Archives de catégorie : Réflexions / Reflexions

Art(s) & Classification – Part 1

What is art and what is not? It’s a very complex question and to cut it short immediately, let us say clearly that I would not answer it (or at least not today). What occupies me in reality is precisely how inside what constitutes Art, thinkers have considered it necessary to constitute categories. It’s these same categories and their evolutions that will be the object of this reflection.

To go back as far as my modest knowledge allows it, it’s necessary to go in Ancient Greece, where the notion of Art as such does not exist. Not really. In fact, they did have a form of classification of the arts since, under the term “techné”, they included a certain number of elements that we readily qualify as art today (and others less so!). Each techné is governed by its own muse, which the specialists of these activities do not hesitate to name when the need arises. First, there are the muses of what we still call art today: Calliope the muse of epic poetry, Erato the one of lyric poetry, Euterpe who deals with music, Melpomene for tragedy, Polymnia for rhetoric and religious songs, Terpischore for dance, and Thalie for comedy. And then there are the techné who come out of the field of what we call “art” today (although obviously the notion is debatable): Clio the muse of history, and Urania the muse of astronomy and geometry. There is no trace of architecture, for example, which does not hold their interest.

In the Middle Ages, what we call art and what we call science today were not yet completely distinct. Overall, we can say that the activities of the “art” type were grouped into three main categories. The first, that of the arts of the mind, contained two sub-categories: the trivium, that is to say the arts of grammar and rhetoric for example, and on the other hand the quadrivium, that is to say astronomy and geometry for example, but also music. The second category gathered the “mechanical” arts. It included what we call today the Fine Arts (painting, architecture, sculpture, etc.), but also everything that could be called crafts: goldsmithing, haberdashery, ironwork, etc. The last category, the “noble arts”, included activities specific to the nobility such as the handling of weapons, chess, dancing, hunting, etc. It should be noted that at the time, several different classifications intersected and overlapped. As an illustration, Hugues de Saint-Victor, theologian and philosopher of the 12th century, spoke of the “Seven Mechanical Sciences”: spinning, architecture, navigation, agriculture, hunting, medicine and theater. We can therefore find what constitutes “arts” according to our contemporary definition. During the Renaissance, the term “art” was used to describe the gestures necessary to master a technique or a trade. It’s also at this time that the well-known expression “arte del disegno” appears, which includes both the arts of volume and surface.

© Pavel Nekoranec

Some philosophers then proposed to give other classifications of art that are their own. To quote only the two most known we will speak about Kant – who distinguishes (to say it roughly) the arts of the image ” bildenden künste “, the arts of the word ” redenden künste ” and the arts of the sensations ” künste des schönen spiels der empfindungen ” -, and of Hegel – who divides the arts in architecture, sculpture, painting, music and poetry, considering that the other arts are not so important.

Today, the principle is agreed upon for about ten arts. The first would be architecture. The 2nd would be sculpture. The 3rd the visual arts. The 4th is music. The 5th would be literature. The 6th the performing arts. The 7th the cinema. The 8th the media arts. The ninth would be comics. And the 10th would be video games and multimedia. But what about tableware? Perfumery? Floral and landscape art? In which category to place a performance when it’s at the same time music, painting and theater? And if this performance is filmed, to which art does the result belong?

In the course of my research, each step forward makes me discover a new form of art that apparently does not fit into any of the categories I mentioned above, neither the old nor the new ones. Where to put the extraordinary costumes of the participants in some festivals, and which however have no vocation to be a prop in an artistic staging? Where do we put the vehicles modified for these same festivals, from the fire-breathing locomotive to the steampunk-style bicycle with trailer that can carry up to twenty people? Some arts are on the border between several categories, others do not correspond to anything we know today. Maybe it’s time to develop new categories of art?


Thank you and see you soon!

Art(s) et classification(s) – Partie 1

Qu’est-ce qui constitue l’Art et qu’est-ce qui n’en fait pas partie ? C’est une question très complexe et pour couper court immédiatement, disons clairement que je n’y répondrais pas (ou en tout cas pas aujourd’hui). Ce qui m’occupe en réalité c’est précisément comment à l’intérieur de ce qui constitue l’Art, les penseurs ont estimé qu’il était nécessaire de constituer des catégories. Ce sont ces mêmes catégories et leurs évolutions qui vont faire l’objet de cette réflexion.

Pour remonter aussi loin que mes modestes connaissances le permettent, il faut aller en Grèce Antique, où la notion d’ « art » en tant que tel n’existe pas. Pas vraiment. En fait, ils ont pourtant bien une forme de classification des arts puisque, sous le terme « techné », ils englobent un certain nombre d’éléments que l’on qualifie volontiers d’art aujourd’hui (et d’autres moins!). Chaque techné est gouverné par une muse qui lui est propre et que les spécialistes de ces activités n’hésitent pas à nommer lorsque le besoin se fait sentir. D’abord, il y a les muses de ce que l’on appelle encore art aujourd’hui : Calliope la muse de la poésie épique, Erato celle de la poésie lyrique, Euterpe qui s’occupe de la musique, Melpomène pour la tragédie, Polymnie pour la rhétorique et les chants religieux, Terpischore pour la danse, et Thalie pour la comédie. Et puis il y a les techné qui sortent du champ de ce que l’on appelle « art » de nos jours (bien qu’évidemment la notion soit discutable encore une fois, mais nous ne la discuterons pas ici) : Clio la muse de l’histoire, et Uranie la muse de l’astronomie et de la géométrie. On ne trouve nulle trace de l’architecture par exemple, qui ne retient pas tellement leur intérêt.

