What is a “gift”?

Ah Christmas and its incredible flood of gifts under the tree! Yet, even if this holiday originally had little to do with material possessions, it has become emblematic of them. Today is an opportunity to revisit the notion of what a gift really is and what it represents in a profound way.

A gift is generally understood to be a selfless giving of ‘something’ by one person to another. It can be an object (the famous children’s toys), money (increasingly popular these days it seems), or a card promising a service or a non-material gift (such as a dinner or a trip). Such gifts are often carefully wrapped in disposable paper, newsprint or kraft paper, or even in pretty, decorated cloth wrappings that can be reused at will. But sometimes they are not wrapped at all.

Today, there are many opportunities to give gifts to each other, but people still prefer to wait for an occasion to make such a gift. Special occasions are birthdays, weddings, Valentine’s Day, Mother’s Day, Christmas of course, etc.

© Nina Mercado

The festivals that I study, particularly Burning Man, place a great deal of emphasis on what they call the ‘gift’, which can be translated as both present and donation. In this particular form of subculture, the gift can therefore be a service rendered, such as the repair of a bicycle, a hug, a glass of liquor, a scarf to shelter from sandstorms, or a work of art.

The gift is a very special form of giving. It symbolises attention, a form of affection for someone (whether real or simulated). Some psychology studies would suggest that giving a gift is more rewarding for the brain than receiving it. This would be in line with certain primitive customs and practices in which the recipients are in some way obliged to those who have given them a gift. In this case, one is happy to give, sometimes even to the point of sacrifice. This process is reminiscent of the buying frenzy at the end of the year, which suggests that the more money spent on gifts (the sacrifice), the more successful the holiday. Moreover, this giant exchange of gifts that is Christmas is also accompanied by large festive meals, as well as a deluge of very specific rituals (buying and decorating the tree, decorating the house, turning on the lights, etc.).

It’s tempting to draw parallels between the end-of-year celebrations and the celebrations of the tribes of the First Nations of America who practised the potlatch. This custom consists of distributing more and more gifts, more and more sumptuous, each part trying to give the other more grandiose gifts each time it’s their turn. Indeed, it’s reminiscent of families taking turns hosting year after year, each time trying to show that “their Christmas” is the warmest, with the best meal, the most beautiful decorations, etc. To a lesser extent, this spirit of competition can also be found in Christmas decorating contests, where neighbours compete in ingenuity and extravagance to the point of making their houses totally invisible under the mountains of lights. This is the potlatch spirit at its purest. It’s spent without counting the cost, to offer the most beautiful lights, to impress those who benefit from it, to almost glorify themselves. There is a joy in having the most decorated house for Christmas in certain neighbourhoods, there is a joy in having been the one who gave the most expensive or the most extraordinary gift in most households, just as there is a joy among the chiefs of their First Nations tribes, in being the one who gives the most, even if it means finding oneself ruined afterwards, without anything at all, not even a fur to face the winter.

© Lina Trochez

The final stage of the potlatch is the most fascinating, it’s not systematic, usually one of the two rivals finally admits defeat long before this. But it can happen that the overbidding exchanges are not enough. The ultimate potlatch practitioner is the one who gathers all his possessions, especially the most luxurious, the most beautiful, the most precious, and who gives a big party during which one sings, dances, eats and drinks well, at the expense of the sponsor of course. At the end, all the piled-up wealth is destroyed beyond repair, the metal plates that have taken hours to make are knocked down, the hand-painted dishes from the best craftsmen are thrown on the floor, the gold ornaments and jewellery are twisted, and sometimes, better than all that, the whole thing is simply burnt in a huge bonfire and danced around.

The line between sacrifice and gift is often blurred. In between these two lines there is the possibility that what is offered is only offered to impress the recipients (even if they are gods), or simply to feel a selfish joy. Gift-giving is not simply the act of giving as is so often believed. There is something behind it, there is always something. As for what it is, it’s often difficult to determine unless you are one of the two parties. And yet.

I hope you’ll enjoy your holiday season for other reasons than purely material, unless that’s what you want 😉


Thanks and see you soon!

Qu’est-ce qu’un « gift » ?

Ah Noël et son incroyable déluge de cadeaux sous le sapin ! Pourtant, même si, à l’origine, cette fête n’a pas beaucoup de rapport avec les possessions matérielles, elle en est devenue emblématique. C’est l’occasion aujourd’hui de revenir sur la notion de ce qu’est véritablement un cadeau et ce que cela représente profondément.

On parle en général d’un cadeau lorsqu’il s’agit d’un don désintéressé d’une personne à une autre de « quelque chose ». Il peut s’agit d’un objet (les fameux jouets d’enfants), d’argent (de plus en plus prisé ces temps derniers il semblerait), ou encore d’une carte promettant un service ou un cadeau non matériel (comme un dîner ou un voyage). Ce type de cadeaux est souvent emballé avec soin, dans du papier jetable, du papier journal ou du papier kraft, ou même dans de jolis emballages en tissus décorés que l’on peut réutiliser à loisir. Mais il arrive aussi qu’ils ne soient pas emballés du tout.

