Tous les articles par Mélissa Aberkane

Art(s) & Classification – Part 1

What is art and what is not? It’s a very complex question and to cut it short immediately, let us say clearly that I would not answer it (or at least not today). What occupies me in reality is precisely how inside what constitutes Art, thinkers have considered it necessary to constitute categories. It’s these same categories and their evolutions that will be the object of this reflection.

To go back as far as my modest knowledge allows it, it’s necessary to go in Ancient Greece, where the notion of Art as such does not exist. Not really. In fact, they did have a form of classification of the arts since, under the term “techné”, they included a certain number of elements that we readily qualify as art today (and others less so!). Each techné is governed by its own muse, which the specialists of these activities do not hesitate to name when the need arises. First, there are the muses of what we still call art today: Calliope the muse of epic poetry, Erato the one of lyric poetry, Euterpe who deals with music, Melpomene for tragedy, Polymnia for rhetoric and religious songs, Terpischore for dance, and Thalie for comedy. And then there are the techné who come out of the field of what we call “art” today (although obviously the notion is debatable): Clio the muse of history, and Urania the muse of astronomy and geometry. There is no trace of architecture, for example, which does not hold their interest.

In the Middle Ages, what we call art and what we call science today were not yet completely distinct. Overall, we can say that the activities of the “art” type were grouped into three main categories. The first, that of the arts of the mind, contained two sub-categories: the trivium, that is to say the arts of grammar and rhetoric for example, and on the other hand the quadrivium, that is to say astronomy and geometry for example, but also music. The second category gathered the “mechanical” arts. It included what we call today the Fine Arts (painting, architecture, sculpture, etc.), but also everything that could be called crafts: goldsmithing, haberdashery, ironwork, etc. The last category, the “noble arts”, included activities specific to the nobility such as the handling of weapons, chess, dancing, hunting, etc. It should be noted that at the time, several different classifications intersected and overlapped. As an illustration, Hugues de Saint-Victor, theologian and philosopher of the 12th century, spoke of the “Seven Mechanical Sciences”: spinning, architecture, navigation, agriculture, hunting, medicine and theater. We can therefore find what constitutes “arts” according to our contemporary definition. During the Renaissance, the term “art” was used to describe the gestures necessary to master a technique or a trade. It’s also at this time that the well-known expression “arte del disegno” appears, which includes both the arts of volume and surface.

© Pavel Nekoranec

Some philosophers then proposed to give other classifications of art that are their own. To quote only the two most known we will speak about Kant – who distinguishes (to say it roughly) the arts of the image ” bildenden künste “, the arts of the word ” redenden künste ” and the arts of the sensations ” künste des schönen spiels der empfindungen ” -, and of Hegel – who divides the arts in architecture, sculpture, painting, music and poetry, considering that the other arts are not so important.

Today, the principle is agreed upon for about ten arts. The first would be architecture. The 2nd would be sculpture. The 3rd the visual arts. The 4th is music. The 5th would be literature. The 6th the performing arts. The 7th the cinema. The 8th the media arts. The ninth would be comics. And the 10th would be video games and multimedia. But what about tableware? Perfumery? Floral and landscape art? In which category to place a performance when it’s at the same time music, painting and theater? And if this performance is filmed, to which art does the result belong?

In the course of my research, each step forward makes me discover a new form of art that apparently does not fit into any of the categories I mentioned above, neither the old nor the new ones. Where to put the extraordinary costumes of the participants in some festivals, and which however have no vocation to be a prop in an artistic staging? Where do we put the vehicles modified for these same festivals, from the fire-breathing locomotive to the steampunk-style bicycle with trailer that can carry up to twenty people? Some arts are on the border between several categories, others do not correspond to anything we know today. Maybe it’s time to develop new categories of art?


Thank you and see you soon!

Art(s) et classification(s) – Partie 1

Qu’est-ce qui constitue l’Art et qu’est-ce qui n’en fait pas partie ? C’est une question très complexe et pour couper court immédiatement, disons clairement que je n’y répondrais pas (ou en tout cas pas aujourd’hui). Ce qui m’occupe en réalité c’est précisément comment à l’intérieur de ce qui constitue l’Art, les penseurs ont estimé qu’il était nécessaire de constituer des catégories. Ce sont ces mêmes catégories et leurs évolutions qui vont faire l’objet de cette réflexion.

Pour remonter aussi loin que mes modestes connaissances le permettent, il faut aller en Grèce Antique, où la notion d’ « art » en tant que tel n’existe pas. Pas vraiment. En fait, ils ont pourtant bien une forme de classification des arts puisque, sous le terme « techné », ils englobent un certain nombre d’éléments que l’on qualifie volontiers d’art aujourd’hui (et d’autres moins!). Chaque techné est gouverné par une muse qui lui est propre et que les spécialistes de ces activités n’hésitent pas à nommer lorsque le besoin se fait sentir. D’abord, il y a les muses de ce que l’on appelle encore art aujourd’hui : Calliope la muse de la poésie épique, Erato celle de la poésie lyrique, Euterpe qui s’occupe de la musique, Melpomène pour la tragédie, Polymnie pour la rhétorique et les chants religieux, Terpischore pour la danse, et Thalie pour la comédie. Et puis il y a les techné qui sortent du champ de ce que l’on appelle « art » de nos jours (bien qu’évidemment la notion soit discutable encore une fois, mais nous ne la discuterons pas ici) : Clio la muse de l’histoire, et Uranie la muse de l’astronomie et de la géométrie. On ne trouve nulle trace de l’architecture par exemple, qui ne retient pas tellement leur intérêt.

Au Moyen-âge, ce que l’on nomme art et ce que l’on nomme science aujourd’hui n’était encore pas tout à fait distincts. Globalement on peut dire que les activités de type « art » étaient rassemblées dans trois grandes catégories. La première, celle des arts de l’esprit, contenait deux sous-catégories : le trivium, c’est à dire les arts de la grammaire et de la rhétorique par exemple, et d’autre part le quadrivium, c’est à dire l’astronomie et la géométrie par exemple, mais aussi la musique. La deuxième catégorie rassemblait les arts « mécaniques ». On y rangeait ce que l’on nomme aujourd’hui les Beaux-Arts (la peinture, l’architecture, la sculpture, etc.), mais aussi tout ce que l’on pourrait appeler l’artisanat : l’orfèvrerie, la mercerie, la ferronnerie, etc. La dernière catégorie, les « nobles arts », quant à elle rassemblait des activités propres aux nobles tels que le maniement des armes, les échecs, la danse, la chasse, etc. Il faut noter qu’à l’époque plusieurs classifications différentes se croisent et se recoupent les unes les autres. A titre d’illustration Hugues de Saint-Victor, théologien et philosophe du 12e siècle, parlait quant à lui des « Sept Sciences Mécaniques » : le filage, l’architecture, la navigation, l’agriculture, la chasse, la médecine et le théâtre. On peut donc y trouver ce qui constitue des « arts » à proprement parler selon notre définition contemporaine. A la Renaissance, on désignera ensuite sous le terme « art » les gestes nécessaires pour maîtriser une technique ou un métier. C’est aussi à ce moment là qu’apparaît l’expression bien connue « arte del disegno » qui englobe à la fois les arts de volume et de surface.