Au Moyen-âge, ce que l’on nomme art et ce que l’on nomme science aujourd’hui n’était encore pas tout à fait distincts. Globalement on peut dire que les activités de type « art » étaient rassemblées dans trois grandes catégories. La première, celle des arts de l’esprit, contenait deux sous-catégories : le trivium, c’est à dire les arts de la grammaire et de la rhétorique par exemple, et d’autre part le quadrivium, c’est à dire l’astronomie et la géométrie par exemple, mais aussi la musique. La deuxième catégorie rassemblait les arts « mécaniques ». On y rangeait ce que l’on nomme aujourd’hui les Beaux-Arts (la peinture, l’architecture, la sculpture, etc.), mais aussi tout ce que l’on pourrait appeler l’artisanat : l’orfèvrerie, la mercerie, la ferronnerie, etc. La dernière catégorie, les « nobles arts », quant à elle rassemblait des activités propres aux nobles tels que le maniement des armes, les échecs, la danse, la chasse, etc. Il faut noter qu’à l’époque plusieurs classifications différentes se croisent et se recoupent les unes les autres. A titre d’illustration Hugues de Saint-Victor, théologien et philosophe du 12e siècle, parlait quant à lui des « Sept Sciences Mécaniques » : le filage, l’architecture, la navigation, l’agriculture, la chasse, la médecine et le théâtre. On peut donc y trouver ce qui constitue des « arts » à proprement parler selon notre définition contemporaine. A la Renaissance, on désignera ensuite sous le terme « art » les gestes nécessaires pour maîtriser une technique ou un métier. C’est aussi à ce moment là qu’apparaît l’expression bien connue « arte del disegno » qui englobe à la fois les arts de volume et de surface.

© Pavel Nekoranec

Certains philosophes se sont ensuite proposés pour donner d’autres classifications de l’art qui leur sont propres. Pour ne citer que les deux plus connus on parlera de Kant – qui distingue (pour le dire grossièrement) les arts de l’image « bildenden künste », les arts de la parole « redenden künste » et les arts des sensations « künste des schönen spiels der empfindungen » – , et de Hegel – qui divise les arts en architecture, sculpture, peinture, musique et poésie, considérant que les autres arts ne sont pas aussi importants.

Dans notre siècle, on s’accorde sur le principe pour une dizaine d’arts. Le 1er serait l’architecture. Le 2e la sculpture. Le 3e les arts visuels. Le 4e la musique. Le 5e la littérature. Le 6e les arts de la scène. Le 7e le cinéma. Le 8e les arts médiatiques. Le 9e la bande dessinée. Et le 10e seraient les jeux vidéos et le multimédia. Mais quid alors des arts de la table ? De la parfumerie ? De l’art floral et paysager ? Dans quelle catégorie situer une performance lorsqu’elle relève à la fois de la musique, de la peinture et du théâtre ? Et si elle cette performance est filmée, à quel art appartient le résultat ?

Au cours de mes recherches, chaque pas en avant me fait découvrir une nouvelle forme d’art qui en apparence ne rentre dans aucune des catégories que j’ai citées plus haut, ni les anciennes ni les nouvelles. Où ranger les costumes extraordinaires des participants à certains festivals, et qui pourtant n’ont aucune vocation à être un accessoire dans une mise en scène artistique ? Où classer les véhicules modifiés à l’occasion de ces mêmes festivals, de la voiture locomotive qui crache du feu au vélo à remorque façon steampunk qui peut transporter jusqu’à une vingtaine de personnes ? Certains arts sont à la frontière entre plusieurs catégories, d’autres ne correspondent à rien de ce que l’on connaît aujourd’hui. Peut-être serait-il temps d’élaborer de nouvelles catégories de l’art ?


Merci et à bientôt !

The artist’s body Part 2 – The body that makes

Attention, during the whole series “The body of the artist”, it’s recommended to the sensitive souls to abstain from such a reading. Note that the images will remain visible all the same.

We saw last month that some artists have chosen to give more importance in their works to the action of painting than to the painting as a result. What counts is no longer the production itself, the concrete, palpable creation, but rather the action of doing, the action of creating, so the action. This is how the first happenings were born, which can be awkwardly translated as “event”.

The work becomes the action of the artist himself. It’s no longer possible to keep a trace of what has been created other than by another medium, such as photography or video for example. What the artists emphasize through this movement is the performance, and thus the link created in the moment with the spectator, whether he is voluntary or “undergoes” the work.

© Warhol Co

From there, everything can become a work, everything can be Art. Everyday life becomes the favorite subject of some artists. Even today it’s possible to find photographs of Dick Higgins and Alison Knowles’ performances, “Danger Music” during which Alison shaves Dick’s head in a particularly conscientious way. You can also go to the famous online video platform to see Andy Warhol eating his cheeseburger again and again with unparalleled care. In the same vein, we can also see Bonnie Sherk eating her meal in a cage reserved for animals, while eating a meal prepared in a restaurant. There is also a whole series of photographs on the performances of Mierle Laderman Ukeles who works to clean the streets and the ground around and inside several museums. Ben Vautier chose to “enter the water with an umbrella” and to make a work of it (on several occasions).

But the artist’s body sometimes acts in a way that is out of the ordinary. This is the case of Yves Klein’s numerous attempts at levitation, who, after injuring himself several times, finally decided, with the complicity of a friend who developed photographs, to produce forgeries supposed to represent him in full flight, or between life and death, depending on the themes they decided to put forward. Or the numerous photographs of Bruce Nauman who represents him “as a fountain”, spouting water from his mouth. In “Parallel Stress”, Dennis Oppenheim suspended himself between two walls in a precarious balance, spread out just enough for him to cling on as best he could between the two (at least for the few minutes that the performance lasted).

Other artists have chosen to go even further and include the spectators in their works. The body that makes is no longer entirely that of the artist this time. Yoko Ono, in “Cut Piece”, which must have inspired Marina Abramovic, is simply sitting on the stage, and it’s the spectator who has the task of coming on stage and cutting up her clothes. The spectator and the artist are thus in a duality where the control of the situation and of what happens is at stake. The spectator is the one who acts, in front of a submissive artist, but who remains nevertheless the one by whom everything happens. As for Giuseppe Penone, with “Rovesciare i propri occhi” during which he wears mirrored lenses, sends the viewer back to his own image, to his own contemplation. It’s then up to the spectator to establish what he does with it.