Aujourd’hui, les occasions de s’offrir des cadeaux sont nombreuses, mais il n’en reste pas moins que l’on préfère attendre une occasion pour faire ce genre de don. Les moments privilégiés sont les anniversaires, les mariages, la Saint-Valentin, la fête des mères, Noël bien entendu, etc.

© Nina Mercado

Les festivals qui font l’objet de mon étude, en particulier le Burning Man, font une grande place à ce qu’ils appellent le « gift », que l’on peut traduire à la fois comme cadeau et comme don. Dans cette forme de sous-culture particulière, le gift peut donc être un service rendu, comme la réparation d’un vélo, un câlin, un verre de boisson alcoolisée, un foulard pour s’abriter des tempêtes de sable, ou encore une œuvre d’art.

Le cadeau est une forme très spéciale de don. Elle symbolise une attention, une forme d’affection à quelqu’un (qu’elle soit réelle ou simulée). Certaines études de psychologie tendraient à faire penser que offrir un cadeau serait plus gratifiant pour le cerveau que de le recevoir. Cela rejoindrait certaines coutumes et pratiques primitives dans lesquelles les receveurs sont en quelque sorte les obligés de ceux qui leur ont fait un don. Dans ce cas, on est content de donner, parfois même jusqu’au sacrifice. Un processus qui rappelle celui de la folie acheteuse des fêtes de fin d’année qui laisse penser que plus on dépense d’argent pour offrir des cadeaux (le sacrifice), plus on a réussi ses fêtes. Par ailleurs, cet échange de cadeaux géant qu’est Noël, s’accompagne également de grands repas festifs, ainsi que d’un déluge de rituels très spécifiques (l’achat et la décoration du sapin, la décoration de la maison, l’allumage des lumières, etc.).

La tentation est grande de faire le parallèle alors entre les fêtes de fin d’année et les fêtes des tribus des premières nations d’Amérique qui pratiquaient le potlatch. Cette coutume consiste à distribuer de plus en plus de cadeaux, de plus en plus somptueux, chaque partie tentant de faire des cadeaux à l’autre plus grandioses à chaque fois que c’est son tour. De fait, cela rappelle les familles qui reçoivent à tour de rôle année après année, chaque fois en essayant de montrer que « son Noël » est le plus chaleureux, avec le meilleur repas, les plus belles décorations, etc. Dans une moindre mesure, on retrouve aussi cet esprit de compétition dans les concours de décoration de Noël, où des voisins rivalisent d’ingéniosité et d’extravagance jusqu’à rendre leurs maisons totalement invisibles sous les montagnes de lumières. Cela, c’est l’esprit potlatch dans sa plus pure expression. On dépense sans compter, pour offrir les plus belles lumières, pour impressionner celui qui en profite, pour s’en glorifier presque. Il y a une joie à avoir la maison la plus décorée pour Noël dans certains quartiers, il y a une joie à avoir été celui qui a offert le cadeau le plus cher ou le plus extraordinaire dans la plupart des maisonnées, comme il y a une joie chez les chefs de ses tribus des premières nations, à être celui qui donne le plus, quitte à se retrouver ensuite ruiné, sans plus rien du tout, pas même une fourrure pour affronter l’hiver.

© Lina Trochez

Le stade final du potlatch est le plus fascinant, il n’est pas systématique, en général, l’un des deux rivaux finit par s’avouer vaincu bien avant cela. Mais il peut arriver que les échanges en surenchères ne suffisent pas. Le pratiquant du potlatch ultime, c’est celui qui réunit toutes ses possessions, en particulier les plus luxueuses, les plus belles, les plus précieuses, et qui donne une grande fête durant laquelle on chante, on danse, on mange et on boit bien, aux frais du commanditaire bien entendu. A la fin, toutes les richesses entassées sont détruites irrémédiablement, on donne des coups sur les plaques en métal ouvragées qui ont demandé des heures de travail, on jette par terre la vaisselle peinte à la main par les meilleurs artisans, on tord les parures et les bijoux en or, et parfois, mieux encore que tout cela, on brûle purement et simplement le tout dans un immense feu de joie autour duquel on danse.

La limite entre le sacrifice et le don est bien souvent floue. Entre ces deux limites il y a la possibilité que ce qui soit offert ne le soit que dans le but d’impressionner les receveurs (fussent-ils des dieux), ou simplement d’en ressentir une joie égoïste. Le « gift », ce n’est pas simplement l’acte de donner comme on le croit si souvent. Il y a quelque chose derrière cela, il y a toujours quelque chose. Quant à savoir de quoi il s’agit, c’est bien souvent difficile de le déterminer à moins de n’être l’une des deux parties. Et encore.

J’espère que vous profiterez de vos périodes de fêtes de fin d’années pour d’autres raisons que purement matérielles, à moins que ce ne soit ce que vous souhaitiez 😉


Merci et à bientôt !