© Pavel Nekoranec

Certains philosophes se sont ensuite proposés pour donner d’autres classifications de l’art qui leur sont propres. Pour ne citer que les deux plus connus on parlera de Kant – qui distingue (pour le dire grossièrement) les arts de l’image « bildenden künste », les arts de la parole « redenden künste » et les arts des sensations « künste des schönen spiels der empfindungen » – , et de Hegel – qui divise les arts en architecture, sculpture, peinture, musique et poésie, considérant que les autres arts ne sont pas aussi importants.

Dans notre siècle, on s’accorde sur le principe pour une dizaine d’arts. Le 1er serait l’architecture. Le 2e la sculpture. Le 3e les arts visuels. Le 4e la musique. Le 5e la littérature. Le 6e les arts de la scène. Le 7e le cinéma. Le 8e les arts médiatiques. Le 9e la bande dessinée. Et le 10e seraient les jeux vidéos et le multimédia. Mais quid alors des arts de la table ? De la parfumerie ? De l’art floral et paysager ? Dans quelle catégorie situer une performance lorsqu’elle relève à la fois de la musique, de la peinture et du théâtre ? Et si elle cette performance est filmée, à quel art appartient le résultat ?

Au cours de mes recherches, chaque pas en avant me fait découvrir une nouvelle forme d’art qui en apparence ne rentre dans aucune des catégories que j’ai citées plus haut, ni les anciennes ni les nouvelles. Où ranger les costumes extraordinaires des participants à certains festivals, et qui pourtant n’ont aucune vocation à être un accessoire dans une mise en scène artistique ? Où classer les véhicules modifiés à l’occasion de ces mêmes festivals, de la voiture locomotive qui crache du feu au vélo à remorque façon steampunk qui peut transporter jusqu’à une vingtaine de personnes ? Certains arts sont à la frontière entre plusieurs catégories, d’autres ne correspondent à rien de ce que l’on connaît aujourd’hui. Peut-être serait-il temps d’élaborer de nouvelles catégories de l’art ?


Merci et à bientôt !

Getting organized as a PhD student – part 2

As a doctoral student, whether on contract or not, time is one of the most precious resources we have. And let’s be frank, as a human being, that’s true too. If I’m perfectly honest, time is the thing I dread the most. How do you fit everything into a limited amount of time? How to accomplish everything, read everything, write everything, when time does not slow down? In fact, the doctoral student must necessarily worry about time, after all, in principle, he has only three years.

Without any pretension, here are a few little tips that have helped me a lot, hoping that they will be useful to you too. And since your time is precious, I’ll make it quick and to the point.

© Lukas Blazek

To start, of course, the inevitable to-do list. It obviously helps to clear your mind of all the tasks, but only if it’s perfectly exhaustive. It can take many forms: a simple list or a moving list in “to do”, “in progress”, or “done”. In my opinion, and this is very personal, it benefits from being as simple and sober as possible. On the other hand, I refuse to make daily lists. It always seems more relevant to me to have two big lists: one with everything that needs to be done for the month (personal, professional and school included), that allows me to keep an eye on the tasks that come up every month; and a bigger one, more durable, that carries everything that is not especially urgent, but that deserves to be taken care of, or the longer projects.

By the way, speaking of what is urgent and what is not. There is another well-known technique, which is to divide the things you have to do into 4 categories. “Important and urgent”, “urgent but not important”, “important but not urgent” and finally “not important and not urgent”. This method is called the Eisenhower matrix (it would have been developed by Dwight David Eisenhower). But as far as I’m concerned, since I’ve incorporated it into my two to-do lists by nature, this work is only done in my head and doesn’t need to be written down.

When it comes to getting to work and actually eliminating tasks, there are several methods. The one that I think is the most useful is the Pomodoro method but with some adjustments. This method basically consists of activating a timer of 25 minutes during which you concentrate fully on the task. Then you take a 5 minute break, and after 4 sessions of 25 minutes, you can take a longer break of 15 minutes. It appears that 25 minutes is about the time it takes me to concentrate on a task. This makes it very difficult for me to take advantage of my 5 minute break, knowing that I am still, let’s say, “in the mood to work”. So I adapted this method to my needs as follows: I work for an undetermined amount of time, but I always set a stopwatch at about 1h30 or 1h45 just in case. Then, option A: I work without fatigue or weariness for that hour and a half and end up taking a break at the end when the timer rings and I’ve accomplished a lot, or option B: around 45 minutes for example, I feel some weariness, I’m not inspired, etc. and so I take my break at that point. To do this, I need my breaks to be optimal. A break of less than 15 minutes does not have enough impact to make me feel rested. To optimize my break, I give myself real relaxation time: I make myself a cup of tea and drink it quietly on the balcony, I play with my cat, I read a chapter of a book or I watch an episode of a series. Experience has taught me that in order to be productive again, I need a real break before I get back to it. In the end, I get back to being more peaceful.

© Monica Sauro

Author Brian Tracy, in his book “Eat that frog! “recommends doing the most difficult task of the day first thing in the morning. In their book “Make Time”, John Knapp and Jake Zeratsky recommend, among other things, to choose one thing to do each day that is the priority of the day and focus on it. If at the end of the day, that one thing is accomplished, even if it’s only one thing, then the day is considered successful. As a PhD student this could be: writing a thesis page, answering a call for papers, etc. Combine these two techniques and your days will be much more relaxing, yet more productive. Even if you only accomplish one task a day, at the end of the year you have 365 tasks accomplished that you care about, and that’s what counts.

When it comes to time management, there are a multitude of ways to organize your schedule as such. For example, each day, I don’t make a list of things to do, I make a “clock”, on it, I know that I have 12 hours of work. I then divide up what I want to do in those hours. Others just dash on a post-it note and that’s fine too. What you mustn’t forget is to keep time for the things that don’t seem important, but that will help you progress much faster: leisure. Don’t be afraid to set aside some leisure time each day, with something you really enjoy doing and that has no real purpose other than to give you a good time. Read a novel, try a new recipe, play games.

Finally, what you need to do is to find your own method, even if it means cobbling together your own from ideas here and there. But above all, enjoy your time!