© Volker Gleaser

With the project “Manifestation for all the senses” of Milan Knizak, the artist is only the organizer of a kind of amusement park in which the spectator has only to walk around to live an extraordinary experience. Olfactory because they are almost sprayed with perfume, musicians play, and the organizers then crowd around the spectators to shout, scream, etc.. Here the work has become a place and an experience to be lived by the spectator who “lives” the work. More recently (in the 2010’s), the Russian director Ilya Khrzhanovksy, for his project « Dau », built an architectural complex in the style of the USSR of the 30s and 40s and proposed to hundreds of people to come and live there, exactly as the habitants of the USSR of that time would have done. The experiment-work lasted two years and was carefully filmed by the artist, proud of his creation. He then offered to visit the places in question. But to do this, you have to proceed as in the former USSR, with a visa application and a visit that lasts at least 6 hours (up to unlimited time). The work here is more of an experience for the spectator, who is no longer so passive…

The artist’s body is extended into the viewer’s body.


Thank you and see you soon for the next part of this series!

Le corps de l’artiste Partie 2 – Le corps qui fait

Attention, durant toute la série « Le corps de l’artiste », il est recommandé aux âmes sensibles de s’abstenir d’une telle lecture. A noter que les images resteront visibles tout de même.

Nous avons vu le mois dernier que certains artistes ont choisi de donner dans leurs œuvres plus d’importance à l’action de peindre qu’à la peinture en tant que résultat. Ce qui compte, ce n’est donc plus la production à proprement parler, la création concrète, palpable, mais plutôt l’action de faire, l’action de créer, l’action donc. C’est ainsi que sont nés les premiers happenings, que l’on peut maladroitement traduire par « événement ».

L’œuvre devient l’action de l’artiste elle-même. Il n’est plus possible de garder une trace de ce qui a été créé autrement que par un autre médium, comme la photographie ou la vidéo par exemple. Ce que les artistes mettent en valeur à travers ce mouvement, c’est la performance, et donc le lien créé dans l’instant avec le spectateur, qu’il soit volontaire ou qu’il « subisse » l’œuvre.

© Warhol Co.

A partir de là, tout peut devenir œuvre, tout peut être Art. La vie quotidienne devient le sujet préféré de certains artistes. Encore aujourd’hui il est possible de trouver des photographies des performances de Dick Higgins et Alison Knowles, « Danger Music » durant lequel Alison rase le crâne de Dick de façon particulièrement consciencieuse. Il suffit aussi d’aller sur la célèbre plate-forme de vidéos en ligne pour revoir encore et encore Andy Warhol manger son cheeseburger avec un soin inégalable. Dans le même ordre d’idée, on peut également voir manger Bonnie Sherk qui s’est solidairement assise dans une cage réservée aux animaux pour manger un repas préparé dans un restaurant. Il existe également toute une série de photographies sur les performances de Mierle Laderman Ukeles qui s’applique à nettoyer les rues et le sol aux alentours et à l’intérieur de plusieurs musées. Ben Vautier quant à lui à choisi de « Rentrer dans l’eau tout habillé avec un parapluie » et d’en faire une œuvre (à plusieurs reprises d’ailleurs).

Mais le corps de l’artiste agit parfois d’une façon qui sort de l’ordinaire justement. C’est le cas des nombreuses tentatives de lévitation de Yves Klein, qui, après s’être blessé à plusieurs reprises, a décidé finalement avec la complicité d’un ami développeur de photographies, de produire des faux supposés le représenter en plein vol, ou entre la vie et la mort, selon les thématiques qu’ils ont décidé de mettre en avant. Ou encore des nombreuses photographies de Bruce Nauman qui le représente « en tant que fontaine », faisant jaillir de l’eau de sa bouche. Dans « Parallel Stress », Dennis Oppenheim s’est suspendu entre deux murs dans un équilibre précaire, écartés juste assez pour qu’il puisse s’y agripper tant bien que mal entre les deux (au moins pendant les quelques minutes qu’on duré la performance).

D’autres artistes ont choisi d’aller plus loin encore et d’inclure les spectateurs dans leurs œuvres. Le corps qui fait n’est plus tout à fait celui de l’artiste cette fois. Yoko Ono, dans « Cut Piece », qui a certainement par la suite dû inspirer Marina Abramovic, est simplement assise sur la scène, et c’est le spectateur qui a pour tâche de venir sur la scène et de découper ses vêtements. Le spectateur et l’artiste sont donc là dans une dualité où se joue la maîtrise de la situation et de ce qui se passe. Le spectateur est celui qui agit, face à un artiste soumis, mais qui reste pourtant celui par qui tout arrive. Giuseppe Penone quant à lui, avec « Rovesciare i propri occhi » durant lequel il porte des lentilles miroirs, renvoie le spectateur à sa propre image, à sa propre contemplation. Au spectateur ensuite d’établir ce qu’il en fait.

© Volker Gleaser

Avec le projet « Manifestation pour tous les sens » de Milan Knizak, l’artiste n’est que l’organisateur d’un genre de parc d’attraction dans lequel le spectateur n’a qu’à se promener pour vivre une expérience hors du commun. Olfactive car on les asperge presque de parfum, des musiciens jouent, et les organisateurs s’agglutinent ensuite autour des spectateurs pour hurler, crier, etc. Ici l’œuvre est devenue un lieu et une expérience à vivre par le spectateur qui « vis » l’œuvre. Plus récemment (dans les années 2010), le réalisateur russe Ilya Khrzhanovksy, pour son projet Dau, a construit un complexe architectural à la mode URSS des années 30/40 et a proposé à des centaines de personnes de venir y vivre, exactement comme l’auraient fait les habitants de l’URSS de cette époque. L’expérience-œuvre a duré deux ans et a été filmée avec soin par l’artiste, fier de sa création. Il a ensuite proposé à la visite les lieux en question. Mais pour cela il faut procéder comme en ex-URSS, avec demande de visa à l’appui et une visite qui dure au moins 6 heures (pouvant aller jusqu’à un accès illimité). L’œuvre tient ici plus de l’expérience vécue par le spectateur, qui n’est plus si passif…

Le corps de l’artiste se prolonge dans celui du spectateur.


Merci et à bientôt pour la prochaine partie de cette série !

The body or the artist, part 1 – The painting body

Artists have always liked to represent human bodies. From the time of the caves until today, there’s an infinity of representations of the human body. This motif, declined under all possible variations, is an interesting subject. However, today, we will rather look at what the artist does (or does not) with his own body.

