte qu’il soit détruit ? Et puis de fil en aiguille, j’ai fini par revenir au Burning Man. Après tout, on y construit des œuvres et elles sont détruites à la fin, non ? Cependant, mon travail de thèse va plus loin que ce seul festival. Il n’est que la partie émergée de l’iceberg. Ce que j’ai entrevu, c’est tout un monde de personnes venant d’horizons divers, qui se rassemblent pour créer quelque chose ensemble. Quelque chose de nouveau, quelque chose de beau, quelque chose d’inédit. Bien sûr, parfois ces petites sociétés s’amusent à détruire ce qu’elles créent (non sans raison, on le verra), mais cet univers est loin de n’être que ça.

Et on en vient donc à ce site. Bien sûr, il servira pour que je puisse clarifier mes idées et écrire sur les sujets que je vais rencontrer mais que je ne pourrais pas traiter dans ma thèse. Mais il sera aussi un lieu d’échange et de partage, puisque vous pourrez participer en répondant à toutes sortes d’enquêtes diverses, qui vont porter sur votre vision personnelle à vous, de ce qu’est le don, la communauté, l’art, la création ou la destruction, la société, la culture, etc.

Pour en savoir plus sur le(s) sujet(s) qui vont nous préoccuper, vous pouvez vous rendre sur la page « A propos » qui rentre plus dans le détail de ce qui sera abordé.

A bientôt !