Thank you for reading this article, I hope it has helped you, see you soon!

S’organiser en tant que doctorant – partie 2

En tant que doctorant, que l’on soit contractuel ou non, le temps est une des ressources les plus précieuses dont nous disposons. Et soyons francs, en tant qu’être humain, c’est vrai aussi. Si je suis parfaitement honnête, le temps est bien la chose que je redoute le plus. Comment tout caser en un temps forcément limité ? Comment tout accomplir, tout lire, tout écrire, lorsque le temps ne ralentis pas ? De fait, le doctorant doit forcément se soucier du temps, après tout, en principe, il n’a que trois ans.

Sans prétention, voici les quelques petites astuces qui m’ont rendu bien des services, en espérant qu’ils vous soient utiles également. Et comme votre temps est précieux, je vais faire vite et aller à l’essentiel.

© Lukas Blazek

Pour commencer, évidemment, l’incontournable liste de choses à faire. Elle aide évidemment à vider son esprit de toutes les tâches, mais seulement si elle est parfaitement exhaustive. Elle peut prendre plusieurs formes : une liste toute simple ou encore mouvante en « à faire », « en cours », ou « fait ». Selon moi, et c’est tout personnel, elle gagne à être le plus simple et sobre possible. En revanche, je me refuse à faire des listes quotidiennes. Il me paraît toujours plus pertinent d’avoir deux grandes listes : une avec tout ce qu’il y a à faire pour le mois (personnel, professionnel et scolaire inclus), cela permet de ne pas perdre de vue les tâches qui reviennent tous les mois ; et une plus grande, plus durable, qui porte tout ce qui n’est pas spécialement urgent, mais qui mérite qu’on s’y attarde, ou les projets plus longs.

D’ailleurs, en parlant de ce qui est urgent et de ce qui ne l’est pas. Il existe une autre technique bien connue, qui consiste à diviser en 4 catégories les choses que l’on a à faire. « Important et urgent », « urgent, mais pas important », « important mais pas urgent » et enfin « pas important et pas urgent ». On appelle cette méthode la matrice de Eisenhower (elle aurait été élaborée par Dwight David Eisenhower). Mais en ce qui me concerne, comme je l’ai intégrée à mes deux listes de choses à faire par nature, ce travail ne se fait que de tête et n’a pas besoin d’être écrit.

Pour ce qui est de se mettre au travail et de réellement éliminer des tâches, il existe plusieurs méthodes. Celle qui est selon moi la plus utile est la méthode Pomodoro mais avec quelques ajustements. Cette méthode consiste basiquement à activer un chronomètre de 25 minutes durant lesquelles on se concentre pleinement à la tâche. Ensuite on s’accorde une pause de 5 minutes, puis on peut faire au bout de 4 sessions de 25 minutes, une pause plus longue de 15 minutes. Il apparaît que 25 minutes, c’est peu ou prou le temps que je mets à me concentrer sur une tâche. Cela me rend donc très difficile de profiter de mes 5 minutes de pause, sachant que je suis encore disons « d’humeur à travailler ». J’ai donc adapté cette méthode à mes besoins de la façon suivante : je travaille pendant un laps de temps non déterminé à l’avance, mais je bloque quoi qu’il arrive un chronomètre à environ 1h30 ou 1h45 au cas où. Ensuite, option A : je travaille sans fatigue ni lassitude pendant cette heure et demi et je fini par prendre une pause à la fin lorsque le chronomètre sonne et que j’ai donc accompli beaucoup de choses, ou option B : vers 45 minutes par exemple, je ressens une certaine lassitude, je ne suis pas inspirée, etc. et donc je prend ma pause à ce moment là. Pour cela, il faut que mes pauses soient optimales. Une pause de moins de 15 minutes n’a pas un impact suffisant pour que je me sente reposée. Pour optimiser ma pause, je m’accorde un temps de détente réel : je vais me faire un thé que je vais boire tranquillement sur le balcon, je joue avec mon chat, je lis un chapitre de livre ou je regarde un épisode de série. L’expérience m’a appris que pour être de nouveau productive, il me faut un véritable décrochage avant de m’y remettre. A la fin, je reprend plus apaisée.

© Monica Sauro

L’auteur Brian Tracy, dans son livre « Eat that frog ! » recommande de faire la tâche la plus difficile de la journée le matin en tout premier. Dans leur livre « Make Time », John Knapp et Jake Zeratsky recommandent entre autres choses, de choisir chaque jour une chose à faire qui est la priorité du jour et de se concentrer dessus. Si à la fin de la journée, cette chose est accomplie, même si ce n’est qu’une seule chose, alors la journée est considérée comme réussie. En tant que doctorant cela peut être : écrire une page de thèse, répondre à un appel à communication, etc. Combinez ces deux techniques et vos journées seront bien plus relaxantes, tout en étant plus productives. Même si vous n’accomplissez qu’une tâche par jour, à la fin de l’année, vous avez 365 tâches accomplies qui vous tiennent à cœur, et c’est cela qui compte.

Concernant la gestion du temps, il existe une multitude de façons d’organiser son emploi du temps en tant que tel. Par exemple, chaque jour, je ne me fait pas une liste de choses à faire, je me fais une « horloge », dessus, je sais que je dispose de 12h de travail. Je répartis ensuite ce que je veux faire dans ces heures. D’autres se contentent de tirets sur un post-it et c’est très bien aussi également. Ce que l’on ne doit pas oublier, c’est de garder du temps pour les choses qui n’ont pas l’air importantes, mais qui vont aider à progresser bien plus vite : les loisirs. N’ayez pas peur de vous imposer un temps de loisir par jour, avec quelque chose que vous aimez réellement faire et qui n’a pas de réel but autre que de vous faire passer un bon moment. Lire un roman, tester une nouvelle recette de cuisine, jouer.

Finalement, ce qu’il faut, c’est avant tout trouver votre propre méthode, quitte à bricoler la vôtre à partir d’idées ici et là. Mais surtout, profitez bien de votre temps !


Merci d’avoir lu cet article, j’espère qu’il aura pu vous aider, à bientôt !

The artist’s body Part 2 – The body that makes

Attention, during the whole series “The body of the artist”, it’s recommended to the sensitive souls to abstain from such a reading. Note that the images will remain visible all the same.

We saw last month that some artists have chosen to give more importance in their works to the action of painting than to the painting as a result. What counts is no longer the production itself, the concrete, palpable creation, but rather the action of doing, the action of creating, so the action. This is how the first happenings were born, which can be awkwardly translated as “event”.