Here again, the variations seem extraordinarily numerous, especially since the 20th century has given birth to facets of art that use the artist’s body in an unexpected or original way. For such a vast subject, it’s not reasonable to pretend to exhaustiveness. We will nevertheless try to focus our attention on several facets of the artist’s body in art today. The first, for a sober introduction of the subject, will be the body that paints.

Beware, during the whole series “The body of the artist”, it’s recommended to sensitive minds to refrain from such a reading. Note that the images will remain visible all the same.

From the middle of the twentieth century, Art is no longer only interested in the painted canvas, in the result. Critics, thinkers and artists redirected their attention to the act of painting itself. The action, the act of painting, had become the main subject, or at least a significant part of art itself. This is how action painting is born.

© Mike Petrucci

This current, at first mainly led by male artists, first focused on the action of the painter, then the body became a tool that allows to paint, to spread the paint, to act in the painting activity. The artist’s body becomes in turn a brush or even a canvas. Female artists then took over this trend as well, and the whole world of Art was modified without any possible return.

Of course, everyone knows the brilliant Jackson Pollock, who represented almost the entire action painting movement, as evidenced by the numerous videos of his painting “performances”. But we must also mention the brilliant Georges Mathieu, who combined his painting with a very particular gesture. His monumental paintings, often done while wearing period costumes, were executed in spectacular scenes photographed or filmed, which were sometimes more like theater than painting in the traditional sense.

It was then up to the Japanese to take hold of this movement where the artist’s body was solicited as a tool for artistic creation. Shozo Shimamoto making his paintings by throwing his paint pots directly on the canvas, or Kazuo Shiraga rolling in the mud, the act of making art becomes closer and closer to the artist’s body, organic. From there it’s only a step towards Yves Klein’s anthropometries. The latter proposes indeed representations where women, naked, the body coated with paint, became the tool used to apply the paint on the canvas, that the painter now, hardly approaches. What the brilliant Niki de Saint-Phalle understood well with her painted works which are in reality only canvases with bags of paint, which she bursts by shooting a gun directly on them, thus letting the paint flow, in explosions of dripping and cathartic colors.

© Amauri Mejia

But others choose this pretext to get closer to their work than ever. The artist Marcel Duchamp, well known for his subversive mind, went so far as to use elements of his own body (hair, hair, …) or his bodily secretions (his semen in this case), to constitute paintings where he mixed manifestations of his own body and paint, Plexiglas etc.. Original materials that are understandable when you know that these paintings were intended for his lover, the Brazilian artist Maria Martens. There are also those who continue, obstinately, to hold the brush, but who have made it slip from their hands… This is the case of Shigeko Kubota, who, as a sign of protest against the action painting mostly practiced by men and therefore almost “ejaculatory”, will use her vagina to hold the brush in her works.

And then, of course, there is a moment when the paint disappears altogether. Claes Oldenburg or Carolee Schneemann have chosen in some of their works to paint with unidentified organic matter, or even waste or garbage. Ana Mendieta chose to paint with blood. Andy Warhol explored the question with a process of action painting that involved his own urine.

Thus, the body of the artist becomes not only an element of “doing”, it’s what must be looked at, the center of the work. There is certainly no shortage of examples, and these are just some, taken from thousands, of artists who have chosen to see their bodies, as artists, differently.


Thank you for hanging in there until the end and see you soon!

Le corps de l’artiste, partie 1 – Le corps qui peint

Les artistes ont toujours aimé représenter des corps humains. Du temps des grottes jusqu’à aujourd’hui, il existe une infinité de représentations du corps de l’être humain. Ce motif, décliné sous toutes les variations possibles est un sujet intéressant. Cependant, aujourd’hui, nous allons plutôt nous pencher sur ce que l’artiste fait (ou ne fait pas) de son corps à lui.

Là encore, les déclinaisons paraissent extraordinairement nombreuses, surtout depuis que le XXe siècle a donné naissance à des facettes de l’art qui utilisent le corps de l’artiste d’une façon inattendue ou originale. Pour un sujet aussi vaste, il n’est pas raisonnable de prétendre à l’exhaustivité. On tentera tout de même de concentrer notre attention sur plusieurs facettes du corps de l’artiste dans l’art aujourd’hui. La première, pour une sobre introduction du sujet, sera celle du corps qui peint.

Attention, durant toute la série « Le corps de l’artiste », il est recommandé aux âmes sensibles de s’abstenir d’une telle lecture. A noter que les images resteront visibles tout de même.

Dès le milieu du XXe siècle, l’Art ne s’intéresse plus seulement à la toile peinte, au résultat. Critiques, penseurs et artistes redirigent leur attention vers l’acte de peindre lui-même. L’action, le fait de peindre, était devenu le sujet principal, ou au moins une part non négligeable de l’art lui-même. C’est ainsi que l’action painting a vu le jour.

© Mike Petrucci

Ce courant, d’abord surtout mené par des artistes masculins, s’est d’abord concentré sur l’action du peintre, puis le corps est devenu un outil qui permet de peindre, d’étaler la peinture, de faire acte dans l’activité peinture. Le corps de l’artiste devient tour à tour pinceau, brosse ou bien encore toile. Les artistes féminines se sont ensuite emparées de ce courant également et c’est tout l’Art qui s’en est trouvé modifié sans retour possible.

Tout le monde connaît bien sûr le génial Jackson Pollock, représentant presque à lui seul de tout le courant action painting, en témoigne les nombreuses vidéos de ses « performances » de peinture. Mais il faut également citer le brillant Georges Mathieu, qui alliait à sa peinture toute une gestuelle bien particulière. Ses peintures monumentales, souvent réalisées alors qu’il portait des costumes d’époque, étaient exécutées dans des scènes spectaculaires photographiées ou bien filmées, qui relevaient parfois plus du théâtre que de la peinture au sens traditionnel.