The work becomes the action of the artist himself. It’s no longer possible to keep a trace of what has been created other than by another medium, such as photography or video for example. What the artists emphasize through this movement is the performance, and thus the link created in the moment with the spectator, whether he is voluntary or “undergoes” the work.

© Warhol Co

From there, everything can become a work, everything can be Art. Everyday life becomes the favorite subject of some artists. Even today it’s possible to find photographs of Dick Higgins and Alison Knowles’ performances, “Danger Music” during which Alison shaves Dick’s head in a particularly conscientious way. You can also go to the famous online video platform to see Andy Warhol eating his cheeseburger again and again with unparalleled care. In the same vein, we can also see Bonnie Sherk eating her meal in a cage reserved for animals, while eating a meal prepared in a restaurant. There is also a whole series of photographs on the performances of Mierle Laderman Ukeles who works to clean the streets and the ground around and inside several museums. Ben Vautier chose to “enter the water with an umbrella” and to make a work of it (on several occasions).

But the artist’s body sometimes acts in a way that is out of the ordinary. This is the case of Yves Klein’s numerous attempts at levitation, who, after injuring himself several times, finally decided, with the complicity of a friend who developed photographs, to produce forgeries supposed to represent him in full flight, or between life and death, depending on the themes they decided to put forward. Or the numerous photographs of Bruce Nauman who represents him “as a fountain”, spouting water from his mouth. In “Parallel Stress”, Dennis Oppenheim suspended himself between two walls in a precarious balance, spread out just enough for him to cling on as best he could between the two (at least for the few minutes that the performance lasted).

Other artists have chosen to go even further and include the spectators in their works. The body that makes is no longer entirely that of the artist this time. Yoko Ono, in “Cut Piece”, which must have inspired Marina Abramovic, is simply sitting on the stage, and it’s the spectator who has the task of coming on stage and cutting up her clothes. The spectator and the artist are thus in a duality where the control of the situation and of what happens is at stake. The spectator is the one who acts, in front of a submissive artist, but who remains nevertheless the one by whom everything happens. As for Giuseppe Penone, with “Rovesciare i propri occhi” during which he wears mirrored lenses, sends the viewer back to his own image, to his own contemplation. It’s then up to the spectator to establish what he does with it.

© Volker Gleaser

With the project “Manifestation for all the senses” of Milan Knizak, the artist is only the organizer of a kind of amusement park in which the spectator has only to walk around to live an extraordinary experience. Olfactory because they are almost sprayed with perfume, musicians play, and the organizers then crowd around the spectators to shout, scream, etc.. Here the work has become a place and an experience to be lived by the spectator who “lives” the work. More recently (in the 2010’s), the Russian director Ilya Khrzhanovksy, for his project « Dau », built an architectural complex in the style of the USSR of the 30s and 40s and proposed to hundreds of people to come and live there, exactly as the habitants of the USSR of that time would have done. The experiment-work lasted two years and was carefully filmed by the artist, proud of his creation. He then offered to visit the places in question. But to do this, you have to proceed as in the former USSR, with a visa application and a visit that lasts at least 6 hours (up to unlimited time). The work here is more of an experience for the spectator, who is no longer so passive…

The artist’s body is extended into the viewer’s body.


Thank you and see you soon for the next part of this series!

Le corps de l’artiste Partie 2 – Le corps qui fait

Attention, durant toute la série « Le corps de l’artiste », il est recommandé aux âmes sensibles de s’abstenir d’une telle lecture. A noter que les images resteront visibles tout de même.

Nous avons vu le mois dernier que certains artistes ont choisi de donner dans leurs œuvres plus d’importance à l’action de peindre qu’à la peinture en tant que résultat. Ce qui compte, ce n’est donc plus la production à proprement parler, la création concrète, palpable, mais plutôt l’action de faire, l’action de créer, l’action donc. C’est ainsi que sont nés les premiers happenings, que l’on peut maladroitement traduire par « événement ».

L’œuvre devient l’action de l’artiste elle-même. Il n’est plus possible de garder une trace de ce qui a été créé autrement que par un autre médium, comme la photographie ou la vidéo par exemple. Ce que les artistes mettent en valeur à travers ce mouvement, c’est la performance, et donc le lien créé dans l’instant avec le spectateur, qu’il soit volontaire ou qu’il « subisse » l’œuvre.

© Warhol Co.

A partir de là, tout peut devenir œuvre, tout peut être Art. La vie quotidienne devient le sujet préféré de certains artistes. Encore aujourd’hui il est possible de trouver des photographies des performances de Dick Higgins et Alison Knowles, « Danger Music » durant lequel Alison rase le crâne de Dick de façon particulièrement consciencieuse. Il suffit aussi d’aller sur la célèbre plate-forme de vidéos en ligne pour revoir encore et encore Andy Warhol manger son cheeseburger avec un soin inégalable. Dans le même ordre d’idée, on peut également voir manger Bonnie Sherk qui s’est solidairement assise dans une cage réservée aux animaux pour manger un repas préparé dans un restaurant. Il existe également toute une série de photographies sur les performances de Mierle Laderman Ukeles qui s’applique à nettoyer les rues et le sol aux alentours et à l’intérieur de plusieurs musées. Ben Vautier quant à lui à choisi de « Rentrer dans l’eau tout habillé avec un parapluie » et d’en faire une œuvre (à plusieurs reprises d’ailleurs).

Mais le corps de l’artiste agit parfois d’une façon qui sort de l’ordinaire justement. C’est le cas des nombreuses tentatives de lévitation de Yves Klein, qui, après s’être blessé à plusieurs reprises, a décidé finalement avec la complicité d’un ami développeur de photographies, de produire des faux supposés le représenter en plein vol, ou entre la vie et la mort, selon les thématiques qu’ils ont décidé de mettre en avant. Ou encore des nombreuses photographies de Bruce Nauman qui le représente « en tant que fontaine », faisant jaillir de l’eau de sa bouche. Dans « Parallel Stress », Dennis Oppenheim s’est suspendu entre deux murs dans un équilibre précaire, écartés juste assez pour qu’il puisse s’y agripper tant bien que mal entre les deux (au moins pendant les quelques minutes qu’on duré la performance).

D’autres artistes ont choisi d’aller plus loin encore et d’inclure les spectateurs dans leurs œuvres. Le corps qui fait n’est plus tout à fait celui de l’artiste cette fois. Yoko Ono, dans « Cut Piece », qui a certainement par la suite dû inspirer Marina Abramovic, est simplement assise sur la scène, et c’est le spectateur qui a pour tâche de venir sur la scène et de découper ses vêtements. Le spectateur et l’artiste sont donc là dans une dualité où se joue la maîtrise de la situation et de ce qui se passe. Le spectateur est celui qui agit, face à un artiste soumis, mais qui reste pourtant celui par qui tout arrive. Giuseppe Penone quant à lui, avec « Rovesciare i propri occhi » durant lequel il porte des lentilles miroirs, renvoie le spectateur à sa propre image, à sa propre contemplation. Au spectateur ensuite d’établir ce qu’il en fait.

© Volker Gleaser

Avec le projet « Manifestation pour tous les sens » de Milan Knizak, l’artiste n’est que l’organisateur d’un genre de parc d’attraction dans lequel le spectateur n’a qu’à se promener pour vivre une expérience hors du commun. Olfactive car on les asperge presque de parfum, des musiciens jouent, et les organisateurs s’agglutinent ensuite autour des spectateurs pour hurler, crier, etc. Ici l’œuvre est devenue un lieu et une expérience à vivre par le spectateur qui « vis » l’œuvre. Plus récemment (dans les années 2010), le réalisateur russe Ilya Khrzhanovksy, pour son projet Dau, a construit un complexe architectural à la mode URSS des années 30/40 et a proposé à des centaines de personnes de venir y vivre, exactement comme l’auraient fait les habitants de l’URSS de cette époque. L’expérience-œuvre a duré deux ans et a été filmée avec soin par l’artiste, fier de sa création. Il a ensuite proposé à la visite les lieux en question. Mais pour cela il faut procéder comme en ex-URSS, avec demande de visa à l’appui et une visite qui dure au moins 6 heures (pouvant aller jusqu’à un accès illimité). L’œuvre tient ici plus de l’expérience vécue par le spectateur, qui n’est plus si passif…

Le corps de l’artiste se prolonge dans celui du spectateur.


Merci et à bientôt pour la prochaine partie de cette série !

The body or the artist, part 1 – The painting body

Artists have always liked to represent human bodies. From the time of the caves until today, there’s an infinity of representations of the human body. This motif, declined under all possible variations, is an interesting subject. However, today, we will rather look at what the artist does (or does not) with his own body.

Here again, the variations seem extraordinarily numerous, especially since the 20th century has given birth to facets of art that use the artist’s body in an unexpected or original way. For such a vast subject, it’s not reasonable to pretend to exhaustiveness. We will nevertheless try to focus our attention on several facets of the artist’s body in art today. The first, for a sober introduction of the subject, will be the body that paints.

Beware, during the whole series “The body of the artist”, it’s recommended to sensitive minds to refrain from such a reading. Note that the images will remain visible all the same.

From the middle of the twentieth century, Art is no longer only interested in the painted canvas, in the result. Critics, thinkers and artists redirected their attention to the act of painting itself. The action, the act of painting, had become the main subject, or at least a significant part of art itself. This is how action painting is born.

© Mike Petrucci

This current, at first mainly led by male artists, first focused on the action of the painter, then the body became a tool that allows to paint, to spread the paint, to act in the painting activity. The artist’s body becomes in turn a brush or even a canvas. Female artists then took over this trend as well, and the whole world of Art was modified without any possible return.

Of course, everyone knows the brilliant Jackson Pollock, who represented almost the entire action painting movement, as evidenced by the numerous videos of his painting “performances”. But we must also mention the brilliant Georges Mathieu, who combined his painting with a very particular gesture. His monumental paintings, often done while wearing period costumes, were executed in spectacular scenes photographed or filmed, which were sometimes more like theater than painting in the traditional sense.

It was then up to the Japanese to take hold of this movement where the artist’s body was solicited as a tool for artistic creation. Shozo Shimamoto making his paintings by throwing his paint pots directly on the canvas, or Kazuo Shiraga rolling in the mud, the act of making art becomes closer and closer to the artist’s body, organic. From there it’s only a step towards Yves Klein’s anthropometries. The latter proposes indeed representations where women, naked, the body coated with paint, became the tool used to apply the paint on the canvas, that the painter now, hardly approaches. What the brilliant Niki de Saint-Phalle understood well with her painted works which are in reality only canvases with bags of paint, which she bursts by shooting a gun directly on them, thus letting the paint flow, in explosions of dripping and cathartic colors.

© Amauri Mejia

But others choose this pretext to get closer to their work than ever. The artist Marcel Duchamp, well known for his subversive mind, went so far as to use elements of his own body (hair, hair, …) or his bodily secretions (his semen in this case), to constitute paintings where he mixed manifestations of his own body and paint, Plexiglas etc.. Original materials that are understandable when you know that these paintings were intended for his lover, the Brazilian artist Maria Martens. There are also those who continue, obstinately, to hold the brush, but who have made it slip from their hands… This is the case of Shigeko Kubota, who, as a sign of protest against the action painting mostly practiced by men and therefore almost “ejaculatory”, will use her vagina to hold the brush in her works.

And then, of course, there is a moment when the paint disappears altogether. Claes Oldenburg or Carolee Schneemann have chosen in some of their works to paint with unidentified organic matter, or even waste or garbage. Ana Mendieta chose to paint with blood. Andy Warhol explored the question with a process of action painting that involved his own urine.

Thus, the body of the artist becomes not only an element of “doing”, it’s what must be looked at, the center of the work. There is certainly no shortage of examples, and these are just some, taken from thousands, of artists who have chosen to see their bodies, as artists, differently.


Thank you for hanging in there until the end and see you soon!

Le corps de l’artiste, partie 1 – Le corps qui peint

Les artistes ont toujours aimé représenter des corps humains. Du temps des grottes jusqu’à aujourd’hui, il existe une infinité de représentations du corps de l’être humain. Ce motif, décliné sous toutes les variations possibles est un sujet intéressant. Cependant, aujourd’hui, nous allons plutôt nous pencher sur ce que l’artiste fait (ou ne fait pas) de son corps à lui.

Là encore, les déclinaisons paraissent extraordinairement nombreuses, surtout depuis que le XXe siècle a donné naissance à des facettes de l’art qui utilisent le corps de l’artiste d’une façon inattendue ou originale. Pour un sujet aussi vaste, il n’est pas raisonnable de prétendre à l’exhaustivité. On tentera tout de même de concentrer notre attention sur plusieurs facettes du corps de l’artiste dans l’art aujourd’hui. La première, pour une sobre introduction du sujet, sera celle du corps qui peint.

Attention, durant toute la série « Le corps de l’artiste », il est recommandé aux âmes sensibles de s’abstenir d’une telle lecture. A noter que les images resteront visibles tout de même.

Dès le milieu du XXe siècle, l’Art ne s’intéresse plus seulement à la toile peinte, au résultat. Critiques, penseurs et artistes redirigent leur attention vers l’acte de peindre lui-même. L’action, le fait de peindre, était devenu le sujet principal, ou au moins une part non négligeable de l’art lui-même. C’est ainsi que l’action painting a vu le jour.