C’est ensuite aux japonais de s’emparer de ce mouvement où le corps de l’artiste est sollicité en tant qu’outil permettant la création artistique. Shozo Shimamoto réalisant ses peintures en jetant avec fougue ses pots de peinture directement sur la toile, ou encore Kazuo Shiraga se roulant dans la boue, l’acte de faire de l’art devient de plus en plus proche du corps de l’artiste, organique. De là il n’y a donc qu’un pas vers les anthropométries de Yves Klein. Ce dernier propose en effet des représentations où des femmes, nues, le corps enduit de peinture, sont devenues l’outil servant à appliquer la peinture sur la toile, que le peintre à présent, approche à peine. Ce que la brillante Niki de Saint-Phalle a bien compris avec ses œuvres peintes qui ne sont en réalité que des toiles avec des sacs de peinture, qu’elle éclate en tirant au fusil directement dessus, laissant ainsi couler la peinture, dans des explosions de couleurs dégoulinantes et cathartiques.

© Amauri Mejia

Mais d’autres choisissent au contraire ce prétexte pour se rapprocher de leur œuvre plus que jamais. L’artiste Marcel Duchamp, bien connu pour son esprit subversif, a été jusqu’à utiliser des éléments de son propre corps (poils, cheveux, …) ou ses sécrétions corporelles (sa semence en l’occurrence), pour constituer des tableaux où il mêlait ainsi manifestations de son propre corps et peinture, plexiglas etc. Des matériaux originaux qui se comprennent quand on sait que ces tableaux étaient destinés à son amante, l’artiste brésilienne Maria Martens. Il y a également ceux qui continuent, obstinément à tenir le pinceau, mais qui l’ont fait glissé de leurs mains… C’est le cas de Shigeko Kubota, qui, en signe de protestation contre l’action painting surtout pratiqué par les hommes et donc presque « éjaculatoire », utilisera son vagin pour tenir le pinceau dans ses œuvres.

Et puis il y a bien sûr un moment où la peinture disparaît tout à fait. Claes Oldenburg ou Carolee Schneemann ont donc choisi dans certaines de leurs œuvres de peindre avec des matières organiques non identifiées, ou même des déchets ou des ordures. Ana Mendieta elle, a choisi de peindre avec du sang. Andy Warhol explorera la question avec un procédé d’action painting qui impliquera sa propre urine.

Ainsi, le corps de l’artiste ne devient plus seulement un élément du « faire », il est ce qui doit être regardé, le centre de l’œuvre. Les exemples ne manquent certainement pas, et il ne s’agit là que de quelques cas, pris parmi des milliers, d’artistes qui ont choisi de voir leur corps, en tant qu’artistes, autrement.


Merci de vous être accrochés jusqu’au bout et à bientôt !

Metamorphosis

Lavoisier tells us that: “nothing is created, neither in the operations of art, nor in those of nature, and one can posit in principle that, in any operation, there is an equal quantity of matter before and after the operation; that the quality and quantity of the principles is the same, and that there are only changes, modifications”. This law of conservation is generally simplified by “Nothing is lost, nothing is created, everything is transformed”. Somehow I could stop my explanation at this simple quote, but some of you might be a little disappointed.

The word metamorphosis comes from the Greek meta, which means after, and from morphe, which means form. Together they give metamorphoun, transform, and metamorphosis, transformation. The Romans would later adopt this term in Latin. In antiquity, metamorphosis is one of the most common events in Greek-Roman mythology. Ovid, a famous Latin poet, wrote in his famous Metamorphoses, the stories of humans transformed into birds or terrifying beasts. But sometimes they were also changed into mountains or trees, or even constellations of stars. In this book, metamorphosis is alternately a punishment from the gods or a reward from them.

In the Middle Ages, alchemists desperately sought the secret of the transmutation of lead into gold, of vile matter into precious matter. During this time, humans were accused of transforming themselves into crows or frogs and were condemned to death for this. Metamorphosis is therefore always a mysterious, almost mystical event. However, it will soon become apparent that many animals are subject to changes of this nature. Insects for example, like the butterfly in its chrysalis, see their shape change radically. To do so, however, they must go through a stage of dormancy, of rest.

© Suzanne D. Williams

But humans also seek change for themselves, a way to metamorphose. In “primitive” societies, for example, there is always a will to change, to transform oneself. We wear feathers in our hair or ritual paintings on our faces. In some tribes (the Jivano) it’s even considered that body paintings are more representative of a person’s being than the shape of his features. His identity is therefore the way he has chosen to metamorphose. Elsewhere, among the tribes who go hunting in disguise (=metamorphosed into an animal), it’s feared that the metamorphosis is stronger than reality. This tactic does not go then without fear: after all, what will be stronger, what will prevail, the difference of the bodies or the similarity between the soul of the human and the soul of the animal?

Descola tells us: “The metamorphosis is therefore not an unveiling or a disguise, but the culminating stage of a relationship where each person, by modifying the position of observation that his original physicality imposes on him, strives to coincide with the perspective under which he thinks the other sees himself. »
The human being who metamorphoses, disguises himself or tries to transform himself (including one could say it by surgical operations nowadays, or modifications such as tattoos or piercings, etc.) not for himself, but in relation to others. He metamorphoses in order to get closer to others, or to distinguish himself from them. He’s in any case always in a relationship. A metamorphosis is meaningless if it’s not faced with a reaction. The ultimate expression of oneself cannot occur if it does not have a spectator (be it an animal, a deceased person, etc.).

© Joe Green

Metamorphosis is a complex subject. We get up in the morning wanting to change the world, or change ourselves, or sometimes (although it’s probably riskier) change others. This may explain why metamorphosis is addressed in so many works of art: Shakespeare (A Midsummer Night’s Dream), Apuleius (The Metamorphoses), or Kafka (The Metamorphosis) and even the Harry Potter saga (the Polyjuice potion), etc. References are not lacking.

Cornelius Castoriadis asserts that “man can create nothing”, because “true forms are immutable, incorruptible, unbreakable”. But perhaps this is because one does not seek to metamorphose what can be. For Giordano Bruno, human nature has a “power of transformation” of its own. It’s then enough to master this power, which links humans to a kind of “cosmic infinity”, so that through philosophy, Man becomes a master of metamorphosis, and can thus “permanently transform his power to act and think”. These encouraging words suggest that metamorphosis can very well leave the world of mythology and fairy tales to become part of the world of the possible. And therefore, that nothing stands in the way of a radical metamorphosis of the world for the good.

*

Thank you & see you soon.

Little bibliography : 
- Giordano Bruno, A Philosophy of Metamorphosis.
- Cornelius Castoriadis, The Imaginary Institution of Society.
- Philippe Descola, Par dela nature et culture.
- Kafka, The metamorphosis.
- Antoine Lavoisier, Elementary Treatise on Chemistry.
- Alexander Roob, Alchemy and mysticism.
- Ovide, Metamorphoses.

Métamorphose

Lavoisier nous dit que : « rien ne se crée, ni dans les opérations de l’art, ni dans celles de la nature, et l’on peut poser en principe que, dans toute opération, il y a une égale quantité de matière avant et après l’opération ; que la qualité et la quantité des principes est la même, et qu’il n’y a que des changements, des modifications ». On simplifie généralement cette loi sur la conservation par « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ». D’une certaine façon il me serait possible d’arrêter mon explication à cette simple citation, mais certains d’entre vous seraient peut-être un peu déçus.

Le mot métamorphose vient du grec méta, qui signifie après, et de morphé qui signifie forme. Ensemble ils donnent metamorphoun, transformer, et metamorphosis, transformation. Les romains adopteront ensuite ce terme en latin. Dans l’Antiquité, la métamorphose fait partie des événements les plus courants de la mythologie greco-romaine. Ovide, un célèbre poète latin, écrivit dans ses célèbres Métamorphoses, les histoires d’humains transformés en oiseaux ou en bêtes terrifiantes. Mais il leur arrivait aussi d’être changés en montagne ou en arbres, ou même en constellations d’étoiles. Dans cet ouvrage, la métamorphose est alternativement une punition des dieux ou une récompense de leur part.

Au Moyen-âge, les alchimistes cherchaient désespérément le secret de la transmutation du plomb en or, de la matière vile en matière précieuse. Pendant ce temps, on accusait des humains de se transformer en corbeaux ou en grenouilles et on les condamnait à mort pour cela. La métamorphose est donc toujours un événement mystérieux, mystique presque. Pourtant, on constatera rapidement que de nombreux animaux sont sujets à des changements de cette nature. Les insectes par exemple, comme le papillon dans sa chrysalide, voient leur forme changer radicalement. Pour cela néanmoins, ils doivent passer par un stade de dormance, de repos.

© Suzanne D. Williams

Mais les humains aussi recherchent le changement pour eux-mêmes, une façon de se métamorphoser. Dans les sociétés « primitives » par exemple, il y a toujours une volonté de se modifier, de se transformer. On porte des plumes dans les cheveux ou des peintures rituelles sur le visage. Dans certaines tribus (les Jivano) on considère même que les peintures corporelles sont plus représentatives de l’être d’une personne que la forme de ses traits. Son identité c’est donc la façon dont il a choisi de se métamorphoser. Ailleurs, chez les tribus qui se rendent à la chasse déguisées (=métamorphosé en animal), on craint que la métamorphose soit plus forte que la réalité. Cette tactique ne va alors pas sans crainte : après tout, qu’est-ce qui va être le plus fort, qu’est-ce qui va l’emporter, la différence des corps ou la similitude entre l’âme de l’humain et celle de l’animal ?

Descola nous dit : « La métamorphose n’est donc pas un dévoilement ou un déguisement, mais le stade culminant d’une relation où chacun, en modifiant la position d’observation que sa physicalité originelle lui impose, s’attache à coïncider avec la perspective sous laquelle il pense que l’autre s’envisage lui-même. »
L’humain qui se métamorphose, se déguise ou cherche donc à se transformer (y compris on pourrait le dire par des opérations chirurgicales de nos jours, ou des modifications telles que les tatouages ou les piercings, etc.) non pas pour lui-même, mais par rapport aux autres. Il se métamorphose pour se rapprocher des autres, ou pour s’en distinguer. Il est en tout cas toujours dans une relation. Une métamorphose n’a pas de sens si elle n’est pas face à une réaction. L’ultime expression de soi ne peut survenir si elle n’a pas de spectateur (fusse-t-il un animal, un défunt, etc.).

© Joe Green

La métamorphose est un sujet complexe. On se lève le matin en voulant changer le monde, ou se changer soi-même, ou parfois (même si c’est probablement plus risqué) changer les autres. C’est peut-être ce qui explique pourquoi la métamorphose est abordée dans de si nombreuses œuvres d’art : Shakespeare (Songe d’une nuit d’été), Apulée (Les Métamorphoses), ou encore Kafka (La métamorphose) et même la saga Harry Potter (le polynectar), etc. Les références ne manquent pas.

Cornelius Castoriadis affirme que « l’homme ne peut rien créer », car les « vraies formes sont immuables, incorruptibles, inengendrables ». Mais c’est peut-être parce que l’on ne cherche pas à métamorphoser ce qui peut l’être. Pour Giordano Bruno, la nature humaine dispose d’une « puissance de transformation » qui lui est propre. Il suffit alors de maîtriser cette puissance, qui relie les humains à une sorte « d’infini cosmique », pour qu’à travers la philosophie, l’Homme devienne ainsi un maître de la métamorphose, et puisse donc « transformer en permanence sa puissance d’agir et de penser ». Ces paroles encourageantes laissent à penser que la métamorphose peut très bien sortir du monde de la mythologie et du conte de fées pour s’inscrire dans celui du possible. Et donc, que rien ne s’oppose à une métamorphose radicale du monde, pour le bien.

*

Merci et à bientôt.

Petite bibliographie : 
- Giordano Bruno, Une philosophie de la métamorphose.
- Cornelius Castoriadis, L'institution imaginaire de la société.
- Philippe Descola, Par dela nature et culture.
- Kafka, La métamorphose.
- Antoine Lavoisier, Traité élémentaire de chimie.
- Alexander Roob, Alchimie et mystique.
- Ovide, Les métamorphoses.