© Mike Petrucci

Ce courant, d’abord surtout mené par des artistes masculins, s’est d’abord concentré sur l’action du peintre, puis le corps est devenu un outil qui permet de peindre, d’étaler la peinture, de faire acte dans l’activité peinture. Le corps de l’artiste devient tour à tour pinceau, brosse ou bien encore toile. Les artistes féminines se sont ensuite emparées de ce courant également et c’est tout l’Art qui s’en est trouvé modifié sans retour possible.

Tout le monde connaît bien sûr le génial Jackson Pollock, représentant presque à lui seul de tout le courant action painting, en témoigne les nombreuses vidéos de ses « performances » de peinture. Mais il faut également citer le brillant Georges Mathieu, qui alliait à sa peinture toute une gestuelle bien particulière. Ses peintures monumentales, souvent réalisées alors qu’il portait des costumes d’époque, étaient exécutées dans des scènes spectaculaires photographiées ou bien filmées, qui relevaient parfois plus du théâtre que de la peinture au sens traditionnel.

C’est ensuite aux japonais de s’emparer de ce mouvement où le corps de l’artiste est sollicité en tant qu’outil permettant la création artistique. Shozo Shimamoto réalisant ses peintures en jetant avec fougue ses pots de peinture directement sur la toile, ou encore Kazuo Shiraga se roulant dans la boue, l’acte de faire de l’art devient de plus en plus proche du corps de l’artiste, organique. De là il n’y a donc qu’un pas vers les anthropométries de Yves Klein. Ce dernier propose en effet des représentations où des femmes, nues, le corps enduit de peinture, sont devenues l’outil servant à appliquer la peinture sur la toile, que le peintre à présent, approche à peine. Ce que la brillante Niki de Saint-Phalle a bien compris avec ses œuvres peintes qui ne sont en réalité que des toiles avec des sacs de peinture, qu’elle éclate en tirant au fusil directement dessus, laissant ainsi couler la peinture, dans des explosions de couleurs dégoulinantes et cathartiques.

© Amauri Mejia

Mais d’autres choisissent au contraire ce prétexte pour se rapprocher de leur œuvre plus que jamais. L’artiste Marcel Duchamp, bien connu pour son esprit subversif, a été jusqu’à utiliser des éléments de son propre corps (poils, cheveux, …) ou ses sécrétions corporelles (sa semence en l’occurrence), pour constituer des tableaux où il mêlait ainsi manifestations de son propre corps et peinture, plexiglas etc. Des matériaux originaux qui se comprennent quand on sait que ces tableaux étaient destinés à son amante, l’artiste brésilienne Maria Martens. Il y a également ceux qui continuent, obstinément à tenir le pinceau, mais qui l’ont fait glissé de leurs mains… C’est le cas de Shigeko Kubota, qui, en signe de protestation contre l’action painting surtout pratiqué par les hommes et donc presque « éjaculatoire », utilisera son vagin pour tenir le pinceau dans ses œuvres.

Et puis il y a bien sûr un moment où la peinture disparaît tout à fait. Claes Oldenburg ou Carolee Schneemann ont donc choisi dans certaines de leurs œuvres de peindre avec des matières organiques non identifiées, ou même des déchets ou des ordures. Ana Mendieta elle, a choisi de peindre avec du sang. Andy Warhol explorera la question avec un procédé d’action painting qui impliquera sa propre urine.

Ainsi, le corps de l’artiste ne devient plus seulement un élément du « faire », il est ce qui doit être regardé, le centre de l’œuvre. Les exemples ne manquent certainement pas, et il ne s’agit là que de quelques cas, pris parmi des milliers, d’artistes qui ont choisi de voir leur corps, en tant qu’artistes, autrement.


Merci de vous être accrochés jusqu’au bout et à bientôt !

Getting organized as a phd student – Part 1

Some time ago, I once again found myself in a state of panic. Luckily, unlike what happened to me when I was not yet optimally organized, this time I was able to get out of it and get back on track. But without the new measures I had taken, it would never have been as easy or as quick as it was.

I have to say that I don’t make life very easy for myself. Take last year for example. I had to manage my PhD (which should already be a full-time job!), as well as two research masters, combine jobs to put food on my plates, and also of course to take care of my personal life (family, friends, volunteer work, fulfilling projects that are usually always put off, etc.) and all this in full covid. To my great surprise, I turned out pretty well.

© Stil

Of course, the ideal situation for any researcher looks more or less like a quiet and spacious office, with all the books you might need at hand, a durable work surface, on which you can rest your reading cards and come back to them later, leave a few interesting journals open on the right page, and an assortment of pens that always write well and without making a mess.
But the reality is often quite different.
So here are a few keys that, in my humble opinion, have worked for me and should perhaps help you get organized, especially if, like me, you’re crazy enough to do so many things at once.

In the physical world

No office? Slip your laptop into a lidded box when you’re not using it, with planner, bic pen, a few draft sheets, book in progress. All you’ll have to do is move the box wherever you can. I’ve already experimented with the dining table, the bed, or the sofa with some success (for Zoom sessions where you have to show your heads, try the most stable place possible, at worst, the computer on a chair and you sit on the floor against a neutral wall, no one will pay attention).

No library nearby? I’m not going to lie to you, it’s going to be difficult. But you have two options. Either you decide to work only from sources that you can find online, but this assumes that your internet connection is concrete and that your subject can be used without a dead end. Or, what I advise, go to the library anyway, even if it means 3 hours of transportation there and 3 hours of transportation back, but make the most of this outing. Choose the library in question carefully if several are possible, check the catalog before you go to see what is part of your bibliography imperatively or what may be worth a look, consult a maximum of books on the spot and borrow as much as you can, if possible consult a map beforehand so you can get to the library without wasting time. Above all, if you can only go once a month (or even worse), don’t go without knowing what you need and prepare yourself as much as possible.

Impossible to find what you’re looking for among books bought and stored at home? Sort your bookcase! Separate the books that you clearly use for your thesis from those that are for your personal entertainment, separate your books from those of other people you live with, if applicable. And if this means that you no longer have a bookcase to store your books in, that’s fine. I’ve been known to store books in dresser drawers, carefully sorted and arranged so that you can see the edge of them. If your clothes can fit somewhere else, do so, it’s very pleasant: top drawer antique philosophy, third drawer art aesthetic, bottom drawer reference works, etc. If not, don’t hesitate to experiment with crazy places for your books. Just remember that the kitchen or the bathroom are obviously not good ideas. But apart from that, you can do just about anything you want, the idea is to be able to see all the slices of the books easily at a glance, don’t bother trying to make it presentable for an impromptu visitor.