Giving and receiving – Christmas part 1

First of all, as it should be, a little history. I have talked a lot here about the question of the summer solstice on June 21. But it’s now appropriate, at this time of the year, to take a little interest in its winter equivalent, December 21. Wait, this is an article on Christmas, you’ll tell me, it’s December 25, isn’t it? Not at all on the 21st, what’s this story? But. Christmas is a Christian holiday, certainly, taking place on December 25th. But it’s far from always being that simple.

You may have heard, one day or another, the words of Saturnalia? The feast of Mithras? Of Yule? Well it so happens that it’s these feasts first, which occupied our ancestors during the winter solstice.

© Norman Tsui

If you look at Mithra, it’s not surprising that his feast is celebrated on Christmas Day, because the god Mithra was born on December 25th (doesn’t that remind you of anyone?). This god, whose origin probably dates back more than 4000 years, is celebrated since then around the winter solstice, for his birthday, as it should be. Of Indo-persian origin, Mithra is the sun god. It’s he who protects humans, who warms them and allows them to feed themselves by making their plants grow. Mithra is a god who gives, and that is why, on his birthday, December 25th, he’s honored with gifts and offerings. December 21, the winter solstice, is the shortest day of the year, the night is so long that it seems it will never end. Yet, each year on December 25, Mithra is reborn and the days grow longer again, unfolding the greatest gift Mithra has to offer to humans. Further north, among the Celts (as in many other polytheistic religions, by the way), we find this idea of a solar god, who dies on the winter solstice, but whose day also represents rebirth (or birthday) and thus victory, because he is reborn again and again, invariably.

As for the Saturnalia, you will easily understand that it was a Roman custom. In Antiquity, this feast lasted one week around our present Christmas. During this period, in Roman culture, which was very hierarchical, it was considered that there was no social difference between individuals and all religions were invited to these celebrations, without any problem. Meals were shared, gifts were given to loved ones and sometimes to those who passed by the house. Children were given toys or small sort of dolls, guests were given holly, mistletoe or ivy, which was also used to decorate the house. During this week, slaves were considered free, and in some houses, the master even served the slave for a change. All institutions were closed, and all death sentences were even suspended. Everyone was at home, busy making small personalized gifts that they could then offer (saturnalia and sigillaricia). Most of the meals during this period are offered free of any kind of charge.

Druids and shamans from all over the world, during the winter solstice (among the peoples located in the other hemisphere however, the dates are reversed), we celebrate during the week of the shortest day of the year, the rebirth of the sun. Yule, which actually means “solstice” in Old Norse, is the day when Heimdall, who lives at the North Pole, comes down to visit children, rewarding those who have done well by leaving them gifts and punishing those who have not been good with ashes. For the Vikings, Yule is a feast of light, where humans, as well as gods, take the opportunity to gather with friends and family, enjoy loved ones, share good food, songs, hand-made gifts, and tell stories.

© Samuel Holt

So much for the history. Today, it’s more often remembered in the Western world that Christmas is a Christian holiday, celebrating Jesus of Nazareth, who was also born on December 25th. However, December is also the month of the day of St. Nicholas (December 6). The legend of this saint tells that he is said to have succeeded in resurrecting three little children who had been cut up by a horrible butcher. This is how he quickly became the protector of children, especially the little ones. In the Middle Ages, as early as 1087, in Northern and Eastern European countries, it gradually became customary for a man to disguise himself as Saint Nicholas (as he was pictured, i.e. with a large beard, a bishop’s crook, a mitre and a large hooded garment) and to pass through houses to offer gifts to well-behaved children (it was not until the 16th century that Mr Bogeyman made his appearance). Little by little, the legends became intertwined, giving birth to Santa Claus, a character strangely resembling St. Nicholas, who gives presents to children, but on the day of Jesus’ birth now, December 25th.

In spite of this, we should not forget that another great festival takes place around the winter solstice, which is Hanukkah. For the Jews it’s a very great moment of rejoicing, during 8 days, the feast of lights. And it’s indeed still about lights that inexplicably last longer than one would expect (like the sun that comes back every year). It’s an opportunity to make large and long hearty meals, but also to study and cultivate oneself around stories (Hanukkah comes from the root of the Hebrew word ‘hanèkh, which means “to educate”). And of course we also give each other gifts! Contrary to popular belief, it is not the acculturation of the Jews that led them to adopt the habit of giving gifts to each other, as their great wise of the past already encouraged this custom (Maimonides, etc.).

The winter solstice is therefore a moment closely related to giving and receiving gifts. (Luckily, Santa Claus today does not only care for children!) This custom raises a multitude of questions, among which is that of the gratuity and/or the value of what we offer, of the importance given to “being together” vs. the material accumulation of goods, or even that of knowing, obviously, more profoundly, where come from the fact that we have been giving each other gifts around the winter solstice for thousands of years?

In any case, I wish you all a wonderful winter solstice and a wonderful holiday season, hoping that it will be possible for you to see your loved ones despite the current circumstances and no matter if this period has more meaning for you as Yule or Christmas, or whether it’s Saint Nicholas or Mithra who brings you your gifts.


Thank you & see you soon!

Donner et recevoir – Noël partie 1

D’abord, comme il se doit, un petit historique. J’ai beaucoup évoqué ici la question du solstice d’été, le 21 juin. Mais il convient à présent, période de l’année oblige, de s’intéresser un peu à son équivalent hivernal, le 21 décembre. Attendez, c’est un article sur Noël me direz vous, c’est le 25 décembre non ? Pas du tout le 21, qu’est-ce que c’est que cette histoire ? Sauf que. Noël est une fête chrétienne, certes, ayant lieu le 25 décembre, certes. Mais c’est loin d’avoir toujours été aussi simple.

Vous avez peut-être entendu, un jour ou l’autre, les mots de Saturnales ? De fête de Mithra ? De Yule ? Eh bien il se trouve que ce sont ces fêtes d’abord, qui ont occupé nos ancêtres lors du solstice d’hiver.