Too many papers? This problem is rather rare nowadays, but tenacious in some people. Remember my lidded box? At the bottom, in a place that rarely moves, there is a set of pockets that I use to store the papers related to my thesis. A pocket for the lectures, a pocket for the reading cards, a pocket for the flying papers of the style “a bright idea came through me and I wrote it on a bar napkin with lipstick”. At the very back, I also put away a special pocket with transparent sleeves, in which all the important things are stored. In my doctoral school we call it a portfolio. In it I have all the certificates of the training I have completed, conference programs, my school certificates, that sort of thing. Don’t keep paper documents for your thesis if they have nothing to do with this classification (in the humanities anyway), you can always get the rest in digital format and you’ll save space (unless of course your subject imposes you by nature to do things differently).

© Tom Hermans

In the virtual world

Not enough storage? Lost all my documents? Nowadays, it’s impossible to do without proper storage equipment. You need to buy at least two USB flash drives, of identical size, on which you save your entire “Thesis” file every time you make a change without exception. The ideal is to have three, but two can do the trick, if you store them in radically different places (still not in the kitchen or the bathroom…). If you can, protect their access with a password, data theft between researchers is not a legend, protect your work, you took a long time to do it. All disciplines that require something other than text or pdf files, don’t forget to provide storage space accordingly, photographs, videos, or audio files take up space (not to mention those who develop graphic simulations that rocks, but I doubt those need me to double check their storage).

Problem organizing digital documents? Create a system. Your brain needs to stay available for research (or the countless other tasks you’ve set for yourself), so help it. Even when you’re very messy and scattered by nature, it’s possible to make compromises. Create a large “Thesis” file and within it several sub-files: your reading cards, your digital books, your writing progress, your proposals for conferences or study days, etc. Each element must be distinct. And remember to give easy and short titles, you don’t want to bother to find or put away a document. Finally, for the ultimate slackers (of which I am one) for whom it’s impossible to sort all the documents as soon as they arrive in your life, plan a file “to sort” and set one day per week when you can take a few minutes to put everything back in its right place.

Other important tips :

Take care of your lifestyle. It’s out of the question to sit still for 6 hours at a time without getting up to stretch your legs, to miss a meal because you don’t have time, or not to do any sports during the week (except for medical reasons of course). Organize your time in blocks and forget the to-do list for all that is hygiene of life, you will not do it in the duration otherwise.

Take care of your social and emotional life. With the covid, it’s not easy, I agree. But try to reserve one evening per week (or 3 hours if you really can’t do better) to enjoy your family, friends or your other half without thinking about anything else (if the sanitary conditions require it, it’s not as good, but in webcam it counts too). Sometimes you’re afraid to lose time by doing this, but in the end, it’s those 3 hours that will recharge you and give you the shape for the rest of the week.

Compartmentalize! If, like me, you are curious by nature and multiply commitments, make sure they don’t interact with each other. No document that is not related to your thesis should end up in a pocket where you only have this, and your thesis documents should never end up in your health book or with your calendar for the volunteer marauds! Your life has many facets and that’s fine, they can sometimes get mixed up intellectually, that’s what makes it so rich, but don’t let them pile up without a head or tail, you’ll quickly get lost.

I hope that one or two things that may have helped me can help you in your turn. In the next section, we will discuss the organization in more detail, addressing a major problem: time. Lots of great achievements to you and hang on!


Thank you and see you soon!

S’organiser en tant que doctorant – Partie 1

Il y a quelques temps, je me suis une fois de plus retrouvée dans une certaine panique. Heureusement, contrairement à ce qui m’était arrivée lorsque je n’étais pas encore organisée de façon optimale, cette fois j’ai pu m’en sortir et retrouver mon cap. Mais sans les nouvelles mesures que j’avais prises, jamais cela n’aurait été aussi facile ni aussi rapide.

Il faut dire que je ne me rend pas la vie très facile. Prenez l’année dernière par exemple. Je devais gérer mon doctorat (ce qui devrait déjà être un job à plein temps!), ainsi que deux master de recherche, cumuler les emplois pour mettre de la nourriture dans mes assiettes, et aussi bien sûr assurer sur ma vie personnelle (la famille, les amis, le bénévolat associatif, les projets épanouissants que l’on remets généralement toujours à plus tard, etc.) et le tout en plein covid. Et figurez vous que je m’en suis, à ma grande surprise, très bien sortie.

© Stil

Évidemment, la situation idéale de tout chercheur ressemble peu ou prou à un bureau calme et spacieux, avec à portée de main tous les livres dont on peut avoir besoin, une surface de travail durable, sur laquelle on peut reposer nos fiches de lecture et y revenir plus tard, laisser quelques revues intéressantes ouvertes à la bonne page, et un assortiment de stylos qui écrivent toujours bien et sans faire de tâches.
Mais la réalité est souvent bien différente.
Je vous livre donc ici quelques clefs qui, à mon humble avis, ont fonctionné pour moi et devraient peut-être vous aider à vous organiser, surtout si comme moi, vous êtes assez givré pour faire autant de choses à la fois.

Dans le monde physique

Pas de bureau ? Glissez votre ordinateur portable dans une caisse à couvercle quand vous ne vous en servez pas, avec agenda, stylo bic, quelques feuilles de brouillon, livre en cours. Vous n’aurez plus qu’à déplacer la caisse en question partout où cela vous sera possible. J’ai déjà expérimenté la table à manger, le lit, ou encore le canapé avec un certain succès. (Pour les sessions Zoom où vous devez montrer vos têtes, essayez tout de même l’endroit le plus stable possible, au pire, l’ordinateur posé sur une chaise et vous assis par terre contre un mur assez neutre, personne n’y fera attention).

Pas de bibliothèque à proximité ? Je ne vais pas vous mentir, cela va être difficile. Mais vous avez deux options possibles. Soit vous décidez de ne travailler qu’à partir de sources que vous pouvez trouver en ligne, mais cela suppose que votre connexion internet est en béton et que votre sujet puisse s’y prêter sans faire d’impasse. Soit, ce que je conseille, aller quand même à la bibliothèque, même si cela veut dire 3h de transports aller et 3h de transport retour, mais rentabilisez cette sortie. Choisissez la bibliothèque en question avec soin si plusieurs sont possibles, vérifiez le catalogue en amont avant de vous déplacer pour voir ce qui fait partie de votre bibliographie impérativement ou ce qui peut mériter le coup d’œil, consulter un maximum de livres sur place et emprunter le maximum de ce que vous pouvez, si possible consultez un plan avant pour pouvoir tout de suite vous diriger sans perdre de temps. Surtout, si vous pouvez n’y aller qu’une fois par mois (ou pire encore), n’y allez pas sans savoir ce dont vous avez besoin et préparez-vous au maximum.

Impossible de retrouver ce qu’on cherche parmi des livres pourtant achetés et entreposés à la maison ? Triez votre bibliothèque ! Séparez les livres qui vous servent clairement pour votre thèse de ceux qui sont pour votre divertissement personnel, séparez vos livres de ceux des autres personnes avec lesquelles vous vivez le cas échéant. Et si cela signifie que vous n’avez plus de meuble bibliothèque où ranger vos ouvrages, à la limite, cela ne fait rien. Il m’est arrivé de ranger des livres dans des tiroirs de commode, triés soigneusement et disposés pour qu’on puisse en voir la tranche. Si vos vêtements peuvent tenir ailleurs, faites-le c’est très agréable : tiroir du haut philosophie antique, troisième tiroir esthétique de l’art, tiroir du bas œuvres de références, etc. Sinon, n’hésitez pas à expérimenter des endroits farfelus pour vos livres. Retenez simplement que la cuisine ou la salle de bain ne sont évidemment pas de bonnes idées. Mais à part ça, vous pouvez faire à peu près tout ce que vous voulez, l’idée c’est de pouvoir voir toutes les tranches des livres facilement d’un seul coup d’œil, ne vous embêtez pas à essayer de rendre la chose présentable pour un visiteur impromptu.

Trop de papiers ? Ce problème est plutôt rare de nos jours, mais tenace chez certains. Vous vous souvenez de ma caisse ? Au fond, dans un endroit qui ne bouge quasiment pas, se trouve un jeu de pochettes qui me servent à stocker les papiers relatifs à ma thèse. Une pochette pour les cours, une pochette pour les fiches de lecture, une pochette pour les papiers volants du style « une idée lumineuse m’a traversée et je l’ai écrite sur une serviette de bar avec du rouge à lèvres ». Tout au fond, j’ai aussi rangé un porte-revue, dans lequel se trouve tout ce qu’il y a d’important. Dans mon école doctorale, on appelle ça un portfolio. Dedans, j’ai toutes les attestations de formations que j’ai menées à terme, les programmes de colloques, mes certificats de scolarité, ce genre de choses. Ne gardez pas de documents en papier pour votre thèse s’ils n’ont aucun rapport avec ce classement (en sciences humaines en tout cas), vous pourrez toujours vous procurer le reste en format numérique et vous gagnerez de la place (sauf bien sûr si votre sujet vous impose par nature de faire différemment).

© Tom Hermans

Dans le monde virtuel

Pas assez de stockage ? J’ai perdu tous mes documents ? De nos jours, impossible de faire l’impasse sur un matériel de stockage correct. Vous devez acheter au moins deux clefs USB, de taille identique, sur lesquelles vous sauvegardez tout votre fichier « Thèse » à chaque modification sans exception. L’idéal est d’en avoir trois, mais deux peuvent faire l’affaire, si vous les rangez à des endroits radicalement différents (toujours pas dans la cuisine ni la salle de bain…). Si vous pouvez, protégez leur accès par un mot de passe, le vol de données entre chercheurs n’est pas une légende, protégez votre travail, vous avez pris du temps pour le faire. Toutes les disciplines qui requièrent d’avoir autre chose que des fichiers texte ou des pdf, n’oubliez pas de prévoir un espace de stockage en conséquence, les photographies, les vidéos, ou encore les fichiers audio prennent de la place (sans parler de ceux qui mettent au point des simulations graphiques du tonnerre, mais je doute que ceux là aient besoin que je leur rappelle de double check leur stockage).

Problème d’organisation des documents numériques ? Créer un système. Votre cerveau a besoin de rester disponible pour la recherche (ou pour les innombrables autres tâches que vous vous êtes fixées), alors aidez-le. Même en étant très brouillon et d’un naturel dispersé, il est possible de faire des compromis. Créer un grand fichier « Thèse » et à l’intérieur plusieurs sous fichiers : vos fiches de lectures, vos livres numériques, votre avancée de rédaction, vos propositions pour des colloques ou des journées d’études, etc. Chaque élément doit être distinct. Et pensez à donner des titres faciles et courts, vous n’avez pas envie de vous prendre la tête pour retrouver ou ranger un document. Enfin, pour les ultimes flemmards (dont je fais partie rassurez-vous) pour qui il est impossible de trier tous les documents dès leur arrivée dans votre vie, prévoyez un fichier « à trier » et fixez un jour par semaine où vous pouvez prendre quelques minutes pour tout remettre à sa juste place.

Autres conseils importants :

Préoccupez-vous de votre hygiène de vie. Il est hors de question de rester assis sans bouger pendant 6h d’affilé sans vous lever pour vous dégourdir les jambes, de rater un repas sous prétexte que vous n’avez pas le temps ou encore de ne pas faire de sport de la semaine (sauf pour raisons médicales bien entendu). Organisez votre temps en blocs et oubliez les to-do list pour tout ce qui est hygiène de vie, vous ne le ferez pas dans la durée sinon.

Préoccupez-vous de votre vie sociale et affective. Avec le covid, ce n’est pas évident, j’en conviens. Mais tâchez de réserver une soirée par semaine (ou 3h si vraiment vous ne pouvez pas faire mieux) pour profiter de votre famille, vos amis ou votre moitié sans penser à autre chose (si les conditions sanitaires l’exigent, c’est moins bien, mais en webcam ça compte aussi). On a parfois peur de perdre du temps en faisant ça, mais au final, ce sont ces 3h là qui vont vous ressourcer et vous donner la forme pour tout le reste de la semaine.

Compartimentez ! Si comme moi vous êtes curieux par nature et multipliez les engagements, veillez à ce qu’ils n’interagissent pas les uns avec les autres. Aucun document qui n’est pas relatif à votre thèse ne doit se retrouver dans une pochette où vous n’avez que ça, et vos documents de thèse ne doivent en aucun cas se retrouver dans votre carnet de santé ou bien avec votre calendrier pour les maraudes du bénévolat ! Votre vie a plusieurs facettes et c’est très bien, elles peuvent parfois se mélanger sur le plan intellectuel, c’est ce qui en fait toute la richesse, mais ne les laissez pas s’entasser sans queue ni tête, vous serez vite perdu.

J’espère qu’un ou deux éléments qui ont pu m’aider pourront vous aider à votre tour. Dans une prochaine partie, nous discuterons avec plus de précisions de l’organisation en s’attaquant à un problème de taille : le temps. Plein de belles réussites à vous et accrochez vous !


Merci et à bientôt !