© Norman Tsui

Si on se penche sur Mithra, il n’y a rien d’étonnant à ce que sa fête soit célébrée le jour de Noël, car le dieu Mithra est né le 25 décembre (cela ne vous rappelle personne?). Ce dieu dont l’origine remonte probablement à plus de 4000 ans, est fêté depuis lors aux alentours du solstice d’hiver, pour son anniversaire, comme il se doit. D’origine indo-persienne, Mithra est le dieu du soleil. C’est lui qui protège les humains, qui les réchauffe et leur permet de se nourrir en faisant pousser leurs plantes. Mithra est un dieu qui donne, et c’est pourquoi, lors de son anniversaire, le 25 décembre, on lui rend hommage avec des cadeaux et des offrandes. Le 21 décembre, solstice d’hiver, est le jour le plus court de l’année, la nuit est si longue, qu’il semble qu’elle ne finira jamais. Pourtant, chaque année, le 25 décembre, Mithra renaît et les jours se rallongent à nouveau, déployant ainsi le plus beau cadeau que Mithra ait à offrir aux humains. Plus au nord, chez les Celtes (comme chez bien d’autres religions polythéistes d’ailleurs), on retrouve cette idée d’un dieu solaire, qui se meurt lors du solstice d’hiver, mais dont ce jour représente aussi la renaissance (ou l’anniversaire) et donc la victoire, car il renaît sans cesse, invariablement.

Pour ce qui est des Saturnales, vous aurez aisément compris qu’il s’agissait d’une coutume romaine. Dans l’Antiquité, cette fête durait une semaine aux alentours de notre Noël actuel. Durant cette période, dans la culture romaine pourtant très hiérarchisée, on considérait qu’il n’existait plus aucune différence sociale entre les individus et toutes les religions étaient conviées à ces célébrations, sans que cela ne pose le moindre problème. On partageait des repas, on offrait des cadeaux à ceux que l’on aimait ou parfois à ceux qui passaient par la maison. Aux enfants, on offrait des jouets ou des petits personnages, aux invités, du houx, du gui ou du lierre, qui servait aussi à décorer les habitations. Durant cette semaine, les esclaves étaient considérés comme libres, et dans certaines maisons, c’était même le maître qui servait l’esclave pour changer. Toutes les institutions étaient closes, et on suspendait même toutes les condamnations à mort. Chacun est chez soi, occupé à confectionner de petits cadeaux personnalisés qu’il pourra ensuite offrir (saturnalia et sigillaricia). La plupart des repas durant cette période sont gracieusement offerts.

Druides et chamanes du monde entier, lors du solstice d’hiver (chez les peuples situés dans l’autre hémisphère cependant, les dates sont inversées), on célèbre durant la semaine du jour le plus court de l’année, la renaissance du soleil. Yule, qui signifie en réalité « solstice » en vieux norrois, est le jour où Heimdall, qui vit au pôle nord, redescend pour visiter les enfants, récompensant ceux qui ont bien agi en leur laissant des cadeaux et punissant ceux qui n’ont pas été sages par de la cendre. Pour les vikings, Yule est une fête de lumière, où les humains, aussi bien que les dieux, en profitent pour se retrouver entre amis et en famille, profiter de ceux que l’on aime, pour partager de la bonne nourriture, des chants, des présents fabriqués à la main, et raconter des histoires.

© Samuel Holt

Voilà pour l’historique. Aujourd’hui on retient plus souvent dans le monde occidental que Noël est une fête chrétienne, qui célèbre la fête de Jésus de Nazareth, qui serait lui aussi né un 25 décembre. Cependant, le mois de décembre est également le mois de la fête de Saint Nicolas. La légende de ce saint raconte qu’il aurait réussi à ressusciter trois petits enfants qui avaient été découpés par un horrible boucher. C’est ainsi qu’il est rapidement devenu le protecteur des enfants, en particulier des tous petits. Au Moyen-âge, dès 1087 (le 6 décembre), dans les pays d’Europe du Nord et d’Europe de l’Est, il devient peu à peu de coutume qu’un homme se déguise en Saint Nicolas (tel qu’on se le représentait, c’est à dire avec une grande barbe, une crosse d’évêque, une mitre et un gros vêtement à capuche) et passe dans les maisons pour offrir des cadeaux aux enfants sages (ce n’est qu’au cours du 16e siècle que le Père Fouettard fera son apparition). Peu à peu, les légendes se sont entremêlées, donnant naissance au Père Noël, un personnage ressemblant étrangement à Saint Nicolas, qui offre des cadeaux aux enfants, mais le jour de la naissance de Jésus à présent, le 25 décembre donc.

Malgré cela, il ne faut pas oublier également qu’une autre grande fête a lieu aux alentours du solstice d’hiver, il s’agit de Hanoukka. Pour les juifs il s’agit d’un très grand moment de réjouissances, durant 8 jours, la fête des lumières. Et il est effectivement encore question de lumières qui durent inexplicablement plus longtemps qu’on s’y attendrait (comme le soleil qui revient chaque année). C’est l’occasion de faire de grands et longs repas copieux, mais aussi d’étudier et de se cultiver autour d’histoires (Hanoukka vient de la racine du mot ‘hanèkh en hébreu, qui signifie “éduquer”). Et bien sûr on s’offre également des cadeaux ! Contrairement à une croyance populaire, ce n’est pas l’acculturation des juifs qui les aurait conduit à adopter l’habitude de se faire des cadeaux, car leurs grands sages anciens encourageaient déjà cette coutume (Maïmonide, etc.).

Le solstice d’hiver est donc un moment étroitement lié au fait de donner et de recevoir des cadeaux. (Heureusement, aujourd’hui le Père Noël ne s’occupe pas que des enfants!) Cette coutume pose une multitude de questions, parmi lesquelles celle de la gratuité et/ou de la valeur de ce que l’on offre, de l’importance accordée à « être ensemble » vs l’accumulation matérielle de biens, ou encore celle de savoir, évidemment, plus profonde, d’où vient que l’on s’offre des présents autour du solstice d’hiver, et ce depuis plusieurs milliers d’années ?

En tout cas, je vous souhaite à tous de passer un merveilleux solstice d’hiver et d’excellentes fêtes de fin d’années, en espérant qu’il vous soit possible de voir vos proches malgré les circonstances actuelles et peu importe si cette période a plus de signification pour vous sous le nom de Yule ou de Noël, ou qu’il s’agisse de Saint Nicolas ou de Mithra qui vous apporte vos cadeaux.


Merci & à bientôt !